Essai Norco Aurum 7.1C
2000*1045px

Essai Norco Aurum 7.1C

Le haut de gamme, la version carbone, le vélo de Blenky en gros !
Texte Oliver G
Photos Loren Tarillon
Texte Oliver G
Photos Loren Tarillon
Le haut de gamme, la version carbone, le vélo de Blenky en gros !

Norco a débarqué (redébarqué?) en France pour 2016 via son nouveau distributeur: Sunex qui s'occupe aussi de l'importation et de la distribution de la fameuse marque de fringues, protections et casques Troy Lee Designs.

Nous les avons donc contacté pour tester le nouveau Aurum en carbone avec lequel roule le Norco Factory Team composé de Sam Blenkinsop, Harry Heath et Fraser Mcglone.

Retrouvez le vélo et son descriptif ici dans le guide du matos. Si vous avez vous aussi roulé avec ce vélo, n'hésitez pas à laisser un test pour nous raconter votre ressenti.

Ajoutez des photos (2020px)

Présentations

Commençons par une rapide description de l'engin:

Côté cadre; il arbore fièrement un triangle avant en carbone associé à un bras arrière en Alu pour 200mm de débattement.

Notons la particularité du serrage de tige de selle intégré et des protections du cadre; la première située en bas du tube diagonal et la deuxième en haut du tube qui sert aussi de garde boue. C'est bien pensé et c'est utile. On valide!

Pas de passage des gaines en interne par contre mais de belles butées intégrées pour éviter les contacts entre les fourreaux et le carbone.

Ajoutez des photos (2020px)

Boing Boing Boing

Côté suspensions, le bike est très bien monté avec une RockShox Boxxer World Cup à l'avant et un Cane Creek Double Barrel à l'arrière. Bien que le Cane Creek nécessite un peu de maîtrise pour le régler correctement (un tuto est proposé par la marque sur le web), une fois les sessions de tests passées c'est le bonheur.

Ajoutez des photos (2020px)

Les trucs pour pédaler

Côté transmission, Norco n'a pas pris de risques et fait confiance a un ensemble XO DH standard avec un anti-D LG1 affublé des nouvelles parties en caoutchouc pour limiter au max tous les bruits de chaine possibles.

Ajoutez des photos (2020px)

Les trucs pour freiner

La encore du fiable et du solide avec les Guide RSC. Un classique sur ce genre de vélos où légèreté et puissance de freinage sont de mise.

Ajoutez des photos (2020px)

Ton contact avec le sol

Schwalbe et DT Swiss sont les deux marques qu'ont choisi Norco pour toute la partie roulante du C7.1.

Equipé avec des Magic Mary d'origine pour un grip polyvalent dans le meuble mais peu de vélocité sur le plat, le Norco assure dans le raide et le démonté mais peinait un peu à garder sa vitesse.

Côté roues, les DT Swiss EX471 et leurs moyeux DT 350 forment une belle combinaison de rigidité et de solidité. Après 2 semaines de bourrinage et de whips ratés, Maxime n'a pas réussi à les plier!

Ajoutez des photos (2020px)

Tout le reste

Pour les périphériques, le poste de pilotage est confié a Race Face avec un combo potence Atlas en 50mm de long et guidon carbone Six C de 800mm de large. C'est rigide, ya pas à dire!

Pour vous amortir le cul en cas de réception sans les pieds, la selle WTB a la classe. Avec son matching couleur et ses formes très typées RACE, pas besoin de se faire de soucis pour son postérieur!

Ajoutez des photos (2020px)

Bon alors, à le rouler, ça donne quoi?

Tout d'abord nous souhaitons préciser que nous n'avons eu le bike que pour la durée de 2 semaines et ce courant mars. Aucune station n'était donc ouverte à l'époque et la météo était pourrie. Les sensations décrites ci-dessous sont celles observées avec seulement 5 sorties dans les jambes, mais nulle doute que pour dompter intégralement la bête, il faudrait bien plus de temps.

On vous livre donc en direct live les impressions de Maxime:

" Ma première sortie sur le bike fût vraiment bizarre... Les 4/5 premiers passages j'ai cru que je ne savais plus faire de vélo. Le bike allait où il voulait, je ne contrôlais vraiment rien...! Même mes potes voyaient qu'il y avait un truc qui clochait!
Après une dizaine de minutes passé à réfléchir pourquoi je n'y arrivais pas, je me suis dis que j'allais y aller comme un boeuf! J'ai mis en pratique cette grande réflexion de ma part et tout de suite ça a été bien mieux !
Par contre inutile de vouloir faire du drift dans le fameux virage de Mours... Le bike est un véritable rail!
Ensuite je suis devenu de plus en plus à l'aise sur le vélo, j'ai réussi à aller de plus en plus vite et j'ai été vraiment impressionné par la capacité du bike à prendre des gros gaps et des pierriers cassants sans broncher... Zéro limites!
Ah si! Je me suis mis au tas le passage d'après... 
Ajoutez des photos (2020px)
Bref après je suis allé voir comment il se comportait en l'air, une fois bien pris en main et le super amorto CaneCreek réglé le vélo est très joueur, super sain , j'ai vite eu confiance, j'ai passé mon premier suicide avec! Et deux passages plus tard ma première réception en suicide... Sain je vous dit!
La deuxième sortie ne fut pas du tout du même style, cette fois il tombait des cordes/neigeait sur une descente bien technique/rapide et ultra caillouteuse! (St Nizier du Moucherotte pour les intimes) Le vélo m'a encore surpris, sur une descente très (très très) longue, le vélo s'est super bien comporté, juste les freins qui ont failli me laisser m'arrêter avec les arbres sur la fin de la descente, et les axes du cadre qui se sont beaucoup desserrés... Sinon RAS! Le vélo va vite, il est très vif sur les passages techniques mais il est aussi super stable. Avec des pédales auto, la bête est super agréable à rouler et semble ne faire que 12kg! Vraiment très agréable! Je n'ai pas pu jouer le chrono (strava) vu les conditions météorologiques mais sur le sec j'aurai vraiment pu envoyer je pense. Car même sur les cailloux glissants ça envoyait!
Une autre de mes sorties fut au Serlin Trail, le vélo n'était pas trop adapté mais il s'en est très bien tiré, encore une fois je me suis bien amusé avec; les relances n'étaient pas du tout une corvée vu le poids du bébé et les suspensions ne pompaient pas énormément.
En gros le vélo est super léger, joueur (mais pas trop nonplus) stable, et une fois qu'on a pris le coup de main on s'amuse vraiment avec!"
Ajoutez des photos (2020px)

Pour conclure

Le Norco Aurum C7.1 est une véritable arme de course. Vif, stable et prêt à labourer n'importe quel pierrier ou virage relevé, le maître mot de ce vélo c'est la vitesse. Mais cette vitesse vient à un prix: il est difficilement accessible et même si son guidon tombe bien sous les mains et que la position est très saine, pouvoir l'emmener et le maitriser à haute vitesse requiert de l'expérience et de la technique. Une arme à péter du chrono donc, mais à ne pas mettre entre toutes les mains!

2 commentaires

Connectez-vous pour laisser un commentaire