Le retour du Take Care of Your Trails 
2000*1045px

Le retour du Take Care of Your Trails 

A nous de jouer pour faire mieux que notre 3ème place de l'an passé !
Texte Simon Dumas
Photos MBF
Texte Simon Dumas
Photos MBF
A nous de jouer pour faire mieux que notre 3ème place de l'an passé !

Qu'est-ce que c'est ?

Take Care of Your Trails c'est un challenge européen visant à rassembler le plus de riders possible pour l'entretien de nos trails ! Organisé par l'IMBA au niveau Européen et la MBF (Mountain Bikers Foundation) en France, c'est le plus grand rassemblement pour l'entretien et la construction de trails en Europe. L'an passé la première édition avait rassemblé plus de 1250 bénévoles sur plus de 80 chantiers à travers 13 pays !
La France s'était classée 3ème derrière la Slovénie et l'Ecosse avec un total de 12 chantiers et plus de 150 bénévoles. On compte sur vous pour améliorer ce classement cette année avec non pas 1 mais bien 2 week-ends de shape au programme (dates ci-dessous) !

Le but pour l'IMBA et la MBF c'est aussi de avant tout de promouvoir les actions de préservation des sentiers et de montrer que chacun de nous, riders, peut se porter bénévole et apporter sa contribution au développement de notre sport. Chris Ball, directeur des EWS, soutient les TCoYT car c'est grâce aux locaux qui travaillent dur sur leurs trails qu'ils ont la chance de rouler chaque année sur de superbes sentiers ! Cette année la remise des prix aura lieu lors de la 3ème manche des EWS qui se déroulera les 12 et 13 mai à Olargues (34).
Pour nous, les intérêts sont multiples : rencontrer les riders du coin, découvrir de nouveaux trails, faire un bon débroussaillage de printemps de nos trails préférés, et bien-sûr partager une belle journée sur les trails entre passionnés ! C'est aussi l'occasion de créer votre trail crew et de planifier d'autres sessions shapes (et ride !) voire d'initier des démarches d'officialisation des traces etc.

Ajoutez des photos (2020px)

Où ? Quand ? Comment ?

Où ?

Où vous voulez, partout en France ! Vous pouvez aller shaper votre petit sentier préféré comme rejoindre des copains au trail du coin !

Quand ?

Pour cette seconde édition, deux week-ends sont programmés, les premiers d'avril et mai, voici les dates : 7 et 8 avril ainsi que les 5 et 6 mai 2018, à vos agendas !

Comment ?

 Il vous suffit de déclarer un chantier auprès de la MBF (brigadeverte@mbf-france.fr) ou de rejoindre un chantier déjà déclaré. Attention, seuls les chantiers déclarés compteront !

Plus d'infos sur le site de la Mountain Bike Foundation.

Ajoutez des photos (2020px)

4 commentaires

Whipperman
Statut : Gourou
inscrit le 07/02/17
Stations : 10 avisMatos : 6 avis
Pour l'instant il y a pas bcp de monde qui se bouge. Je chercher à monter un chantier autour de Grenoble ou dans le Diois

Connectez-vous pour laisser un commentaire

grobass

inscrit le 09/03/18
Mais c'est quoi ce dééélire? Depuis quand on préserve la nature à grands coups de virages relevés à la pelle mécanique, de constructions pharaoniques en bois, de pierriers artificiels savamment agencés avec des trajectoires évidentes? Je trouve qu'il n'y a rien de meilleur que de se fritter avec un terrain brut, plein de cailloux, de racines et de troncs d'arbres en travers des chemins, sinon où est l'intérêt de rouler sur des spads avec des suspattes de folie et des freins de maboul? Ça me rappelle les années 90 dans le milieu de l'escalade, où les mecs taillaient des prises à tout va et posaient des scellements tous les mètres, sous prétexte de faire des voies "homogènes"...Mais on est là pour se bastonner, pas pour se laisser glisser tranquillou jusqu'à la terrasse du troquet d'après-ride, non? Il est où, l'engagement, sur des trails shapés à la petite cuillère? (Ou sur des falaises qui ressemblent au mur d'escalade du gymnase du coin, mais c'est pas le sujet)
Bon, d'accord, je suis un vieux de la vieille, j'ai touché mon premier bike à 18 balais, y'a de ça bientôt trente ans. Depuis, je me suis cassé de ma Champagne natale pour les chemins hardcore des Alpes, c'est pas pour rouler des passerelles en bois de 500 mètres de long qui servent à que dalle et des chemins qu'on dirait des autoroutes!
L'idée même de "bike park" me révulse, j'y vois un enfermement, une limitation de la pratique sur un terrain contrôlé, délimité, balisé, et ça me fait flipper. Pour moi, l'essence même du mountain bike, c'est la liberté d'aller faire le con (et je tiens à ce terme, on est pas là pour se prendre au sérieux, mais bien pour aller déconner comme des gamins, sans limitations), de partir en virée, d'en chier pour arriver au sommet pour ensuite se taper une descente d'anthologie sur des chemins bien scabreux, et qui te décollent la pulpe du fond, avec du vide, du raide, du qui tabasse grave! Du coup, quand je vois ces images de types qui trimbalent des poutres, des pelles et des tronçonneuses, sous prétexte d'entretenir des chemins, ça me rend dingue! Un chemin, c'est juste la trace d'un passage répété à un endroit donné, à nous de ne pas dégrader exagérément cette trace à grands coups de roue arrière bloquée sur dix mètres, de palettes ou autres kickers posés au milieu du chemin. Pour moi, une construction, quelle qu'elle soit, n'a rien à faire au milieu d'un chemin. On est de simples usagers de la montagne et des forêts, au même titre que les piétons, les chasseurs, à nous tous de cohabiter sereinement, en mettant un point d'honneur à ne pas laisser de trace de notre passage. Dans le cas contraire, ça aboutit invariablement à des guéguerres stériles, avec destruction, tas de branches en travers des chemins, quand c'est pas des planches à clous et autres joyeusetés...
Oui, je suis un ancien, je roule régulièrement, et je tiens à cet espace de jeu fabuleux qu'est la montagne. Je suis attaché à une vision du jeu qui peut sembler archaïque, old-school ou que sais-je encore. Je fais du vélo, du gros vélo, je reste un gamin dans ma tête, et je veux pas qu'on me casse les rouleaux à me péter mon idéal de mec qui va juste s'amuser dans de la nature naturelle, sans conservateur ni additif.
C'est mal?
Hébin fuck.
kampfar
Statut : Confirmé
inscrit le 21/10/08
Il est vrai que les images avec les bastaings tout neuf de la scierie ne font pas rire.
L'article parle d'entretien, couper des ronces et enlever les arbres en travers est la base. Cest ce que je fais à longueur d'année.
Ok pour rouler des trailsTrails naturels, encore faut-il les avoir sous la main et qaund tu n'as rien, un petit aménagement peu rendre la trace plus technique, agréable et intéressante.
L'entretien sert aussi à limiter l'érosion du sentier par la surfréquentation.
Concernant le shape large et lisse, voir industriel des stations, en bikepark ou dans les bois, pour envoyer des gros sauts, il faut bien shaper un peu large, lisse avant et après les stunts.
Tu n'envoies pas des gap de 4m et des sauts de 10m sans un minimum d'aménagement ou alors le gars habite dans un monde idéal.

C'est sûr, pour se traîner la bite sur un sentier naturel, il n'y a pas besoin de travaux. C'est bien le probleme de la France, les gens consomment du chemin sans jamais entretenir. Et c'est là où cet action à tout son mérite. C'est essayé de changer les mentalités et fédérer les gens pour améliorer et pérenniser le vtt.
8

Connectez-vous pour laisser un commentaire

grobass

inscrit le 09/03/18
Qui parle de se traîner? On est pas là pour compter les pâquerettes non plus...Je fais aussi de l'entretien à ma façon, en bougeant des arbres tombés en travers des chemins, en virant des tas de branches judicieusement disposés pour faire ch*er (l'automne dernier, j'ai ainsi déblayé plusieurs fois de suite une portion de quelques centaines de mètres, à raison d'un tas tous les dix mètres, y'en a qu'ont vraiment que ça à foutre...), je ramasse aussi régulièrement toutes sortes de saloperies négligemment balancées par des porcasses. Maintenant, aller faire du BTP en forêt, c'est clairement pas mon trip.

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire