[CR] Enduforez 2019

takin38
takin38
takin38
Statut : Confirmé
inscrit le 09/08/16
101 messages
Stations : 2 avisMatos : 12 avisPhotos : 1 photos du jour
Après une année bien remplie à rouler sur pas mal de courses d’enduro et pas tout le temps du plaisir à l’arrivée. Un petit enduro entre copains de l’association faisait partie des projets 2019.
Après moultes recherches sur internet pour trouver l'Evènement qui allé nous rassembler pendant le week end nous avons donc choisi l’Enduforez organisé par la Team Dore Evasion dans le 63 qui prévoit un maximum de 100 participants, cela laisse présager un événement convivial !
Il faut savoir qu’il n’y a pas de Chrono avec 6 spéciales le samedi et autant le dimanche avec une navette le samedi en fin d’après-midi pour aller chercher nos véhicules au Col du Béal et une autre le dimanche pour se rendre à Notre dame de l’Hermitage pour le départ des spéciales.
Il existe de nombreuses formules pour plaire à tout le monde mais la plus plaisante reste la formule Must avec une prise en charge complète du vendredi soir au dimanche après-midi !



Le couchage ainsi que les repas du matin et soir se passent dans l’institut Saint Pierre à Courpière dans le Puy de Dôme mais j’y reviendrai plus tard.
Au dernier moment j’arrive à convaincre un nom connu dans le milieu du Vélo qui n’est autre que Guy CAVALERIE, pour le coup ça fait team usine avec comme vélos choisis 2 ANAKIN (27.5 Pouces) et 1 ANATRAIL (29 Pouces).
D’ailleurs j’avais lu rapidement la description et le dénivelé positif (2500 de D+ sur le Week end) était réalisable surtout que j’avais vu le mot navette dans la description donc dans ma tête il n’y avait pas de souci.
Mais c’est en recevant le mail de confirmation la semaine dernière que j’ai vu les distances (58 kms le 1er jour et 40 kms le 2ème jour) c’est la que j’ai commencé à me poser des questions !
La team émet des doutes sur la faisabilité de l’ensemble du parcours du haut de ces 94 ans cumulés ! On se dit que les journées sont longues et qu’il y a le vrai repas le samedi pour couper la distance en 2 ! Mais va falloir trouver des jambes et du mental !



Le temps annoncé pour ce week end était quelques averses, nous prenons le soin de prendre tout de même un Kway dans le sac car oui pour cette fois j’ai pris le Camelback Kudu pour la dorsale mais aussi pour la poche à eau ! Je ne me sentais pas de rouler avec juste ma Dakine Hot Laps 2L avec seulement 70 cl d’eau entre les ravitos et je pense que j’ai bien fait !
Nous arrivons donc au col du Béal pour 8h45 avec un accueil chaleureux et la remise des plaques avec un petit café pour bien se réveiller et c’est partie pour une petite liaison sympa.




Au départ du col du Béal

La spéciale 1 arrive très vite et c’est tant mieux, et le terrain est rendu parfait par la rosé du matin ! On sent que le club a mis les petits plats dans les grands car s’en suit une liaison super fun avec quelques passages splendides ! Le temps passe plus vite et on arrive rapidement à la spéciale 2 en croisant la première crevaison.



Le flow est toujours là est l’Anatrail de Guy est pour le moment le bike le plus adapté au vu de la douceur du terrain, il est d’ailleurs devant et imprègne un rythme qui pousse à me retrousser les manches ! Avec un passé dans le Trial moto et le Side car cross, il ne peut qu’avoir un bon coup de guidon !
On discute de tout et de rien et on ne s’aperçoit pas que l’on rate la liaison vers la SP3 ainsi que le ravito… C’est la que je me dis que j’ai bien fait de prendre mon sac ! On partage une barre de céréales le temps de regarder la carte fournie par l’organisation et le GPS que j’avais pris au cas où et on repart direction la SP4.
Dans un sens on souhaitait réduire un peu car nous n’étions pas sûr de pouvoir terminer la boucle et au final on aura peut-être perdu 5 kms et 100 -150 de D+.
On rejointe la moitié de la SP4 et pour nous c’est la qu’il commence à avoir de la pente et de la tourbe, on se sent réellement comme à la maison (le Pilat ), on voit quelques chutes et une rubalise bien écrasé au sol ce qui en dit plus sur le nombre de tout droit ????.



On commence à avoir un peu faim mais avant le repas il nous faudra affronter la plus dure montée du week end et c’est la que nos copains partis plus tôt en électrique et musculaire nous rattrapent (eux ils ont fait le ravito et la SP3), le timing sera parfait pour manger tous ensemble à Notre Dame de l’Hermitage où nous seront gentiment servi par de bonnes sœurs, quel contraste ! Certains pensent à recharger leurs batteries pendant que d’autres se ressourcent !
C’est d’ailleurs la que mon fidèle Cavalier (elle est facile celle-là !) ouvre sa poche a eau et vide le restant de Vin rouge dans son eau ! C’est là je me dis que l’après-midi risque d’être marrante.
Pour être sûr de pouvoir terminer la boucle, Guy et moi prenons le temps d’expliquer et de faire essayer nos vélos durant le temps de digestion. On espère que nos batteries ont été rechargés par cette petite pause.
On attaque dans le dur avec une petite montée pleine de charme nous emmenant directement à la spéciale dénommé la Cravate aux Mouches, la difficulté montre crescendo et on se fait plaisir de haut en bas, avec des passages de dalles somptueux.



Un peu de culture pour Guy !
La suite ça sera bien évidement une liaison en montée avec encore une fois 300 de D+ mais l’organisation propose un chemin alternatif pour ceux qui voudrait réduire la boucle, ayant raté une partie ce matin, on se motive pour faire cette liaison !
Et on a bien fait, avec un point de vue à la Pierre Pamolle qui vaut le coup ! Le temps que Guy fasse le spectacle pour les quelques marcheurs, je me prends un petit remontant car le compteur arrive à 35 kms et 1200 de D+ , c’est a peu près ce que j’arrive à faire en temps normal mais la il reste encore plus de 20 kms à faire, d’où l’importance de bien s’hydrater et de bien manger.




La descente de Pamolle la dure valait vraiment le coup de se faire ces 300 de D+ et d’ailleurs elle est bien connue des locaux et il existe un classement Strava pour savoir où l’on se situe.
D’après la carte il reste encore 2 spéciales et le dual slalom, les nombreux balisages ainsi que de bénévoles sont là pour nous guider et vous pointer en haut de chaque spéciale.
A noter que chaque spéciale a une petite histoire décrite sur un panneau cela rend encore plus conviviale le départ de la spéciale et l’heure du Dual à bientôt sonné !



Sur le chemin on nous a parlé de la Tuglotte apparemment c’est un petit cadeau de l’organisation, ils en proposent en haut du slalom et c’est vrai que ça arrache !
Le dual se passe dans un champ en descente agrémenté d’un petit saut. Je choisis le coté gauche pour le départ. J’arrive à gagner ce Dual, mais pour en avoir le cœur net, il faut absolument remonter et inverser les pistes ! En remontant je marche copieusement dans une bouse bien fraîche avec mes Afton neuves… il parait que ça porte chance, non ?



A droite, je laisse filer la victoire à Guy, il me dira le lendemain qu’il pense que je l’ai laissé gagner, la dernière spéciale de la journée a bénéficié d’un travail monstrueux pour voir le jour et d’après les shapeurs c’était un chemin pas utilisé depuis 50 ans !
Ils ont réussi à l’agrémenter de petits sauts sans risques et parfait pour s’envoyer en l’air en fin de journée !




Retour à l’institut par la route et nous avons bien mérité une petite bière avec la monnaie locale ????
Je laisse le soin à Guy d’aller récupérer le fourgon pendant ce temps-là je fais pilier au bar. Bizarre les roues de mon vélo tourne encore alors qu’il est posé contre le mur…




On arrive au repas avec le discours du président Oliver Costes avec en fond de la musique et les photos du jour ! Le repas est encore une fois excellent et on se régale aussi à voir les exploits de la journée.



Le président se ballade avec ces petites bouteilles de verveines verte et jaune, mon verre semble percé comme le pneu de certains, la nuit risque d’être courte dans le dortoir de l’Institut St Pierre.
Après une nuit agitée dans les dortoirs, nous voila debout pour déjeuner tous ensemble et se mettre dans l’ambiance.
On donne un petit coup de main à charger les vélos et on attend tranquillement le Bus pour gagner un peu de D+.
Cela tombe bien je ne me sentais pas trop de monter dès ce matin, il semblerait que la mousse au chocolat soit mal digérée…
Je réussi à tenir 40 mn dans le bus mais à 4 kms de l’arrivée, il y a eu la remontada… 2 mn après je remonte dans le bus sous des tonnerres d’applaudissement comme si on était dans un incroyable talent… cependant il va en falloir du talent pour affronter les 40 kms de la journée maintenant que je suis vidé.



30 mn après le bus...


Nous commençons par 2 spéciales dans le même secteur dont une que l’on avait déjà fait hier, ça permet de se lâcher un peu plus et d’apprécier encore plus les traces. J’essaie de m’accrocher à un jeune alors que je suis à jeun depuis une heure, je transpire et le t-shirt manche courte me convient parfaitement.
On arrive à rouler entre copains et la fatigue de la veille se fait sentir, on décide à l’unanimité de s’économiser de ne pas monter jusqu’à Pamolle pour pouvoir profiter des nouvelles spéciales du jour. Cette fois on ne rate pas le ravito et c’est tant mieux et le cola me fait le plus grand bien !
On attaque donc la spéciale après être remonté tranquillement après le ravito, on change un peu de terrain avec du un peu plus cassant et plus sec, pour ma part je sens la fatigue dans les bras et je subis un peu plus, la spéciale d’après se passe en partie sur une voie romaine, je sais que je suis moins à l’aise que Guy quand ça tabasse et je le laisse partir devant ! J’ai bien fait car il n’a pas eu peur de lâcher les freins et c’est amusé comme un fou.
Au vu des feuilles et des branches, il y avait de gros risques pour les dérailleurs… pas manqué en bas un rider a accumulé crevaison + casse du dérailleur, il avait passé tant de temps à nettoyer sa transmission hier pendant que nous étions à l’apéro.

On se redirige lentement vers le dual et cette fois Guy et moi on a tous les deux l’ANAKIN, et je prends la piste de droite où j’ai perdu hier, sans le savoir nos copains qui avaient pris de l’avance ont dû régler une petite crevaison lente et sont en bas du slalom, il y avait une ambiance de folie.




Je réussi à avoir le dernier mot en grillant ce qui pouvait être ma dernière cartouche, mais la fin du parcours reste douce en termes de dénivelé.
Le temps d’échanger nos vélos pour la dernière spéciale du week end et de parler de nos douleurs liées au temps passé sur la selle du vélo ! On arrive rapidement à l’Institut avec encore un bon repas et une bonne bière (enfin moi je reste au Cola !)
On enchaîne sur une douche et une micro sieste avant de retourner à la maison avec pleins de souvenirs et d’anecdotes !
Merci à la Team Dore Evasion pour ces sacrés moments de partage, le temps passé à tracer pour nous des singles de folie. Ainsi qu’aux bénévoles femmes et hommes qui ont fait que notre week end fut une expérience unique. Je remercie personnellement le chauffeur du bus de s’être arrêté à temps !

razgriz65
Modo
razgriz65
razgriz65 [Modo]
Statut : Expert
inscrit le 04/07/08
11K messages
Stations : 4 avisMatos : 29 avisPhotos : 1 photos du jour
pas mal ce petit evennement avec un format un peu différent de l enduro standard.

ca vous a couté combien le week end ?
takin38
takin38
takin38
Statut : Confirmé
inscrit le 09/08/16
101 messages
Stations : 2 avisMatos : 12 avisPhotos : 1 photos du jour
Alors la complète du vendredi soir au dimanche après midi all inclusive nous a couté 120 €, je trouve que c'est raisonnable !
razgriz65
Modo
razgriz65
razgriz65 [Modo]
Statut : Expert
inscrit le 04/07/08
11K messages
Stations : 4 avisMatos : 29 avisPhotos : 1 photos du jour
ah ben oui, bouffe et hebergement inclus c'est sympa comme tarif
PierreC
PierreC
PierreC

inscrit le 10/07/19
1 message
Très bel événement. Un accueil au top, des parcours au top, une ambiance géniale... Merci pour l’article et merci au Team Dore Évasion pour tout et ce magnifique week-end.
Pierre... pour les 3 suisses et les 3 générations...