In Berthoud we trust

Photo de couverture

Cliquez ici pour ajouter une photo de couverture, ou déposez la photo dans ce cadre. Si les dimensions sont supérieures à 2000x1045 pixels, la photo sera automatiquement redimensionnée.

L'image d'en tête sera affichée derrière le titre de votre article.
Cliquez ici pour remplacer la photo de couverture (2000x1045 pixels), ou déposez la photo dans le cadre pointillé.

In Berthoud we trust

Bike, friends and cheese
Aurore_powpow
Texte :
Photos :
Léa W2L
Cet article est issu du mag communautaire 26in, dans lequel les membres de notre communauté peuvent partager librement leurs plus belles histoires de vélo. Publiez la votre !

Ne sachant pas par où commencer pour décrire cette expérience incroyable de 2 jours à Châtel, je vais juste me la jouer en chronologique.

BIKE DAY #1

N’ayant pas roulé à Châtel depuis ma première année de vélo en 2016 et n’ayant jamais eu l’occasion de faire toutes les pistes, c’est avec grand plaisir que j’ai redécouvert ce bikepark hors du commun.

La première journée s’est déroulée en compagnie de Sylvain Ploton, un des moniteurs de l’unique école de VTT de Châtel. Après un rapide briefing, nous voici lancés sur la mythique verte Panoramic, qui domine le lac de Montriond. Piste qui ravira même les débutants, elle est composée de grandes lignes droites agrémentées de petites bosses type pumptrack, qui serpentent jusqu’à l’intermédiaire de la station. Idéal pour se chauffer.

La descente s’est poursuivie sur la Serpentine, qui porte bien son nom. Piste magnifiquement shapée avec de gros virages relevés, j’ai adoré son flow ! On termine même par une petite coupe dans la Châ-Nada, qui propose un river gap suivi de 2 doubles.

Sylvain est aux petits oignons, il nous explique les difficultés et nous guide parfaitement. On y va les yeux fermés ! On poursuit sur les rouges, qui engagent un peu plus, tout en étant accessibles car toutes les difficultés s’évitent. Il y en a pour tous les gouts, la Haute Tension tourne dans le raide et les cailloux, mais permet de jolis lâchers de freins. La Vink Line permet aux adeptes des sauts, de s’envoler sur les énormes tables parfaitement shapées. La Vorachatak permet le passage de 2 jolies passerelles, suivies d’une table et du fameux road gap. Tant mieux si tous ces mots te mettent des étoiles dans les yeux. Si au contraire ça te fait peur, ne t’inquiète pas, le bike park offre aussi une jolie alternative avec la Vink Line du bas qui est cotée verte. Très roulante, elle permet de s’initier à la vitesse et aux virages relevés. Néanmoins elle permet aux confirmés de se prendre d’assez grands vols, le partage de cette même piste peut paraître surprenant.

Le midi, nous avons eu la possibilité de découvrir le très bon restaurant l’Étable, qui se trouve à l’intermédiaire des 2 télésièges. Magnifique terrasse qui surplombe la vallée et carte alléchante : salades, paninis, burgers, tiramisu, tarte au myrtille… J’en salive rien que d’y penser. Les produits sont frais et maison, c’était délicieux, on valide !

Le Tiramisu à la framboise, c'est vraiment parce qu'il faut tester ! Et aussi un peu parce que je suis gourmande...

Gaëlle, ma team mate de choc

Allez, on n’est pas là pour enfiler des perles, on y retourne ! Et là, Sylvain a une idée qui nous met toutes les 3 d’accord, on part faire un enduro, la Clandestine !

Du sommet, on part en direction du col de Bassachaux. Paysages magnifiques, on roule au milieu des prés fleuris, et on a même le droit à un cours de botanique par notre guide qui est également Accompagnateur en Moyenne Montagne ! Après s’être fait bouffer le bras par une marmotte, on repart à l’assaut des sentiers. On se régale, on en prend plein les mirettes ! Les vues sont superbes, on est seuls au monde (à part une unique dame qu’on a surprise en train de faire pipi au milieu du chemin), les sentiers alternent parties roulantes puis parties plus cassantes, passages en clairières et passages en forêt… On termine en coupant dans un champ d’herbes hautes, le sourire aux lèvres, et qu’une seule envie, y retourner !

L’orage nous laisse juste le temps de découvrir la mythique noire Bike Patrol, qui pose le niveau direct avec un gros mur plein de racines. Show by Mirouf ! Passage technique dans un pierrier, on se régale ! Puis on lave les vélos sous la pluie, et on se met à l’abri le temps que la saucée passe !

Le soir, il était prévu une sortie en électrique, pour aller déguster le fameux plat local « le Berthoud », dans une ferme d’alpage. Le combo fromage + descente à la frontale dans les singles a été annulé par l’orage. Dommage… On va se venger dans la piscine et le SPA de l’hôtel 3* « Fleur de neige ».

NOTRE AUBERGE POUR LA NUIT

En temps normal on aurait été en mode #vanlife sur l’immense parking au pied des remontées, où le camping est toléré. Mais quelle surprise de découvrir le magnifique hôtel Fleur de neige, au cœur de la station. Établissement géré depuis plusieurs générations par la même famille, nous avons été accueillies à bras ouverts malgré nos fringues pleine de boue. Comme quoi, DH et confort ne sont pas incompatibles… Les chambres sont cozy, parfaitement équipées, toutes différentes, ce qui apportent un réel charme à ce bâtiment qui domine la vallée.

Allez, le temps d’une douche et voici 3 nanas qui retrouvent leur âme d’enfant pour jouer au ballon dans la piscine. Spa, sauna… On profite pleinement de ces instants de détente !

Puis on se prépare pour rejoindre Pauline, la responsable commerciale de la station et Pascale, l’attachée de presse. Dégustation de cocktail sur la terrasse en guise de débriefing de la journée ! Vient le moment du dur choix sur une carte où tous les plats donnent plus envie les uns que les autres… Je reste sur le projet initial du Berthoud, plat phare de cette magnifique station nichée au cœur de la vallée d’Abondance. On déguste une très bonne Mondeuse, ce vin rouge de la région qui n’a pas toujours bonne réputation. Je confirme qu’il ne faut pas se fier aux ragots ! Et comme la gourmandise n’est pas un vilain défaut, je termine avec une crème brulée à la Verveine… Un délice !!!

On ne demande pas notre reste, on va s’écrouler dans nos grands lits douillets pour prendre des forces pour le lendemain…

BIKE DAY #2

Après un copieux petit déjeuner sacré sulé, on se retrouve à 9h45 sur le parking du bikepark avec Matéo Verdier, figure phare du bikepark et des Loose Riders, qui partage son année entre Châtel et Queenstown. Jeune tête brulée qui « kiffe sa life », dixit Léa, et ça se ressent sur le bike. C’est avec un big smile et une bonne humeur, et après plusieurs oublis de masques par-ci par-là, qu’on se chauffe sur la Panoramic, pas tant panoramique ce jour-là. On comprend tout de suite que la journée va être dédiée aux jumps et à la découverte des pistes délaissées la veille. On embraye vite dans la Vink Line du haut, la sensation de prise de vitesse dans les énoooormes virages relevés est hallucinante, si tu as envie de prendre des G et de savoir ce que ça fait d’être dans une centrifugeuse, tu es sur la bonne piste. On prend le temps également de shooter quelques clichés pour alimenter nos articles ! Haute Tension avec passage de la dalle, Vorachatak avec sauts des passerelles repérées la veille, la matinée est studieuse !

Nous avons l’honneur de partager notre repas du midi avec les gars sans qui rien de tout cela ne serait possible : les bike patrols. Team convivial de 9 happy bonhommes, on découvre les coulisses du spectacle. Passionnés de bike et de leur métier, ils passent leurs journées à patrouiller, shaper, secourir si besoin. On se sent entre de bonnes mains !

Le burger et le demi de bière finalement avalés, on retourne se chauffer sur une Haute Tension avant d’aller découvrir la fameuse Komatrautrail ! A l’époque où j’avais roulé à Châtel, elle était cotée rouge. Aujourd’hui elle est passée noire, et propose plusieurs enchainements de portions techniques avec des marches. Au milieu de la forêt, elle présente de jolis tapis de racines. On se régale une fois de plus !! Comme elle coupe la célèbre Air Voltage, on assiste à de beaux vols de la part des copains. Et vu qu'elle se termine dans le slopestyle, on se chauffe pour passer quelques modules !

Mateo nous laisse pour aller rejoindre les Loose Riders, et comme on en veut encore plus, on remonte pour se refaire une Vink Line du haut et découvrir une nouvelle noire : on choisit la Dré dans le Pentu. Elle porte bien son nom, je l’enchaine presque sans m’arrêter, tellement mes bras commencent à accuser le coup des 2 jours, avec Gaëlle dans ma roue… On clôture sur cette belle descente, et on décide de finir cette expérience inoubliable autour d'un berthoud d’une bonne bière fraiche, sur la terrasse du bar au pied des pistes !

Les mots ne suffisent pas pour décrire le sentiment de bonheur d’avoir partagé ces moments intenses avec deux nanas, deux amies et warriors. J’ai trouvé que l’esprit familial et friendly du MTB est encore plus marqué dans cette station où tout le monde partage sa passion du vélo avec les autres.

A tous les riders et rideuz qui n’osent pas aller à Châtel, ne vous fiez pas aux apparences et prenez le temps d’aller découvrir ce superbe spot, quitte à vous faire accompagner par un des guides de l’école, vous serez en parfaite confiance pour démarrer du bon pied ! ;) 


Hasta la vista Châtel !


Pas encore de commentaire
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

.