GTHA -  La traversée des Hautes-Alpes de Modane à Serre-Ponçon

Photo de couverture

Cliquez ici pour ajouter une photo de couverture, ou déposez la photo dans ce cadre. Si les dimensions sont supérieures à 2000x1045 pixels, la photo sera automatiquement redimensionnée.

L'image d'en tête sera affichée derrière le titre de votre article.
Cliquez ici pour remplacer la photo de couverture (2000x1045 pixels), ou déposez la photo dans le cadre pointillé.

GTHA - La traversée des Hautes-Alpes de Modane à Serre-Ponçon

Gtha
La traversée des Hautes-Alpes de Modane à Serre-Ponçon version cols d'altitudes entre fréros !
Maksone
Texte :
Cet article est issu du mag communautaire 26in, dans lequel les membres de notre communauté peuvent partager librement leurs plus belles histoires de vélo. Publiez la votre !

Intro

Voilà maintenant plus d'un an que la GTHA (Grande Traversée des Hautes-Alpes) me faisait de de l’œil. N'étant pas un grand habitué des treks sur plusieurs jours, je convainc - sans grande difficulté- mon frère chamois de m'accompagner pour cette aventure. On fixe la date à fin août pour éviter la foule en cette période de pandémie et on croise les doigts pour la météo... On choisit de faire le parcours en dormant en gîte en demi-pension pour ne pas trop s'encombrer et pouvoir profiter un minimum du ride.

J-1

La météo s'annonce parfaite, tout est réservé, les traces étudiées pour chaque étape. Le parcours a été légèrement remodelé par rapport à l'officiel pour diminuer le temps passé en train.  On a tracé des étapes de maximum 50km et 2000m de dénivelé pour ne pas trop souffrir. Après tout ça reste des vacances ! Plus qu'à préparer les sacs et les biclous ! On passe l'après-midi de la veille du départ à essayer de diminuer le poids du sac au maximum. 

J1. Modane à Névache par le col de la vallée étroite

On commence cette première journée en TER pour quitter notre ter-ter direction Modane, où on commence notre longue ascension jusqu'au col de la vallée étroite (2434m). Une fois passés les lacets sur route jusqu'à Valfréjus, on monte lentement sur une piste 4x4 en plein cagnard. Puis on termine l’ascension dans les alpages avec un peu de poussage et de portage. On galère à rattraper les randonneurs au loin !

Arrivés au col de la vallée étroite, on arrive dans les Hautes-Alpes, on quitte donc la Maurienne et on peut enfin ré-ouvrir les yeux (comme disent les tarentais) ! On entame par une descente dans les alpages qui devient rapidement trop technique pour rouler. Puis on passe le hameau des Granges, qui est une enclave italienne en France. Habitants, signalisations, et réseaux y sont italiens !  Peu après, un arbre traverse malheureusement sans regarder et je m'étale sur la caillasse. Rien de cassé mais les coudes et les genoux en sang. Je viens de gagner ma place de suiveur pour le reste de la traversée. Plus que le col de l'échelle à passer et quelques minutes à me demander pourquoi je fais du vélo et nous voilà dans la commune de Névache. Un repas chaud nous attend accompagné d'un petit papy hibernateur ronfleur pour passer la nuit.


Ajoutez des photos (2020px)

J2. Névache à La Chalp par le col de l'Izoard

Après une courte nuit, on enjambe nos montures au départ de Plampinet pour descendre la magnifique vallée de la Clarée puis attaquer le col d'Izoard. La trace suit principalement des chemins 4x4 et sentiers, ce qui permet d'éviter le vrombissement des motos...Ca roule difficilement par endroits et quelques portages sont nécéssaires. On termine par quelques lacets sur route avant le sommet, où on croise des longboardeurs fous à la descente. Au sommet, on discute avec 2 "GTHistes" qui font le parcours en mode bivouac et on décide de faire le reste de la journée ensemble : Direction le col du Tronchet (2347m) pour une longue descente sur un chouette single sablonneux jusqu'à La Chalp où les bières fraîches nous attendent impatiemment. Nos joyeux compères de l'après-midi finissent par réussir à négocier une douche d'avant match dans le bar du coin ! 


Ajoutez des photos (2020px)

J3. La Chalp à Réotier par le col de Furfande

C'est parti pour une grosse étape avec au programme l’ascension du col de Furfande (2503m) où on monte suivis de VTTistes faisant le tour du Queyras. Mon frère me met dix bonnes minutes d'avance en coupant par le GR avec le vélo sur dos alors que je continue tant bien que mal à pédaler jusqu'au sommet, pour la beauté du sport, dira t'on. Une magnifique descente typée enduro en passant par le col Garnier commence dans les alpages puis sinue entre les arbres avec quelques très courts passages assez dangereux et exposés, où on met pied à terre (j'te jure maman). On traverse ensuite les gorges du Guil, et je pense à notre cher Gérard dans les Valseuses. Recharge des estomacs à Guillestre, petit tour à la fontaine pétrifiante de Réotier, dernière grimpe digestive, aussi tendue que la peau de nos ventres, et nous voilà arrivés à l'épatant gîte de Pinfol qui surplombe toute la vallée ! 


Ajoutez des photos (2020px)

J4: De Réotier à Réallon 

Direction Réallon, pas l'étape la plus passionnante en terme de sentiers. Il fait trop chaud et l'alternance de montées et descentes sur pistes sans grand intérêt donne l'impression de ne pas avancer et nous sape un peu le moral. Les quelques clébards joueurs qu'on croise et les vues plongeantes sur le lac nous redonnent un peu d'élan. Forts sympathiques ces canidés du Sud ! La météo qui risque de se gâter les jours suivants nous fait revoir notre parcours et on décide d'abandonner la dernière journée autour du Dévoluy et d'en profiter pour aller se baigner au lac. 


Ajoutez des photos (2020px)

J5: La Der de Réallon à Chorges en passant par le lac

Et c'est parti pour la dernière étape par le col de Gardette (2125m) avec une montée agréable dans les alpages et une descente jusqu'à Chorges sur le GR plutôt endurisante assez rapide avec quelques passages techniques. Et un plongeon au lac pour conclure cette escapade de vélo de montagne !


Ajoutez des photos (2020px)
2 commentaires
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

.