Pimp my bike : Améliorer la soupe avec un peu de persil et de cumin

Photo de couverture

Cliquez ici pour ajouter une photo de couverture, ou déposez la photo dans ce cadre. Si les dimensions sont supérieures à 2000x1045 pixels, la photo sera automatiquement redimensionnée.

L'image d'en tête sera affichée derrière le titre de votre article.
Cliquez ici pour remplacer la photo de couverture (2000x1045 pixels), ou déposez la photo dans le cadre pointillé.

Pimp my bike : Améliorer la soupe avec un peu de persil et de cumin

Le Trail à portée de main
jycstd
Texte :
Photos :
jycstd, neatt, rockshox
Cet article est issu du mag communautaire 26in, dans lequel les membres de notre communauté peuvent partager librement leurs plus belles histoires de vélo. Publiez la votre !

ARRIVÉE DANS LE MONDE DU VTT

Il y'a un an, dans le cadre d'une année complète passée de remise en forme, de (re) découverte des joies et bienfaits du sport outdoor, et suite à une tentative de décrassage  post vacances estivales un peu trop musclée, dans mon malheur est né mon bonheur.

Étant décidé après 3 semaines sans activité physique régulière de m'y remettre, j'ai eu la bonne idée d'inclure dans mes séances de décrassage un peu de course à pied.

Idée stupide qui a eu raison de mon genou capricieux (et ce n’est pas faute de savoir que le footing quand on a un genou un peu abimé et un peu de poids en trop c'était un truc pas raisonnable).

 Ça m'aurait demandé une bonne semaine de repos pour reprendre mes activités sans gênes (marche nordique et randonnée).

Jusque là, rien de grave, mais j'étais pour le coup bien décidé a pas m'arrêter sur ma reprise sportive.


Pourquoi je vous raconte tout ça vous allez me dire ?

J'aurais pu préparer mon prochain best seller et m'entrainer à faire la plus belle dédicace pour tata. 

Mais non, simplement pour en venir au fait, et c'est en jetant un oeil dans le garage familial, que j'ai eu la riche idée de faire un tour sur le VTT qui s'y trouvait là.

A priori pour les genoux ça reste doux, et ça me permettait de faire mon sport.

Une, deux sorties, c'était foutu, j'avais chopé le virus.

Cependant, ce n'était pas mon VTT. L'emprunter de temps à autre pas de soucis, mais pour sortir régulièrement, a un moment, il faut se lancer.


Soucieux de vouloir me renseigner au maximum, étant strictement néophyte (que ce soit la culture de ce sport, le matériel, la mécanique cycle), je me suis mis à la recherche d'informations pouvant m'aider dans mon achat.

La suite on la connait, j'ai eu la chance de tomber sur ce forum, qui a changé bien des choses pour moi.


Ni une, ni deux, je me lance, un petit sujet dans la catégorie de recherche de vélo, un bon paragraphe pour faire état de la situation, des besoins et des faibles finances et les aides affluent.

Très judicieusement, les membres 26in m'orientent dans mon choix, me permettant au moment T de sélectionner le type de vélo et l'équipement le plus proche de ce que je voulais et de ce que mes finances me permettaient, et au passage de me cultiver un peu sur les différents types d'équipements.

Ce sera un Grand Canyon, équipé d'une transmission 2x11 SLX/XT et d'une fourche Rockshox 30 avec un ressort air de 100mm de débattement et un cadre d'une géométrie plutôt axée rando (pas vraiment couchée façon XC, mais l'équipement ne lui donnait pas vraiment les gènes d'un trail non plus).


LE CONSTAT

Très content de mon achat, les semaines passent, les kms aussi, ma passion se renforce, mes échanges sur 26in, mes lectures et mes sorties avec d'autres amis passionnés me permettent de vraiment m'instruire et ma pratique se précise.

Et c'est à ce moment précis, que l'on se rend compte de pourquoi l'on a fait un bon choix au départ : celui de ne pas investir trop, trop vite.

Là où je croyais que le XC était la pratique qui me convenait, les larges chemins plats et roulants m'ont vite emmené vers le royaume du single et le plaisir du pilotage.

Un constat s'ouvre à moi assez rapidement : je veux faire du trail. Pédaler oui, monter oui, mais surtout, profiter et prioriser les sentiers aux kms.


Là, vous me dites, c'est le moment de revendre ton Grand Canyon et d'investir dans un vélo plus spécifique.

Oui, mais mon bon ami, les finances ne sont pas infinies, et disons qu'entre un achat immobilier, l'équipement de celui-ci et quelques imprévus, mes désirs n'étaient pas en phase avec la raison.

Et malheureusement (ou heureusement) pour moi, je suis quelqu'un de raisonnable.

Pour autant, je ne voulais pas investir beaucoup dans ce vélo, sachant pertinemment que dans un futur plus ou moins proche, il faudrait quand même se rendre à l'évidence et aller sur quelque chose de plus adapté.

Fort de ce constat, et de celui que j'avais déjà décidé de mettre les mains dedans niveau entretiens (j'aime quand les choses fonctionnent comme elles devraient, c'était impensable de ne pas apprendre la mécanique qui pour moi est essentielle a nos pratiques parfois exigeantes pour les bécanes, j'aime avoir toujours un vélo qui tourne impec et pour ça, faut apprendre à le faire) et pas du genre à me laisser abattre, j'ai pris le taureau par les cornes.

Qu'est-ce qui sépare ce grand canyon pourtant pas vraiment un XC, d'un petit trail, qui me permettrait de m'amuser un peu plus ?


LA POSITION


Bon, le cadre, on a dit qu'il n’était pas vraiment typé XC pur.

Mais pour autant, chez canyon, on a voulu donner un poil plus de rendement, et on a collé une potence immense, 100mm.

C'est bien pour monter, mais au quotidien d'une ça me casse le dos (et là les mauvais esprits crierons "gainage !" et ils auraient raison) et en plus, ce n’est pas très fun.

La première modification sera de raccourcir tout ça.

Les sirènes de l'esthetisme auraient voulu une belle potence en 35mm pour faire comme les grands avec leur vrai vélo AM, mais vu le reach assez court de base, j'ai décidé (toujours avec l'aide des membres 26in) que 60mm serait un bon compromis, ça faisait déjà 40mm en moins.

Ce sera une potence neatt (marque alltricks) a 15€, avec un angle de 7° de 60mm.

Plutôt basique, mais qui esthétiquement fait totalement la blague.

On réceptionne tout ça, on monte ça sur le vélo et on va faire un tour.

Verdict ? Top !

Un peu décontenançant au début, la roue est physiquement plus loin de mes mains, mais au final le bike est beaucoup plus joueur, j'arrive à bien mieux reculer sur le vélo, et je gagne énormément en maniabilité.

Les 7° installés en positif relèvent à peine le cintre, c'est pas plus mal.

La position au pédalage est un peu moins bonne, mais reste largement satisfaisante.

Première victoire donc.

Et puis, le covid arriva. Le vélo, condamné au garage, et moi à rester confiné, désireux de rouler sur un vélo propre mécaniquement et bien entretenu, je décide de me lancer dans un entretiens de pré saison de bon aloi, après une saison humide bien longue.

Changement des plaquettes, vérification, nettoyage et graissage des roulements, nettoyage et graissage du pédalier et, vidange des fourreaux de la fourche et contrôle d'un peu tout.



LA SUSPENSION


Parce que vous l'aurez compris, je suis motivé et bien décidé à me sortir les doigts, je me lance dans cet entretien - vraiment pas compliqué - de ladite fourche.

Toujours avec l'aide bienveillante des membres du forum, j'en profite, curieux de nature, pour me rencarder sur le fonctionnement des suspensions et amortisseurs, sur les technologies et le fonctionnement de tout ce petit monde.

Et c'est là, que je m'aperçois, au détour d'une discussion et des consultations des docs sram service que ma fourche, est équipée de "travel spacer".

Comprenez, de petites entretoises en plastique, emmanchés sur la came du piston air, qui ont pour fonction de limiter le débattement.

La théorie, voudrait que ma fourche puisse être passée de 100 à 120mm de débattement.

Mais dites donc, ce ne serait pas une bonne opportunité de pimper un peu plus le bike ?


L'idée est alléchante, mais je me renseigne un peu, car qui dis modifier le débattement, dit toucher à la géométrie du vélo, et si vous voulez franchir le cap, faites-le en connaissance de cause.

20mm de débattement en plus, globalement, c'est dans les tolérances que peut supporter un cadre en termes de modification. Cependant, cela aura, sur le papier, plusieurs effets :


- Ouverture de l'angle de direction : ça, c'est un bon point, dans ma quête de la "trailisation", ça nous donne 1° en moins, autrement dit, un petit plus de stabilité et un peu plus d'aisance dans la pente. Ça ne changera pas diamétralement le vélo, mais c'est toujours ça de pris.

- Augmentation de la hauteur de pédalier et de la direction : on rehausse le cintre de 20mm (enfin pas tout à fait, car la fourche n'est pas perpendiculaire au sol, mais vous avez compris) et par extension, on remonte aussi un peu le boitier de pédalier. Sur le papier, ça modifiera un peu les appuis, il faudra plus pencher le buste en avant pour charger la roue directrice et abaisser le centre de gravité pilote/bike.

- Ouverture de l'angle de selle : le vélo prend de la hauteur devant, logiquement la position de pédalage se décale un peu d'autant vers l'arrière. Rien de dramatique, mais faut savoir que ça sera encore un petit pas de plus vers un pédalage moins efficace.

- Augmentation du débattement : Plus de débattement c'est la possibilité pour moi outre d'avoir un peu plus de marge, d'augmenter un peu mon sag et de me redonner un peu de confort dans les bras et d'avaler un peu mieux le relief.

Je suis dans la catégorie format camion, et pouvoir réduire un peu la pression dans le ressort c'est clairement le bienvenu.


Après réflexion, peser le pour et le contre je me dis banco. Au pire ce n'est pas une opération irréversible.

Questionnement annexe supplémentaire, la rigidité. Avec des plongeurs de 30mm, augmenter le débattement posait la question de ne pas transformer la fourche en un chewing gum.

Décision prise, on passe au garage.

Globalement, la manipulation reste simple, Rockshox étant une marque particulièrement bien documentée, les seuls menus problèmes rencontrés (retirer un blocage non mentionné dans la doc) sont résolus avec l'aide toujours aussi précieuse des membres du forum.

On retire l'entretoise, on remonte, on vidange et on test.

En statique, tout fonctionne parfaitement. La sensation est particulière, la direction a vraiment pris de la hauteur, mais il faudra encore patienter la fin du confinement pour tester ça sur les trails.

Après une reprise post déconfinement bien active (le beau temps nous narguant depuis 1 mois, je crois qu'on a tous pris une grosse dose de vélo d'un coup) le bilan est très positif.

Les appuis changent, comme prévu, mais pas pour le pire.

Je gagne vraiment en confort et le fais de pouvoir descendre un peu en sag, me donne un surcroit de grip à l'avant, qui n'est pas pour me déplaire.

La rigidité n'était pas exceptionnelle avant, je n'ai pas senti que les choses empiraient dans le mauvais sens.

Le revers de la médaille, c'est que ça a entaché un peu la montée, une fourche moins raide, avec plus de débattement, ça pompe à peine plus. Mais ça reste de l'ordre du très raisonnable, et après tout, ce qui compte c'est le bon côté de la pente !

LES PÉDALES


Toutes ces améliorations rendent le vélo bien plus en phase avec ma pratique.

Le printemps ayant fait son oeuvre, les sentiers sont devenus secs, mes optimisations aidant, la technique sur le vélo acquise aussi, la vitesse augmente d'autant.

Ceci étant, malgré les conseils toujours précieux des membres cette fois-ci niveau pilotage, les pédales type BMX d'origine du vélo, me donnent du fil à retorde.

Le travail sur la position des talons pour arrêter de perdre mes appuis au pied dans le cassant fonctionne particulièrement bien, mais  je manque de grip sur les pédales tout de même.

C'est décidé, on change.

Là aussi, toujours sur conseil des membres et dans un souci de ne pas casser la tirelire sur ce vélo, je m'oriente vers des pédales plates (les autos ce n’est définitivement pas pour moi) génériques avec plateforme large en plastique et picots métal, pour la modique somme de 20€.

Commande passée, pédales montées, le constat est sans appel.

Un grip de folie (même comparé aux pédales de marque des copains), limite parfois trop, mes semelles actuellement en accusent le coup.

Bon, on commence à être pas mal, le vélo avec de petites modifications n'a dans son comportement déjà plus grand rapport avec le départ, on est en présence d'un vrai petit trail et le plaisir au guidon est sans commune mesure.

LES PNEUS


De base, ce grand canyon était équipé d'une paire de Schwalbe Racing Ralph en carcasse twinskin et gomme performance en 2,25".

Autant dire que ça roule fort, mais le grip et la résistance de la carcasse sont bien plus discutables.

Après un séjour chez moi dans le Doubs (je n'avais pas encore amené le vélo là-bas entre l'hiver et le confinement que j'ai fait en IDF), sur des terrains bien plus exigeants techniquement, le constat est là : le grip est précaire, trop précaire.

De surcroit, mon pneu arrière a besoin d'être changé, je l'ai déjà bien mangé.


Je me dis donc, trouvons un pneu avant sympa, passons l'avant a l'arrière, le grip n'y sera pas phénoménale, mais vu le prix des pneumatiques, on va déjà finir ce qu'on a.

Le destin en a voulu autrement, grosse entaille dans le pneu avant, celui-ci est à jeter sous peu.

Bon, on change donc le fusil d'épaule.

Quitte à investir dans un train de pneus flambant neuf, autant en profiter pour monter du plus gros, en section, en renfort et en crampon.


Commence la phase de recherche, de décryptage des appellations de gommes, de carcasse en fonction de chaque marque, des modèles.

26 in est encore ici une mine d'or, entre les conseils des membres et les tests privés, du caviar.

L'occasion faisant le larron, je me dégotte un pneu arrière profil rond, avec un cramponnage typé trail pour ne pas totalement fusiller le rendement non plus, une carcasse relativement solide et bonus, une protection supplémentaire sur la bande de roulement et une gomme dure pour éviter de la manger trop vite.

Ce sera donc un Schwalbe Nobby Nic snakeskin DD en 2,35" en monte arrière.

Pour l'avant, je tombe sur une petite promo pour un Michelin Wild Rock'r2 en carcasse gravity et gomme Magi-X compétition line (la plus tendre chez Michelin) en 2,35" toujours.

C'est lourd, mais le pneu s'avère prometteur, niveau résistance et niveau grip.

Là aussi, un compromis est choisi. Des pneus plus cramponnés, plus lourds, plus larges, mais qui promettent un grip sans mesures aucunes avec les Racing Ralph.

Le Rock'r 2 est le grand questionnement, ne sera-t-il pas trop pour du trail ?

Les deux pneus étant des affaires, allez, on tente le coup, le tout pour la bagatelle de 50€ les deux livrés !

On réceptionne, on transpire et on laisse les pouces sur le montage des Michelin, et voilà, on a un trail tout beau tout propre, avec de vrais pneus.


Quelques essais plus tard, c'est sans appel.

Du grip, du grip, du grip et encore du grip.

Les Michelins sont formidables sur les appuis, la tenue sur l'angle (profil carré avec de gros crampons latéraux) est royale.

Je redécouvre une fois encore le vélo, et prends un max de confiance (d'ailleurs un peu trop, sanction à la clé quelques semaines plus tard avec un bel OTB et une grosse frayeur).

Le confort est aussi de mise, le pneu avant filtre bien mieux le terrain, c'est ça de moins pour ma petite RS 30, et mes bras ne sont pas boudeurs.

Le revers de la médaille ce coup-ci sera encore et toujours le rendement.

Il en a pris un coup, entre le surcroit de poids aux roues et le côté un peu ventouse du Michelin, c'est la modification la plus néfaste sur ce plan que j'aurais apporté à ce vélo.

Mais c'est un compromis que j'accepte, le but étant avant tout le plaisir et le pilotage. On monte désormais au train, un peu moins vite, mais tout aussi surement !

ET MAINTENANT ?

Jusqu'ici, le but du jeu à été d'optimiser un vélo avec une bonne petite base, mais qui manquait d'un petit quelque chose pour passer d'un mix entre vélo de XC et de rando.

On avait un cadre et une géométrie qui s'y prêtais, un équipement assez qualitatif pour faire du VTT sérieusement, il ne manquait plus qu'un peu d'huile de coude pour en faire un petit trail, plus adapté a ma pratique.

Le résultat est un vélo plus fun, plus marrant à piloter, mais aussi plus capable.

Le point négatif, car tout est histoire de compromis c'est qu'on a pas mal perdu en rendement et les sorties sont désormais un peu plus fatigantes, surtout quand il s'agit de faire des randos avec les copains crosseux.


Cependant, il resterait des choses à améliorer.

Outre la partie suspension, qui bien que plus adapté reste légère, à force de sorties dans des régions différentes, il nécessiterait deux choses.

Des freins plus puissants et endurants et une tige de selle télescopique.


Dans l'état, la tige de selle fixe m'empêche de bien me positionner sur le vélo dans le descendant, les freins sont limites au regard de mon poids dès que j'enchaine un peu trop de D-.

En IDF, les trails font que le D- s'enchaine de courtes descentes successives, mais jamais trop longues, néanmoins, en montagne, je suis systématiquement dans gestion des freins pour ne pas me cramer à mi-chemin.

Et face à ça, on se heurte aux limites des modifications à bas coût.

Pour améliorer ça, il faudra a minima une paire de freins, une paire de disques (les disques actuels sont résine pad only) et une TDS télescopique à déclenchement externe, donc plus rare.

Comptez même en chinant les affaires un billet de 200-300€ pour le tout.


Un constat se pose : cela en vaut-il le coût(p) ?


À mon sens, non. Le calcul est vite fait. 

On double l'enveloppe des 300€, on revend le vélo et on a le budget pour s'offrir un vrai AM endurigide.

Et plus que les équipements, on migre vers une géométrie totalement différente outre l'équipement supplémentaire.

Un reach plus long, des bases plus courtes, un angle de direction beaucoup plus couché et encore un peu plus de débattement.

Donc les modifications s'arrêteront là pour ce joli petit trail, la prochaine étape sera avec une nouvelle monture !


Néanmoins, pour l'heure on profite de ce petit trail qui m'a donné beaucoup de plaisir et qui a, en même temps que ma pratique, mes connaissances en mécanique, en culture du VTT et en technique de pilotage, bien évolué durant cette année !


Un immense merci à toutes les personnes qui m'ont aidé depuis le début, ici.

Qu'il s'agisse d'apprendre des choses sur le monde du vélo, sur des conseils en mécanique (et pas que dans ce projet d'optimisation, pour résoudre les galères, tout l'entretient, etc), sur des conseils en pilotage et ainsi de suite.

Des remerciements aux membres qui m'ont particulièrement aidé au travers de leurs conseils, des discussions, de leurs explications, qui ont pris le temps de s'attarder sur mes problématiques et sur mes incompréhensions, Razgriz65, Ratm54, Massacre, Davelepec, Demmonx, Remsdu95 et tant d'autres, dont les pseudos m'échappent à cette heure ! 

C'est grâce a 26in et a ses membres que m'a repris le feu du MTB et que j'ai pu progresser aussi rapidement !


La morale de cette histoire : Sans le sou, rien n'est impossible quand on a la curiosité, la motivation et les bons conseils.

Si vous n'avez pas les moyens de vous payer le bike de vos rêves, vous pouvez certainement arranger un peu la soupe du samedi soir moyennant pas grand-chose.


11 commentaires
DreLaBiale
Statut : Confirmé
inscrit le 08/06/17
Hello. Super récit d' un newbie passionné dans sa découverte de notre passion "nature et pilotage" ! En plus c' est chouette de mettre en évidence une partie de ceux qui t' ont aidé,et de plus d' être toi même bien actif sur le fofo pour les petits nouveaux.
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

jycstd
Statut : Gourou
inscrit le 15/09/19
Matos : 4 avis
C'était la moindre des choses que de rendre à Cesar ce qui appartient à Cesar.

C'est un problème comme une qualité, quand un truc me branche, j'aime aller essayer, en apprendre davantage.
Ici, l'on m'a accordé beaucoup de temps (et l’on continue de le faire quand j'ai des problèmes/interrogations/incompréhensions), c'est un juste retour des choses que de ne pas consommer et me casser, comme c'est malheureusement l'usage sur le web aujourd'hui.

C'est aussi en ça que j'aime les petits forums, on y trouve des gens passionnés qui aiment aider et transmettre leur passion.
Si je peux m'être à mon tour utile en retour, c'est - à mon sens - le prix à payer (et de bon coeur) pour avoir pu bénéficier de tout ça.

Et cet article au-delà de dire aux autres néophytes, des choses sont possibles quand on en a l'envie (bon toutes proportions gardées hein, ce sont des modifs pas très lourdes, on n’a pas non plus guéri le cancer..) , est aussi une sorte de remerciements à 26in et sa communauté.
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

mat24bc
Statut : Expert
inscrit le 31/10/07
Stations : 1 avisMatos : 26 avis
Beau CR ! juste une remarque, as-tu essayer d'inverser les pneus ? le nobbynic et le michelin je les connais, j'aurais plutôt monté le schwalbe devant, qui est plus cramponeux et adapté aux terrains humides (assez proche du magicmary) et le RR² derrière qui lui est plus pour le sec et surtout plus roulant, et qui plus est plus solide que le snakeskin ?
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

jycstd
Statut : Gourou
inscrit le 15/09/19
Matos : 4 avis
Non !
Pour le coup le RR2 est beaucoup plus cramponé sur latéral, devant il me donne beaucoup plus de grip sur l'angle, du coup avec le profil rond du NN ça dérive derrière avant, c'est pas plus mal.
Il est d'ailleurs bien plus cramponé que le NN tout court, par contre les crampons sont assez larges, a la base il est conçu pour le sec, pour chopper de l'adhérence dans le cassant.
Je l'ai roulé ce weekend dans la boue, ça fonctionne moins bien qu'un pneu spécifique bien entendu, mais il se demerde pas trop mal. Il galère pas trop à débourrer.

Pour la gomme, le NN est en addix perfo de base (donc gomme dure) pour pas se bouffer trop vite derrière, le RR2 je l'ai pris en magi-x, donc super tendre, pour le grip avant. Derrière il se boufferais vitesse V.
Puis vu le rendement, si je monte derrière ça va être la guerre à trainer, il a tendance a ventouser un peu quand même...

Pour la carcasse sinon oui tu as raison, la carcasse gravity chez Michelin c'est du solide ! Après le NN encaisse suffisamment pour mon programme, c'est la version snakeskin et bande de renfort raceguard (double défense).
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

mat24bc
Statut : Expert
inscrit le 31/10/07
Stations : 1 avisMatos : 26 avis
Tres juste pour les gommes, j'avais pas relevé, effectivement le Michelin est mieux de ce côté là.
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

SBS
Statut : Gourou
inscrit le 23/09/17
Matos : 1 avis
Joli boulot (sur le vélo et niveau écriture), bravo :)
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

riderfab39

inscrit le 12/07/20
Superbe article très agréable à lire félicitation.
Étant sur le forum depuis juillet en voyant tes post je n'aurais jamais imaginé que tu était arrivé depuis tout juste un an dans le milieu du MTB.
juste une question. Comme tu le sais j'ai changé de vélo et ai fait upgradé celui-ci en boutique, car en étudiant un montage à la carte ça me revenait moins cher mais une fois que j'ai ajouté tout l'investissement "atelier" ( pied d'atelier, clé dynamo, huile, graisse, clés...) j'explosais mon enveloppe.
Je voulais simplement savoir combien t'avait coûté de t'équiper à ce niveau, et qu'est-ce qu'il t'as semblé indispensable.
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

jycstd
Statut : Gourou
inscrit le 15/09/19
Matos : 4 avis
Merci à toi !

Niveau outillage, j'avais déjà pas mal de choses qui trainait chez mes parents, un pied d'atelier, quelques trucs styles douille pour démonter k7, fouet à chaine, dérive chaine.
Les outils généraux je les avais dans ma trousse a outil, un jeu de (bonnes) clés Allen (et je dis bien bonne, car la fois où j'ai utilisé des clés de merde il m'est arrivé de la péter dans une emprunte, la misère), tournevis, clé dynamo petit et gros couple tout ça j'avais.

Puis j'ai repris quelques trucs spécifiques en fonction de ce dont j'avais besoin, une clé hollowtech (5€), un kit de purge (15€), un testeur de chaine (5€), un pied d'atelier pour chez moi (29€ chez lidl) ect..
Pareil pour les huiles et graisse, il me restait un tube de graisse teflon, là je viens de chopper 1kg de lithium (facom) pour 8€, j'ai pris 1l d'huile minérale shimano pour être tranquille sur les purge (elle ne s'altère pas avec le temps, au contraire de la dot).
Plus le squirt pour lubrifier la transmi (12€/flacon), l'huile pour la lubrification des fourreaux (4€ les 120ml qui font 4/5 vidanges).

Après c'est des choses qui s'étalent dans le temps, mais c'est inhérent a l'entretiens d'un vélo. Des huiles, des graisses, des outils, de toutes manières si on veut faire les choses soit même il faut s'équiper a minima.
Tu prends le prix d'une révision chez un magasin de vélo et tu le rentabilise vite tout ça. Une vidange des fourreaux inférieur c'est 70€, une purge, c'est 20€ et ainsi de suite.
En sachant que sur le vélo, j'ai quasi déjà tout déposer pour nettoyer/verifier.
Mais en attendant y'a rien qui gratte, rien qui n'a de jeu, tout tourne à peu près rond et le mec qui passera derrière moi il aura pas une épave !

Quand tu fais le compte au final, tu as quasiment tout pour monter un vélo toi même, t'as déjà plus ou moins tout démonté sur ton vélo, donc au final le montage c'est plus tellement effrayant.
Surtout que c'est souvent moins galère de monter un truc tout neuf que des pièces qui ont déjà servis (surtout sur la transmi...). Sans parler du fait que la communauté ici est toujours là pour répondre aux doutes et aux galères !
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

SBS
Statut : Gourou
inscrit le 23/09/17
Matos : 1 avis
Il faut surtout éviter, quand c'est possible bien sur, d'acheter ses outils en "marque vélo". C'est pas que la qualité ne soit pas là (les Parctools entre autres sont très bons) mais que les prix sont souvent délirants et injustifiés. Simple exemple, les clés dynamométriques : pour le prix d'une Neat 2-24Nm, j'ai acheté 2 clés certifiées (2-24 et 16.6-108.5) sur Amazon...
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

riderfab39

inscrit le 12/07/20
Merci pour vos retours. J'ai prévu de remplacer mes sram code R par des shimano saint sur mon DH au printemps j'essaierais d'y faire moi-même j'espère y arriver parce que moi et la mécanique ça fait deux voir quatre à chaque fois que j'ai tenté quelque chose ça à toujours fini mal. J'espère ne pas à avoir à pourrir le forum avec mon incompétence ????
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

jycstd
Statut : Gourou
inscrit le 15/09/19
Matos : 4 avis
Les freins pour moi c’est le plus difficile quand tu n’est pas « mécano » dans l’âme.
Dans le sens où au final beaucoup de choses si tu suis les tutos, les conseils tu y arrive pour peu que tu soit méticuleux.

Les freins c’est juste la purge qui est des fois chiante à faire.
Mais dans ton sens ça va, les freins shimano sont les plus facile à purger.
Et n’hésite pas à ouvrir un sujet ou venir poser tes questions sur celui que j’ai ouvert « maintenance... » dans la partie technique !
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

.