On n'est pas plus bêtes que les autres.
2000*1045px

On n'est pas plus bêtes que les autres.

Mais c'est toujours bon à rappeler. 
Texte NicoB
Photos NicoB / JB Liautard / Thomas Di Giovanni
Vidéo Jb Liautard
Mais c'est toujours bon à rappeler. 
Texte NicoB
Photos NicoB / JB Liautard / Thomas Di Giovanni
Vidéo Jb Liautard
Mais c'est toujours bon à rappeler. 

Le VTT n'est pas le sport n°1 en France, on le sait et cela nous convient parfaitement. Au sein de cette grande famille des vélos à crampons, il y a des disciplines qui sont encore moins bien loties que d'autres. 



Si le Slopestyle sert de caution "fun" du VTT pour bon nombre d'évènements généralistes (Roc d'Azur, Natural Games, FISE...), on ne peut pas franchement dire que les instances fédérales et gouvernementales aident à son développement. Pourtant, malgré cette relative indifférence, la scène française est une des plus prolifiques sur le FMB World Tour et il y a de quoi être fier ! 



On n'est pas plus bêtes que les autres.




Surtout que ce n'est pas nouveau et chaque année nous voyons éclore de nouveaux talents. Mais comment font ces mecs pour s'entrainer, sans infrastructures, sans subventions, sans ou presque soutien des marques ? Nous avons peut-être un élément de réponse avec Simon Pagès et le jardin de sa grand-mère. 


On n'est pas plus bêtes que les autres.



Simon Pagès est un de ces jeunes qui débarquent un jour et qui, sans bruit, explose au grand jour. A 18 ans seulement, il a passé une saison 2014 bien remplie avec une première participation au Red Bull Joyride à Whistler (12e) et une 12eme place au Ranking FMB comme point d'orgue. 



Simon a commencé à creuser le premier kick dans le jardin de mémé lorsqu'il avait 10 ans, un truc tout plat sans récep, un truc de kids, comme tout le monde. Puis à force de trainer entre lyonnais, dans un environnement qui ne rechigne jamais à creuser il a retourné le jardin jusqu'à avoir 4 lignes différentes, dont une qui finit dans un bac à mousse, une ligne pour chiller, une grosse ligne Slopetyle et une pour tricker avec une bosse à copeaux à la fin. 









Bref un sacré chantier chez mémé, d'ailleurs quand on demande à Simon comment il en est arrivé là, il répond directement "C'est ma grand-mère qui m'a autorisé à tout détruire et puis les potes, Louis, Tony, Mehdi et Berthier m'ont franchement aidé. Sans eux il n'y aurait pas autant c'est certain. "




Si on y réfléchit un peu, ce n'est pas la première fois que l'on voit un jardin retourné de la sorte, celui de Bibi était pas mal en son temps et que dire du jardinet versaillais de Bizet ? Mais il faut avouer qu'avec Simon, le HomeMade Trail a passé un cap ! Surtout que l'ensemble est entièrement drainé et il y a tout le nécessaire pour que ce soit roulable toute l'année ! 


On n'est pas plus bêtes que les autres.



C'est d'ailleurs le rendez-vous quasi quotidien de toute la petite bande en ce moment, afin d'attaquer la saison de contests avec de nouveaux tricks et en pleine confiance sur son bike...


Alors voilà, il nous reste à tous 2 choix possibles avec la météo du moment : 

Soit on pose son cul dans le canapé et on continue à se plaindre que le Canada et la Nouvelle-Zélande c'est le paradis, la France c'est trop nul !
Soit on se sort les doigts, on prend une pelle et on creuse pour montrer que l'on n'est définitivement pas plus bêtes que les autres ! 



On n'est pas plus bêtes que les autres.




On a déjà hâte de les soutenir ! Rendez-vous bientôt pour le Vienna Air King (10 - 12 avril).



 

portfolio

Louis Reboul

Photo NicoB / JB Liautard / Thomas Di Giovanni

Mehdi Gani

Photo NicoB / JB Liautard / Thomas Di Giovanni

Louis Reboul

Photo NicoB / JB Liautard / Thomas Di Giovanni

Le terrain de Mémé, plus de pelouse à tondre !

Photo NicoB / JB Liautard / Thomas Di Giovanni

Anthony Rocci

Photo NicoB / JB Liautard / Thomas Di Giovanni

Chilling terrasse

Photo NicoB / JB Liautard / Thomas Di Giovanni

Le start, plus haut que le toit

Photo NicoB / JB Liautard / Thomas Di Giovanni

Louis Reboul

Photo NicoB / JB Liautard / Thomas Di Giovanni

Louis Reboul

Photo NicoB / JB Liautard / Thomas Di Giovanni

Mehdi Gani

Photo NicoB / JB Liautard / Thomas Di Giovanni

7 commentaires

kampfar
Statut : Confirmé
inscrit le 21/10/08
Ma réflexion sur le nombre élevé de Français avec un bon niveau international est toujours une source d'étonnement pour moi avec les rares bonnes infrastructures publiques en France.
On doit être une grande nation du vélo ?!!!
Pas de problème en ce qui me concerne pour creuser, je m'en occupe, mais sans terrain privé ou sans accord de l'administration, il n'y a pas d'issue pérenne.
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Sevenup
Statut : Confirmé
inscrit le 11/10/08
Stations : 1 avis
La france a toujours été une terre de dirt malgré le peu de soutien, vous vous souvenez du WRT ? déjà à l'époque il y avait du gros level !

"Alors voilà, il nous reste à tous 2 choix possibles avec la météo du moment :
Soit on pose son cul dans le canapé et on continue à se plaindre que le Canada et la Nouvelle-Zélande c'est le paradis, la France c'est trop nul !
Soit on se sort les doigts, on prend une pelle et on creuse pour montrer que l'on n'est définitivement pas plus bêtes que les autres ! "

Je crois que vous avez bien résumé la mentalité des 3/4 des riders d'aujourd'hui. Les Réseaux sociaux et vidéo c'est top car ça fait monter le niveau à une vitesse de dingue mais il y a le revers de la médaille. Des jeunes de 15/16 pratiquant ce sport j'en voit tous les week end et ils y en a vraiment plus des masses qui ont le courage de prendre une pelle ..

Sinon toujours ces articles 26in même si c'est assez redondant, toujours Lyon et ses alentours, après c'est pas de votre fautes vous habitez la bas et vous devez pas disposez d'un budget illimité pour voyager partout dans l'Hexagone.
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

kampfar
Statut : Confirmé
inscrit le 21/10/08
Ok pour l'argument géographique de la rédaction de 26 in cependant Autour de Lyon , il y a une scène large avec de bons moteurs comme Granéri et Ferry et les Alpes sont si proches...
Personnellement le seul véritable authentique et historique paradis est la Colombie Britannique.
La NZ me semble n'avoir aucune légitimitée mais bien possible que ce soit aussi un paradis.
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Massacre
Statut : Confirmé
inscrit le 07/10/11
Matos : 1 avis
"Soit on se sort les doigts, on prend une pelle et on creuse pour montrer que l'on n'est définitivement pas plus bêtes que les autres ! "
À condition de pas creuser n'importe où comme 90% des "spots" que j'ai pu croiser. Ça n'aide pas le sport.
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Pitrouille
Statut : Confirmé
inscrit le 12/04/07
Matos : 3 avis
C'est clair que c'est une très bonne chose que le VTT soit aussi peu médiatisé et dispose d'aussi peu de soutien. C'est entre autre pour ça que je pratique ce sport; pour son côté confidentiel. Et quand je vois ce qui se passe dans d'autres disciplines, c'est pas demain que je vais changer de discours.
Avec une population de quasi 70 millions de personnes, ça ne serait de toute façon pas gérable qu'il y ait 2 ou 3 fois plus de pratiquants.
Pour vivre heureux, vivons cachés! :)

Quand l'aspect image/réseaux sociaux, c'est clair qu'on oublie bien souvent le revers de la médaille: oui, ça permet de voir plein de beaux trucs mais le point de vue est complètement biaisé parce qu'on ne voit que la finalité. A aucun moment on voit le temps qu'a passé le gars à s'entrainer chaque jour, à faire de la merde, à pas avancer, à tomber, à pousser son vélo à 2 à l'heure pour remonter, la queue dans les bikeparks comme Whistler qui deviennent bien saturés en haute saison.
Et ça, c'est assez pernicieux parce qu'à force de voir que des top riders avec un niveau de fou, le bike aux petits oignons, les sponsors, passer à mach 3 dans la forêt canadienne en whippant sur le moindre petit relief de la piste, avec des plans de caméras en drone, en tyrolienne, parfois accélérés au montage, ben le 1er effet kiss cool, c'est l'émerveillement, et le second, c'est la frustration par rapport à ce qu'on fait soi-même. Il faut savoir faire la part des choses et avoir un point de vue critique par rapport aux images, quelles qu'elles soient. Et c'est pas évident du tout avec les réseaux sociaux où tout le monde ne poste que le cool, le beau, en s'inventant un peu une vie qui n'est pas la sienne.
Mais oui, je rejoins totalement le point de vue de certains commentaire: OK la Canada, la Nouvelle Zélande, c'est top et ça doit être génial à rider mais ici, on est pas dépourvus d'atouts non plus. Loin de là! Suffit d'y aller trouver un bon spot, avoir un vélo qui marche pas trop mal et sur lequel on se sent bien et de s'investir!
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

.