Girls: Mariana
2000*1045px

Girls: Mariana

La plus Française des Salvadoriennes!
Texte Oliver G - Mariana
Photos Divers
La plus Française des Salvadoriennes!
Texte Oliver G - Mariana
Photos Divers

Cette semaine nous rencontrons Mariana. L'été elle roule en Coupe du Monde voyage partout dans le monde et n'a pas peur de s'envoyer de gros sauts...

Retrouvez les portraits précédents ici.

Mariana

Salut Mariana, merci d'avoir pris un peu de ton temps pour nous répondre. Alors quel âge as-tu et que fais-tu dans la vie en ce moment?

J'ai 21 ans et je suis née le 06/05/1994 à El Salvador. En ce moment je suis encore étudiante a l’ IAE de Chambéry.

D'où viens-tu? et où rides-tu ?

Je viens d’Amérique Centrale, El Salvador. C’est un petit pays et c’est là-bas que j’ai commencé à faire de la DH comme un hobby les weekends.
Quand je suis chez moi, je roule à L’Eco parque, il y a des pistes entre les plantations de café, il n’y a pas de remontées mécaniques du coup on fait des shuttles en pickups. Les pistes sont assez plates et simples par rapport à l’Europe (ce sport n’est pas très développé là-bas) mais on s’amuse bien, il y a même des pistes qui terminent avec une belle vue sur l’océan pacifique. Et le top du top c’est faire une petite session de surf après avoir roulé !

Comment as-tu commencé le vélo et où as-tu commencé à rouler ?

J’ai commencé le vélo au moment où j’ai arrêté le motocross. J’ai commencé à rouler il y a 6 ans avec des potes au Salvador. On découvrait la DH car à ce moment on ne savait pas exactement ce que c’était, on descendait les montagnes en faisant des compètes entre nous, avec des vélos all mountain, on faisait nous-même des petits sauts les ‘pistes’…. Et au fur et a mesure on a commencé à découvrir la vraie DH, on a acheté des vélos plus adaptés et à participer à des compétitions dans d’autres pays d’Amérique. Par exemple ma première compète importante a été les Championnats d’Amérique Jr, au Guatemala.

Où roules-tu maintenant ?

Je roule souvent aux 7 Laux, les Arcs et les stations en Rhône Alpes.
Et pendant la saison je roule un peu partout, je participe aux coupes du monde, les coupes de france et si possible quelques IXS European Cups.

Qu'est ce qui te plait dans le VTT, qu'est ce qui te fait peur ?

C’est assez difficile d’expliquer mais ce que j’aime le plus c’est la prise de risque, l’adrénaline, amener ton corps à contrôler les émotions pour réussir à se concentrer et faire une bonne descente. J’aime aussi la sensation d’aller vite sur les cailloux et les gros sauts.
Ce qui me fait peur c’est de me faire mal, et c’est un frein en compétition, difficile de lutter contre ça. C’est un sport dangereux ou je me suis déjà fait mal (fracture de hanche entre autres), pas envie de passer pour ça une deuxième fois.

Une amie à toi veut se mettre au VTT, que lui conseilles-tu?

De commencer petit à petit car il faut pas louper les basses, de rouler avec des potes, ne pas avoir peur et suivre ceux qui ont de l’expérience pour progresser plus vite.

Une remarque en particulier à faire sur ce sport ?

C’est vrai que c’est un sport plutôt masculin mais je m’entends bien avec les mecs, dans un team par exemple ils nous aident à aller plus vite, à passer des obstacles qu’on pense pas y réussir. Des fois si on est qu’avec que des filles on ne progresse pas beaucoup car on roule souvent en mode chill.
J’adore ce sport car il est vraiment complexe, niveau physique et mental. Aussi le fait de voyager et rencontrer pleins de personnes de tout le monde, des pistes différentes avec des paysages magnifiques.

Une touche de féminité sur ton bike? Ton équipement?

J’aime bien utiliser soit un masque soit des gants roses. Je cherche toujours à avoir au moins une petite touche personnelle ou féminine.

Et enfin, de nouveaux projets pour 2016 dont tu peux nous parler?

Pour cette année je roulerais pour le team Dorval Nicolai.

Pas encore de commentaire

 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

.