VTT et chasse, comment s'entendre ?

le 15 octobre 2018
Samedi 13 octobre à Montriond (commune entre Morzine et Avoriaz en Savoie), un VTTiste a perdu la vie. Il a été victime d'un "accident de chasse". Comprendre : il est mort à cause d'une balle tirée par un chasseur. La victime s'appelait Marc Sutton, était originaire du Pays de Galles et était venu s'installer à Morzine il y a 4 ans pour ouvrir deux commerces (un aux gets, un à Morzine). Il était passionné de VTT. Tout comme vous.

Nous exprimons toutes nos condoléances à la famille de Marc ainsi qu'à ses amis.

Les circonstances ne sont pas encore toutes connues, il faudra sûrement du temps pour avoir tous les éléments et établir la vérité.
De ce qu'on sait, le VTTiste était sur un chemin connu, balisé en lisère de forêt. Il était dans son droit de circuler en montagne. Il semblerait que la battue organisée était composée de 7 chasseurs dont l'homme de 22 ans auteur du tir mortel. Il subsiste un flou concernant l'autorisation et la signalisation de cette battue. On attend les résultats de l'enquête. Le maire de Montriond a suspendu la chasse sur la commune jusqu'à nouvel ordre.

Cet accident mortel survenu à Montriond, s'inscrit dans une trop longue liste. En 2008 en Ardèche un VTTiste avait été abattu d'une balle dans le dos, en 2015 dans le Semnoz un trailer est mort d'une balle dans la tête alors qu'il courrait avec sa femme (l'auteur du tir a été condamné à un an de prison ferme). Depuis 10 ans, on répertorie en Rhones-Alpes et PACA une dizaine d'accident mortels.

Au delà de ces faits que nous aurions préféré de pas avoir à relayer, se pose la sempiternelle question de la pratique des sports "outdoor" (trail, VTT, randonnée, voire cueillette de champignon...) durant les 6 mois de l'année où la chasse est ouverte. Que pouvons-nous faire pour éviter ces accidents ? Combien d'autre Fabien, Marc et autres faudra-t-il tuer pour qu'on mette en place des mesures efficaces ? Qu'on s'entende, aucune mort n'est utile. Mais celles-ci sont particulièrement absurdes. On échappe aux accidents de la route, on échappe aux milliers de maladie fatales... mais une simple promenade dans la nature devient un danger mortel. Et on écrit sur les panneaux "soyons tous prudents". Mais qui détient entre ses mains une arme létale de longue portée ?

Faudrait-il supprimer la chasse les week-ends et jours fériés ? Mais qu'en sera-t-il des pratiquants en semaine ?
Faudrait-il supprimer la chasse tout court ? Cela nous semble très peu probable tant les lobbys sont puissants, surtout quand on sait que le président actuel vient de diviser le prix du permis de chasse national par deux et d'augmenter le nombre d'espèce autorisées à la chasse.

La période de chasse varie selon les départements, mais grosso modo elle s'étend de mi-septembre à fin février. Et 70% des accidents surviennent le week-end, quand nous (pratiquants de sport outdoor) avons enfin du temps de nous adonner à nos sports favoris et prendre un grand bol d'air frais après une semaine passée au bureau.

"Sur les 71 % de Français fréquentant régulièrement la nature (plusieurs fois par mois), 61 % ne se sentent pas en sécurité lors de leurs sorties, en période de chasse." Source : IFOP sondage réalisé en 2016

Sommes-nous, pratiquants, responsables de ces accidents ? Non, cent fois non.
Devrions-nous prendre des alarmes sonores et des gyrophares dès que nous sortons de la ville ? Non, c'est aux chasseurs de savoir ce qu'ils font et ce qu'ils tirent.

La forêt, la campagne, la montagne doivent rester libres.
Nous ne devrions pas nous contenter de faire du home-trainer sous les néons d'une salle de fitness durant les longs mois d'ouverture de la chasse.
Nous ne devrions pas sortir sur nos trails préférés la peur au ventre.
Nous ne devrions pas choisir de rester chez nous, par peur de mourir sous une balle.
Nous ne devrions pas avoir à choisir les sentiers balisés parce qu'une battue est en cours.
Nous ne devrions plus avoir à pleurer nos pratiquants.


La liberté des uns ne doit pas entraver celle des autres.

Pas encore de commentaire

 

Connectez-vous pour laisser un commentaire