Améliorer la soupe : Aux chiottes le jus de persil, on change les gamelles !

Photo de couverture

Cliquez ici pour ajouter une photo de couverture, ou déposez la photo dans ce cadre. Si les dimensions sont supérieures à 2000x1045 pixels, la photo sera automatiquement redimensionnée.

L'image d'en tête sera affichée derrière le titre de votre article.
Cliquez ici pour remplacer la photo de couverture (2000x1045 pixels), ou déposez la photo dans le cadre pointillé.

Améliorer la soupe : Aux chiottes le jus de persil, on change les gamelles !

jycstd
Texte :
Cet article est issu du mag communautaire 26in, dans lequel les membres de notre communauté peuvent partager librement leurs plus belles histoires de vélo. Publiez la votre !

LE PERSIL, LE CUMIN : UNE HISTOIRE DE CROUTONS DANS LA MOUSTACHE


Pour ceux qui avaient suivi le premier article "Améliorer la soupe avec un peu de persil et de cumin", une sorte d'ode à la brique Liebig en somme, vous savez alors que lorsque j'ai repris le VTT, j'ai assez vite évolué dans ma pratique "randonnée basique" vers des sorties plus fun et il avait fallu trouver des solutions pour transformer mon fidèle Canyon en un petit trail plus à propos.


Mais voilà, malgré les améliorations (petit budget) reste que la conclusion était nette : ce qui me manquait pour avancer, en terme de composants, ne valait pas le coût. Et le coup ne le valait pas non plus, car le principal frein finalement de ce vélo, si bien optimisé puisse-t-il avoir été, était sa géométrie.

Donc j'ai pris la décision que je changerais de vélo plutôt que d'amener des freins plus costauds (rapport a mes terrains de jeux et mon gabarit) et une tige de selle télescopique, qui soit dit en passant, est certainement une des meilleures améliorations que vous puissiez faire pour commencer à vous amuser en vélo.


Cet article est principalement destiné aux "débutants" qui comme moi il y'a quelques mois, commencent à orienter leur pratique et au fil de temps, et finiront par ne plus tant que ça être des débutants (bon, on reste souple sur les chevilles, on passe du chapitre 1 au chapitre 2, long est encore le chemin !).



CHANGEMENT DE CHEVAL


Ma décision ayant été actée fin de l'été dernier, j'ai donc décidé que financièrement et matériellement il était plus opportun de changer le vélo que de continuer à l'optimiser.

Le Canyon étant (et a posteriori je le pense toujours) un bon petit vélo de randonnée/trail cool, avec un équipement cohérent et fiable (super transmission, une fourche basique, mais réglable et fiable, des freins fiables et basiques, mais suffisants pour son programme initial), et bien plus fun à rouler qu'en livrée d'origine (je vous laisse voir le premier article concernant les détails).

Cependant, j'avais besoin de plus, plus ouvert, plus gros, plus long. Bref, rien ne servait d'essayer d'obtenir de ce Canyon ce qu'il n'était pas par nature.

Et aujourd'hui il a fait un heureux (qui s'est procuré un bon vélo pour pas très cher, deal d'ami), je roule toujours avec régulièrement et il ne s'en va pas trop loin, puisque je m'occupe toujours de son entretien.


Commande passée pour son remplaçant début Décembre quelques jours après l'annonce du modèle, reçu avec (beaucoup) de retard en Avril, laissez rentrer le Crocodile !


Radon Cragger 7 2021


En résumé, une géométrie bien actuelle, avec des valeurs que je recherchais, sans tomber dans le "trop" (mais nous y reviendrons).

L'équipement et le rapport équipement/prix est imbattables, pour 1300€ vous avez une Rockshox 35 de 130mm de débattement (plongeurs de 35mm), des freins Magura MT thirty (leviers MT Sport, étrier avant MT5 4 pistons et MT4 2 pistons derrière), des roues SunRinglé Duroc 35 en 31mm internes avec 30 points d'engagement et une monte pneumatique Maxxis DHRII/DHF, une tige de selle télescopique TranzX rebadgée Radon (et une nouvelle gâchette au pouce pour cette édition 2021, contre une cachette index l'année dernière), une transmission Sram SX 30-11/50 12v idéalement dimensionnée pour moi et des équipements cool (selle SDG radar, cintre/potence Raceface Chester-Aeffect, anti d E13).


Globalement du fiable (bon ok, fiable, les plus moqueurs auront lu sram et magura dans le texte et auront eu un petit rictus), bien dimensionné, bref, pas trop de choses à redire là-dessus.

Le Sram laissera la place à du shimano une fois poncé (enfin si Shimano ne devient pas le nouveau placement boursier dans les années à venir, rapport aux disponibilités covid) et les magura ... disons que ce sont de super freins qui demandent quelques précautions pour que ça se passe bien !


Mais l'important n'est pas là, surtout en ce moment où les disponibilités sont abominables, l'équipement est une chose, mais il est évolutif, et finalement ne sera pas vecteur du plus gros changement dans cette histoire.

CAUSONS GÉO


Ici point de géopolitique, de corruption présidentielle ou de négociation du cours de la lentille, mais bien le plus important dans tout ça : la géométrie du cadre.

La tendance va de plus en plus dans l'étude et les discussions autour des fiches de géométries dans le VTT.


Et vous voulez que je vous dise ? C'est tant mieux.


Avant (et le avant n'est franchement pas si loin), les marques proposaient des vélos semi-rigides, conçus au mieux pour de la randonnée, au pire, systématiquement ou presque pour du XC.

Si bien que pour quelqu'un dont la bourse n'était pas si débordante, acheter un semi-rigide à tarif modéré rimait avec XC ou rien.

Les marques ont enfin compris l'intérêt qu'elles avaient à offrir des semi rigides mieux foutus, plus résistants, et que le vttiste moyen n'était pas forcement un performeur qui ne cherchait qu'a se cramer les mollets.

Mais que semi-dur pouvait rimer avec fun et "confort" (dans la position).

Si Commencal et certains autres proposaient ce type d'engins depuis un moment, ils étaient bien rares.

Désormais, que ce soit Rockrider, Radon, Orbea ou encore Canyon, chacun y va de son modèle, plus ou moins extrême, plus ou moins cher, mais enfin, des vélos efficaces et ludiques ! (RR et Canyon ont d'ailleurs fait plutôt un super coup en proposant des versions sous les 1000€, avec un équipement très basique, mais qui ouvre le monde du gravity aux plus jeunes et/ou moins fortunés !).


Quel était le cahier des charges ?


Mes sorties, ressemblent à celle de beaucoup de rider, un peu de randonnée avec les potes VTTistes de temps en temps (type sorties club entre 25 et 40 kms), le plus souvent en petit comité à poncer les trails 'maison', les spots locaux, prendre du fun et travailler sur son pilotage le tout en remontant cool, et en passant les parties les plus ascipides à se raconter nos dernières nouvelles en roulant allure ballade.

Bref, une sortie entre potes de bon aloi.

Et enfin, dernier cas de figure, la montagne (Jura).


Moralité, j'avais besoin d'un angle de direction suffisament ouvert pour être à l'aise dans les pentes raides du Jura, plus grand que ce que j'avais et avec des dimensions plus modernes.

Là, j'avais deux choix. Les vélos de "trail" (Grand Canyon 7, 8 et 9, Cube réaction TM) ou la catégorie "endurigide".


Mes besoins et mon "ride" allaient plus vers cette dernière catégorie j'ai choisi le plus soft des "endurigide".

Les sorties sur le terrain francilien auraient largement pu justifier un petit trail aussi, mais mon aptitude à pédaler comme un tracteur (bon ok, je me traine en montée) et surtout à m'en foutre ainsi que les sorties à la montagne ont fait pencher la balance.


Du coup ça donne quoi ce Cragger ?


  • 65° d'angle de direction : Bien ouvert, une roue bien devant, sur le papier ça promettait plus de stabilité et surtout plus d'aisance dans la pente.
  • 465mm de reach : Pour un taille L, ça me paraissait une bonne valeur pour un HT (on y reviendra après).
  • 433mm de bases : Un arrière relativement court, mais avec un équilibre Front center / bases plutôt centré.
  • 74° d'angle de tube de selle : Là aussi on y reviendra, ça parait peu, mais c'est largement suffisant.
  • 130mm de débattement : Une fois encore ça parait peu, mais HT oblige, là aussi c'est une bonne valeur.
  • 1218mm d'empattement : Relativement long, promet une certaine stabilité.




SPÉCIFICITÉS DU SEMI RIGIDE


Quand on lit la fiche de géométrie, on se dit, ok ce sont de bonnes valeurs, mais l'autre il a dit moderne, alors que j'ai entendu qu'une géométrie moderne c'était un reach de porte avion, des bases aussi longues que le lit de Mimie Mathy et un angle de selle droit comme la justice !?


Ouais, mais mon connot, Hardtail ce n'est pas la même chose que tout suspendu.


Pas de suspension derrière, signifie que le vélo ne travaille que sur un point lors de la compression de la suspension : il s'allonge.

Inutile donc d'avoir un reach trop long, puisque celui-ci est amené à s'étirer et non à se raccourcir comme ce serait le cas sur un TS.


Pareil pour l'angle de tige de selle. Bout de tube oblige, quand on s'assoit au SAG, celui-ci ne varie que peu et mieux, en même temps que le reach s'allonge, il aura tendance à se redresser.


Moralité, 465mm de reach en L et 74° pour le tube de selle, c'est plutôt confort et efficace, comparable dans les faits (même si le vélo évolue différemment de toute façon) avec un tout suspendu actuel qui si l’on devait faire un parallèle serait dans les 470-480 de reach et quelque part dans les 77° d'angle de tds.

Les bases quant à elle, sont relativement courtes, mais pas trop, pour garder une cohérence et rester centrer sur le vélo. En tous cas, pour moi ce sont des valeurs idéales.


Pour finir, le débattement pourrait paraître short, mais finalement s'avère bien suffisant.

Il ne faut pas oublier qu'en HT, le vélo fait fortement varier son assiette et ferme son angle de direction en compression, trop de débattement n'est donc pas nécessairement utile ni souhaitable.

Et puis d'ailleurs, la 35 est (très) facilement modulable, facile à l'avenir de passer sur 140mm si vraiment le besoin s'en faisait ressentir !


Je vous invite à regarder cette (très) bonne vidéo, qui explique bien mieux que moi le comment du pourquoi (et ouais, tout ça je l'ai pas imaginé pendant mon sommeil) :



SUR LE TERRAIN


La théorie c'est bien beau, mais du coup, paluchage de cerveau ou bien ?


Et ben, plutôt bien !

Pour ainsi dire, très bien. En 2 mois de ride, tout change.

Position, sensations, plaisir, confiance, bref, tous les curseurs sont au vert.


La géométrie, on a tendance à la sous-estimer en semi rigide, il ne faut pas !

Je fais sauter une par une mes appréhensions.


Les fortes pentes étaient des freins mentaux très présents, avec une crainte omniprésente de passer par dessus (les stigmates d'un gros OTB de l'été dernier). L'angle très ouvert gomme totalement ces appréhensions, alors pas du jour au lendemain, mais je me suis surpris à passer des passages à plus de 40% dans le Jura sur le vélo, chose qui aurait été totalement impossible avant.

Cela amène également une stabilité dans le D- telle, qu'on ne veut qu’ouvrir les freins.

Ce qui surprend au début d'ailleurs, c'est la capacité du vélo à s'engager dans la moindre pente, à aller se placer droit dedans et à prendre de la vitesse tout en restant sécurisant.

Ça et le travail de la suspension plus horizontal, on prends beaucoup plus d'inertie et une grosse dose de sensations !

La direction est aussi plus stable dans les courbes, on sent que le vélo s'inscrit naturellement là où on le penche, inutile d'aller contre lui c'est surprenant au début, mais diablement plus efficace !


Les dimensions me placent bien au centre du vélo, le reach long et la tige de selle télescopique me donnent une place conséquente pour me mouvoir.

Résultat, j'éclate toutes mes performances passées dans le pumptrack et globalement toutes les variations de relief où pomper permet de prendre ou conserver sa vitesse.

Bref, totalement ce que j'attendais de ce changement de cadre, un vélo plus à l'aise dans la pente, plus fun, et plus orienté descente.


Cependant, tout n'est pas tout rose, et comme géométrie est affaire de compromis, certains points sont quand même à signaler.

Les montées : on fait vite le deuil de la danseuse et du chrono. Les roues larges et pas nécessairement les plus dynamiques ainsi que les gros pneus bien cramponés (Maxxis DHRII/DHF en 2,4-2,5 WT) n'aident pas, mais globalement la position naturelle amène vite à pédaler "rond", au train, à la cool.

Sur les single plat et sinueux, où il faut donner de la pédale, même problème, le vélo n'invite pas à relancer plus que ça. La direction est un peu "pataud" et les changements de cap sont très marqués.

Moralité on perd cette vivacité si intéressante avec des géométries plus "modérées" dans ces endroits-là.


Je ne m'attarderais pas sur le confort, en semi-rigide c'est pas le point auquel on accorde la plus grosse importance.

Ça tape derrière (c'est un peu mieux avec les gros Maxxis en 2,4-2,5 WT, mais bon...), la fourche et mon gabarit m'obligent à rouler "dur", le cintre en 35mm fait plus office de baramine qu'autre chose, mais peu importe.


Conclusion :


 Allez-y ! Que ce soit un Cragger, un Laufey, un Stoic ou un trail plus light comme un Grand Canyon 7-8-9 vous avez tout intérêt à privilégier la géométrie sur le reste.

Que vous choisissiez un trail plus raisonnable pour garder de bonnes aptitudes sur le plat où quelque chose de plus costaud dans la pente, essayer c'est l'adopter.

Le matériel ne fait pas le pilote, on ne se transforme pas en Loïc Bruni du jour au lendemain, mais la confiance et le plaisir qu'amènent les géométries de ces vélos sont à mon sens bien plus importants que la marque de la fourche ou que du dérailleur que l'on choisit.


Je pourrais parler de l'équipement du vélo plus en détail, des freins efficaces ou du fonctionnement de la fourche, mais ce n'est pas le message que je souhaite faire passer.


On dit souvent qu'un bon semi-rigide vaut mieux qu'un mauvais tout suspendu.


Je dirais personnellement qu'une géométrie adaptée vaut mieux que tout le reste.

Tout suspendu, semi-rigide, haut de gamme, budget restreint, bien équipé, moins bien équipé, vert, bleu rouge, peu importe.

Choisissez une géométrie adaptée à votre pratique sera le plus beau cadeau que vous pourriez vous faire !


7 commentaires
davelepec
Statut : Gourou
inscrit le 22/11/07
Stations : 6 avisMatos : 16 avis
Salut,
bon article pour un changement bénéfique si un jour tu as le budget c'est de partir sur un cintre/potence en 31.8mm avec un cintre en 30mm de rise genre Renthal ça sera ça en plus de confort entre guillemet(ridicule le format 35mm sur un SR)
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

jycstd
Statut : Gourou
inscrit le 15/09/19
Matos : 7 avis
Oui ! Après les Race Face en 35mm ont pas la réputation d'être très flex non plus comparé a d'autres cintres en 35mm..

Ceci étant, le prochain upgrade si j'ai 3 sous pour ça en trop, ce sera une cartouche de compression. Car en l'état ça fonctionne, mais à condition de rouler dur.

Là, si je roule a 25-30% de SAG, soit on ferme un peu les BV, ça s'écroule pas au freinage mais je prends le coup de raquette sur l'ouverture du clapet en HV, soit j'ouvre les BV, la transition avec le clapet de décharge est pas trop mal (je suis lourd donc j'imagine que j'ai moins de mal à "plier" l'espece de truc en plastique sur le Moco) mais alors ça plonge pour un oui ou pour un non...

Du coup pour le moment je roule avec un SAG a 15% BV ouvert à fond en freinant un peu plus la détente, c'est le meilleur deal que j'ai trouvé (qui fonctionne pas si mal en soit, c'est juste que la sensibilité sur les petits chocs est moins smooth).
Bref, potentiellement le prochain upgrade.
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

davelepec
Statut : Gourou
inscrit le 22/11/07
Stations : 6 avisMatos : 16 avis
Tu peux corriger un peu ton problème en attendant en augmentant la viscosité de l'huile de ta suspension je te garantie pas des miracles mais peut être un léger soutien. Moi sur la Boxxer j'ai monté le splug et même avec je suis passé par l'augmentation de la viscosité( 5 à 10 conseillé sur le site Novyparts) cela m'apporte un meilleur soutien.
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

jycstd
Statut : Gourou
inscrit le 15/09/19
Matos : 7 avis
Ouais, à voir.
Y'a aussi le bricolage de pirate qui consiste à mettre une petite cale sous la petite pièce triangulaire qui fait la liaison entre le clapet de décharge et le ressort, pour "pré ouvrir" un peu le clapet, ça te supprime ton blocage complet (ce dont je me fou éperdument) mais à priori ça rends la transition un peu plus douce quand tu as les BV fermées.

Faudrais que j'essaye.
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

jycstd
Statut : Gourou
inscrit le 15/09/19
Matos : 7 avis
Après, avec une viscosité supérieur, je vais avoir le soucis au niveau du rebond et de la saturation sur les successions de chocs. Gestion de la saturation qu'est déjà à chier sur le Moco...
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

davelepec
Statut : Gourou
inscrit le 22/11/07
Stations : 6 avisMatos : 16 avis
Le rebond je l'ai vu sur ma Boxxer les réglages rattrape, la saturation sans réelle clapeterie avec n'importe qu'elle huile tu l'auras vu que y'a aucune solution technique qui gère les compressions et assure les transitions entre les différences de vitesse.
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

jycstd
Statut : Gourou
inscrit le 15/09/19
Matos : 7 avis
Oui mais en rendant l’huile plus visqueuse, finalement est ce que tu précipite pas le moment où ça va saturer et y’a fourche va se raidir ?
Sur des successions de chocs surtout !
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

.