Girls: Lola

Photo de couverture

Cliquez ici pour ajouter une photo de couverture, ou déposez la photo dans ce cadre. Si les dimensions sont supérieures à 2000x1045 pixels, la photo sera automatiquement redimensionnée.

L'image d'en tête sera affichée derrière le titre de votre article.
Cliquez ici pour remplacer la photo de couverture (2000x1045 pixels), ou déposez la photo dans le cadre pointillé.

Girls: Lola

Portrait

2ème volet de notre série de portraits féminins sur 26in. Cette fois-ci nous allons à la rencontre de Lola Battaglia

2ème volet de notre série de portraits féminins sur 26in. Cette fois-ci nous allons à la rencontre de Lola Battaglia

Salut à toi Lola, quel âge as-tu ?

27 ans

Quelle profession exerces-tu ?

J'habite en station de ski, je suis donc actuellement saisonnière aux remontées mécaniques de l'Alpe d'Huez. Ce rythme me permet de dégager du temps pour mes deux passions : le VTT et la photographie. 

D'où viens-tu? et où rides-tu ?

Je viens de l'Alpe d'Huez,  je roule tous les week-ends et les jours où je suis disponible en semaine principalement dans les bike-parks isérois l'été avec mon VTT de freeride que j'emmène partout, et je commence à pratiquer l'enduro en Oisans et dans le Vercors pendant l'intersaison.




Comment tu as commencé le vélo et où as-tu commencé à rouler ?

J'ai débuté le vélo vers l'âge de 3 ans (comme la majorité des gosses). Ayant grandi à Grenoble, j'aimais suivre mon frère est aller jouer au terrain de BMX de L'Ile d'Amour tout proche. Mais ce n'est qu'à l'âge de 18 ans que j'ai découvert la DH.

J'ai commencé à rouler sur le Bike Park de l'Alpe d'Huez en voulant suivre mon copain qui pratique déjà depuis quelques années. J'avais alors un petit vélo de Dirt semi-rigide (Kona Shred) qui n'était vraiment pas adapté au terrain montagnard et cassant de l'Alpe.

Mais cela m'a permis d'apprendre à tenir le cintre, à placer mes roues, bref, à rouler propre !  Par la suite, j'ai acheté un vélo tout suspendu qui m'a ouvert de nouveaux horizons : désormais je me fais moins secouer, je peux donc rouler plus vite, et je n'ai plus d'appréhension dans le cassant.




Où roules-tu maintenant ?

Par facilité, je roule d'abord chez moi à l'Alpe d'Huez. Mais n'aimant pas la routine j'aime varier les terrains, j'ai la possibilité d'avoir les 2 Alpes à côté de chez moi, mais également toutes les stations du bassin Grenoblois (Arzelier, les 7 Laux, mais surtout Villard-de-Lans que j'ai beaucoup pratiqué cet été). Il m'arrive également de partir avec mon copain en van aménagé pour des petits bike-trips à la découverte d'autres stations. Lors ce que les bike-parks sont fermés, mes sorties deviennent plus pédalantes, afin de découvrir d'autres paysages plus sauvages, moins aménagés.

Qu'est ce qui te plait dans le VTT? Qu'est ce qui te fait peur ?

J'aime aller vite, j'aime sauter, j'aime quand ça tabasse. Les sensations procurées à grandes vitesses dans une forêt un peu étroite ou dans un pierrier sont uniques ! Il y a toujours un truc à travailler en DH,  que ce soit une trajectoire, un placement sur le Bike, un saut à bien passer… J'aime me fixer des objectifs comme essayer de rattraper les garçons qui roulent généralement assez fort, passer tel ou tel kick, faire des runs d'une seule traite… Et quelle satisfaction en fin de journée lorsque j'ai le sentiment d'avoir encore pris du niveau.

Malgré une certaine expérience, j'ai toujours une appréhension avant de m'engager dans une piste noire qui m'est inconnue. Sinon, j'arrive à sauter quelques jolis kicks, mais la hauteur du gap est toujours bien repérée et analysée avant de me lancer (je me suis déjà fait peur quelques fois...). Mais j'estime que la descente est une bonne école pour repousser ses limites et atténuer ses peurs.

Une amie à toi veut se mettre au VTT, que lui conseilles-tu?

Je lui conseille de ne surtout pas griller les étapes. C'est un peu comme le ski, il faut d'abord prendre du plaisir sur une piste verte. L'accompagnement est aussi important, les conseils sont toujours bon à prendre. Je lui dirais surtout de se lâcher, de débrancher quoi… Je la rassure aussi en lui disant que la DH c'est plus cool que ce que l'on croit, la toute première descente est toujours un peu impressionnante, mais une fois à l'aise sur le vélo ça roule tout seul!




Une remarque en particulier à faire sur ce sport?

Le VTT de descentes est considéré comme un sport "macho", mais bien au contraire, pour ma part je n'ai fait que de bonnes rencontres et les mecs sont toujours là pour t'aider en cas de crevaison ou de casse, et ont toujours un conseil à te glisser. C'est cool ! C'est un sport ouvert, ou les nanas ont toutes leur place et seront toujours bien accueillies !

Une touche de féminité sur ton bike? Ton équipement?

J'ai toujours choisi mon vélo en fonction de mon budget. Mon précédent bike (un Giant Glory) avait quelques pointes de rose par-ci par-là (entretoises, pédales), mais j'ai opté pour la sobriété sur mon bike actuel (un Giant Faith). Par contre, je porte une grande attention à mes tenues de ride. J'essaie de trouver un ensemble assez féminin, cintré. Je reprocherais juste le manque de choix dans la gamme textile VTT femme de la plupart des marques, mais ça évolue doucement.



Follow me ... (à Bardo)


Prochain portrait le 21 Octobre avec Pauline !

1 commentaire

 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

.