Backstage : Julien - Tchouk TV

Photo de couverture

Cliquez ici pour ajouter une photo de couverture, ou déposez la photo dans ce cadre. Si les dimensions sont supérieures à 2000x1045 pixels, la photo sera automatiquement redimensionnée.

L'image d'en tête sera affichée derrière le titre de votre article.
Cliquez ici pour remplacer la photo de couverture (2000x1045 pixels), ou déposez la photo dans le cadre pointillé.

Backstage : Julien - Tchouk TV

Backstage
Qui mieux que lui, qui écume les courses de l'hexagone pour pousser les petites équipes, mérite sa place dans un article Backstage ?
olivcucu
Texte :

Grand par la taille et dans le coeur, animé d'une passion peu commune, Julien a à coeur de nous présenter des personnalités et des pilotes trop souvent délaissés. Merci à lui, qui par son travail nous permet de connaître des acteurs importants de notre sport.

  • 26in : Salut Julien , présente toi rapidement:

Tchouk: Salut, je m'appelle Julien Vendries, j'ai 38 ans et je suis Professeur d'EPS dans le sud de la Drôme... Prof' de Muscles quoi ! D'ailleurs, c'est marrant que vous me proposiez de parler de moi ici, parce que jusqu'à présent, les gars qui ont eu ce privilège étaient des pros. Moi, je suis un "touriste". Vous ne vous trompez pas ?

Les gens du milieu du VTT de DH me connaissent sous le pseudo de Tchouk, d'où le logo TchoukTV au début de mes vidéos. Ce surnom date 2002 lorsqu'à la Men In Bike de l'Arzelier (le Championnat du Rhône-Alpes de DH) je me suis prit une grande cuite dans le but d'être moins timide face à une fille qui était montée pour le week-end. Le lendemain, encore bien "flambé", je me prenais 3 gamelles et je perdais une chaussure en manche de qualification... Les copains, morts de rire, du club de Valloire Galibier VTT où j'étais licencié, m'avaient surnommé "Tchoucaton", ce qui veut dire "ivrogne" en patois de la Maurienne... Mais j'avais conclu !

Avec le diminutif "Tchouk", on comprend que TchoukTV veut donc dire IvrogneTV (chose fausse puisque je bois très très peu).

  • Comment en es-tu venu à faire de l’image ?

En 2004, j'ai rencontré Raphaëlle, ma compagne, alors que nous étions profs tous les deux dans un collège picard de la grande ceinture parisienne. Raph est une passionnée de cinéma et on a plus de 2500 DVD à la maison, le home-cinéma dans le salon... etc Professeur d'Anglais, elle s'est inscrite à des formations pour devenir Professeur de Cinéma (il y a quelques filières de ce type dans des lycées français) et c'est elle qui m'a expliqué tout ce qu'elle avait appris en termes de montage. J'ai commencé à faire des petites vidéos avec les copains sur les pistes d'Île de France (Cormeilles en Parisis) ou de Picardie/Nord-Pas de Calais (Saint-Just en Chaussée, Contoire-Hamel, Anzin) là où je roulais et participais à l'organisation de courses (certains se rappellent peut-être de la Not So Flat DH Cup ?). En même temps, Raph et moi on animions un "club vidéo/effets spéciaux" pour les élèves de notre collège. C'était vraiment sympa !

Avec le temps, j'ai maintenant dépassé Raph pour le montage, et pour le reste, je suis autodidacte (wwwoooaaaa, j'ai posé 3 neurones là, pour sortir un mot aussi compliqué)

"Pour ce que j'en sais, elle a fait 1,5 millions de vues"

DogMasteR: 

Enregistrer l'embed

  • Pourquoi shooter du vélo?

Je suis un passionné de VTT de DH depuis presque 20 ans (j'ai débuté en 1998 après quelques années de lycée à Riom avec Pierre Brégère - ancien Champion Régional - ou encore Julien Meunier que je regardais dans les vidéos Sprung et 24 PornSpiritTour) et après de nombreuses années à jouer au Volley-Ball (j'ai même porté le maillot tricolore en Cadet.. Vite fait !), je me suis bien rendu compte que je n'étais pas bon en VTT, mais que c'était ma vraie passion ! En 2005, après une 12è saison de Volley-Ball, j'ai plaqué ce sport...

A partir de là, ne faisant plus que du VTT (sur le plan sportif), j'ai pu progresser dans ma façon de filmer, de monter mes plans, et je me suis dit que je pouvais peut-être tenter de filmer des gars qui roulaient forts. C'est là que j'ai proposé à Patrice Afflatet, pas encore réellement manager du Team VoulVoul Racing, de filmer l'équipe.

De là, je me suis dit que je pouvais lier mes deux passions, celle de la DH, et celle de la vidéo. A partir de 2011, je me suis donc mit à suivre les Teams VVR, X1 Racing, puis Ride Inov... etc

En gros, de 2006 à 2011 je filmais les copains avec du "matériel du bled" pour montrer les pistes des courses auxquelles je prenais part en tant que coureur/organisateur, et à partir de 2012, je suis descendu dans la Drôme et j'ai un peu relâché l'organisation de courses pour me consacrer un peu plus aux vidéos de VTT.

  • Est-ce que tu roules ? Cela a-t-il une influence sur ta façon de shooter?

Oui, je roule et j'ai participé à 109 courses de DH et d'Enduro à ce jour. A la vitesse où je roule, je pense que les slowmotions n'ont aucun secret pour moi ! Hahahahah

Plus sérieusement, ce n'est pas le fait de rouler qui influence ma façon de filmer. Non, c'est plutôt le fait d'être dans le milieu depuis si longtemps, de connaitre tout le monde, qui fait que lorsque je filme des pilotes en courses par exemple, je parviens à les mettre à l'aise en interview, pour déconner, pour les motiver à se lancer sur certaines lignes. Je n'ai jamais l'impression de filmer des pilotes, mais plutôt des copains, des jeunes qui m'épatent sur chaque shooting.... Je rêve de rouler comme eux, j'aurais tant aimé prendre le départ d'une Coupe du Monde, de vivre l'excitation qu'on retrouve dans le paddock sur des grosses courses, et je suis réellement content de pouvoir filmer cela de temps en temps. Grâce à eux, grâce à ma caméra (mon appareil photo), je peux "vivre le truc de l'intérieur" et je pense que cela se sent dans quelques-unes de mes productions. Un jour, Julien Piccolo, mécanicien et pilote X1 Racing Suspension en Coupe du Monde, me disait qu'il était content que je suive l'équipe sur les courses, pour les filmer ou pour écrire un article: "parce que tu es celui qui nous connait le mieux". Au passage, c'est d'ailleurs un pilote dont j'adore le style !

  • D’ailleurs, qu’est ce qui t’influence le plus ? D'où tires-tu ton inspiration ?

Vaste sujet... Forcément, les cassettes VHS d'un autre temps m'ont inspiré: Chainsmoke a été ma première vidéo de VTT. Puis il y a eu la série Sprung d'Alex Rankin (une fois par an) qui résumait la saison de Coupe du Monde de DH à une époque où internet n'en était qu'à son début ! (A cette époque d'ailleurs, j'ai écris quelques articles sur www.vttfreeride.com... ça vous dit quelque chose ?)

Puis sont apparus les DVD Earthed dans la lignée des Sprung. Ensuite les New World Disorder... Mais je préférais quand même la DH au freeride ! Coup de cœur, aussi, pour la vidéo WideOpen réalisée à l'époque par Thierry Neau.

Plus récemment, j'ai bien entendu été inspiré par Hervé Doulat, Lucas Stanus, JB Bazzarini... Je les ai tous croisés et ces gars m'épatent. J'adore aussi le travail du discret breton Thibault Maitrejean (TMP Films). Et j'ai aussi été très marqué par un petit jeune canadien, qui postait jusqu'en 2012 sous le pseudo de Silvia Films... Ce gars courait à fond en tenant sa steadycam à une main ! WTF ?! Je crois qu'il est maintenant chez Coastal Crew ?

Maintenant, il y a énormément de vidéos qui sortent tous les jours... Et avec facebook, une simple vidéo embarquée peut devenir virale et inspirer n'importe qui (moi le premier).

Au final, j'aime passer du temps sur le net, désormais, pour regarder des vidéos en tous genres... Les Candide Kaméra, la série Bon Appétit, les vidéos de Drift de Stephen Brooks, les clips musicaux (oué enfin askip pas du Jul quand même !)...

  • Sur quels projets as-tu le plus aimé travailler et pourquoi?

Je dirais que le premier projet le plus marquant a été de filmer les pilotes X1 Racing Suspension lors de la Finale de la Coupe du Monde 2014. J'avais déjà filmé nombre de pilotes, en courses régionales, nationales ou non, mais jamais sur un tel évènement. Là, je me suis retrouvé sur le bord de la piste, dans le double-rubalisage (au plus prêt, là où le public n'a pas le droit d'aller) au milieu des gars dont je regarde les vidéos ou les photos tous les week-ends en saison: les frères Parkin avec leurs caméras RED (à l'époque pour Dirt Magazine), Sven Martin (le maitre de la photo VTT pour VitalMTB), Dave Trumpore (Pinkbike),... Même le jeune JB Liautard qui me scotche par son talent inné pour la photo !

Pour l'anecdote, j'avais fait une demande officielle auprès de RedBullTV et de l'UCI pour avoir le droit de filmer et ça avait été très compliqué puisque les pilotes en question n'étaient pas dans des teams UCI... Au départ, je ne devais filmer que Julien Piccolo et Romain Paulhan puis finalement, j'avais proposé à Jérôme Montès (Boss de X1 Racing) de filmer tous les pilotes qu'il soutenait et qui étaient présents sur cette course, dans le but de les rendre un peu plus visibles. Filmer les gars du top 30, dans les Teams UCI, ne leur apportait rien puisqu'ils passaient déjà en direct. Filmer ces gars-là était bénéfique pour eux, pour la DH... La responsable média me téléphonait tous les jours pendant la course pour me rappeler les règles (interdiction de filmer en manche de qualification et en finale) et moi je lui expliquais que filmer ces gars leur permettait de les mettre en valeur, de les amener à trouver des sponsors, et que cela faisait avancer notre sport... On n'était pas sur la même longueur d'ondes...

Et en plus Alexandre Fayolle avait terminé 21è de la qualification, il était donc en direct et mes images allaient donc être encore plus surveillées... Je ne l'ai mis qu'en fin de film !

"On n'était pas sur la même longueur d'ondes..."

Outsiders (pensée pour Ivan Oziol) #whipforzoz


Enregistrer l'embed

  • Quel est ton meilleur souvenir de shooting ?

Après cette question, ce n'est pas un souvenir que j'ai en tête mais quelqu'un en particulier: Antoine Dubourgnon que j'ai filmé en 2014 chez lui, sur sa piste Ardéchoise. Il venait d'ailleurs de faire des images dans les Terres Noires pour l'excellent film Hexagone. Il cherchait quelqu'un pour faire des images et, disons le clairement, pour faire valoir son contrat de sponsoring. Il m'a demandé si j'étais OK pour le filmer pour rien et j'y suis allé. Il faisait très chaud et on a fait cette vidéo complètement "à l'arrache". Mais la journée que j'ai passé avec lui, avec cette personnalité, était incroyable ! Ce gars est heureux, heureux sur son VTT, heureux de vivre au milieu de la nature, il n'a besoin de rien ou presque, et j'avais l'impression de filmer un indigène sur un VTT (lui que j'avais croisé quelques années plus tôt, à l'âge de 14 ans avec sa tête de premier de la classe sur son Big Hit sur les manches de la Coupe du Rhône-Alpes. Et qui entre-temps, avait participé à la Rampage, envoyé des énormes backflips sur des gaps déments). Je suis revenu de cette journée de tournage totalement apaisé !

Ce gars manque au VTT français !

  • Quel est l'événement qui t’a le plus marqué dernièrement ?

Dernièrement, en juillet 2016, je suis allé filmer le Team VoulVoul Racing à Lenzerheide lors de la Coupe du Monde. Partir 5 jours pour filmer cette équipe que je suis depuis 2011, voir la progression du groupe d'année en année (ça va être difficile de faire mieux en 2017 ! Mais pas impossible !), revenir avec les seules images filmées en course pour Florent Payet et Marine Cabirou qui ont terminé 3è et 4è des Championnats du Monde quelques semaines plus tard... Et bien j'étais fier ! Dommage que je ne puisse pas les filmer plus souvent ! Et d'ailleurs, clairement, l'équipe ne pourrait pas se payer le luxe d'avoir un vidéaste professionnel avec eux. C'était le plus petit budget de la Coupe du Monde 2016 et ils n'auraient même pas eu les moyens de payer les droits pour pouvoir filmer aux Mondiaux.

Enfin, ce n'est pas réellement un évènement, mais une de mes vidéos est devenue un vrai "phénomène" et aujourd'hui, beaucoup m'en parlent encore: la vidéo DogMasteR, filmée avec Nicolas "Têtard" Ortiz et son chien Heaven. J'ai fait cela encore une fois pour aider Têtard de façon tout à fait volontaire, pour qu'il trouve des sponsors, du soutien pour la saison. Et j'avais envie de faire des images de lui et son chien que j'avais croisé quelques fois auparavant. On a fait la vidéo sérieusement, Têtard à repéré et shappé 5 petits spots autour de chez lui, il a préparé son chien, on a fait les images... Puis quand je l'ai mis en ligne, tout à explosé ! Elle est devenue virale et incontrôlable. Pour ce que j'en sais, elle a fait 1,5 millions de vues (dont la moitié sont des piratages) et elle est passée sur Sport+, France 2 (Télématin), France 3 (30 Millions d'Amis), D8, Extrem Sports Channel en prime aux USA... etc On peut dire que la sortie de cette vidéo a été un évènement, auquel je ne m'attendais pas du tout.

"Ce gars manque au VTT français ! " 

Antoine Dubourgnon / Freeride Par Nature: 

Enregistrer l'embed

  • Quel matos utilises-tu en ce moment?

C'est là que je me dis que je ne suis pas à la hauteur des autres vidéastes qui ont déjà été interviewés... Ce n'est pas mon job et je ne peux pas me permettre de claquer beaucoup d'argent dans mon matériel. Dans ces conditions, je filme avec un boitier Panasonic GH3 au format 4/3. Bon pour la vidéo, et pas du tout volumineux. J'ai 2 objectifs: un Olympus M-Zuiko 12-50mm 1:3.5-6.3 pour les plans en steadycam ou les plans dans les petits espaces (sans trop déformer l'image) et un Olympus 40-150mm 1:4-5.6 pour les plans de loin ou les portraits. J'utilise un micro additionnel Rode Videomic Go. Pour les caméras embarquées (j'en fais très peu), j'ai une Sony HDR-AS200V (pour la stabilisation) avec des accessoires que j'ai fabriqué moi-même pour certains: pince pour tubes, support dans le dos "vue à la 3è personne"... etc Je filme depuis longtemps avec une steadycam Flycam HD3000 en plus de mon pied Velbon. Par contre, depuis quelques jours, je dispose d'une steadycam motorisée Feiyu MG Lite qui m'offre de nouvelles perspectives. Enfin, j'ai une "cablecam du ghetto"que j'ai construis avec un pied de lit de mamie, des équerres en fer et de la cordelette de 6mm. Et j'ai une cablecam motorisée et télécommandée fabriquée par la classe de Terminale SSI de mon frère Vincent au Lycée Pierre-Joël Bonté de Riom. C'était leur projet d'étude pour le Bac et j'ai tout financé.

Je monte sur PC, via Adobe Première Pro.

  • Qu’est ce que tu aimerais ajouter à ce matériel ?

Baaah... Tout changer !

Acheter un Panasonic GH4 ou même une vraie caméra Sony, ou une RED (allons-y gaiment puisque j'ai le droit de rêver là), un drone, un PC de folie, une grue... Une assistante blonde à forte poitrine qui porterait mon bazar !

  • Pour les puristes, quelle est la config’ avec laquelle tu préfères shooter?

Là, tu vois, tu me poses au colle... Je te l'ai dis, je suis autodidacte et je fais les choses à ma façon, sans forcément connaitre les termes. Par exemple en 2011, j'ai filmé sur l'Enduro Series de Valloire avec Hervé Doulat (je ne roulais pas, j'avais le poignet cassé). Je lui ai donné mes images et il m'a dit: "je vais faire l'ours"... Moi, j'ai rigolé sur le moment. Sauf que ça voulait dire: "maintenant je vais découper les parties intéressantes des plans avant de passer au vrai montage"... Si quelqu'un veut me payer un stage photos/vidéos, je pourrai dire quelle est ma config' préférée... Et enfin apprendre à régler correctement mon appareil photo (je veux bien offrir 2kg de Cantal à celui qui me le propose).

"Et bien j'étais fier !"

VVR / The Lowest Budget Team

Enregistrer l'embed

  • Y’a-t-il une composition que tu aimes particulièrement réaliser ?

Filmer en mouvement, toujours en mouvement, c'est ce que j'aime. Et cela me joue d'ailleurs des tours puisque parfois, il est plus facile d'intégrer des logos, des sponsors, sur des plans fixes qu'en mouvement, et parfois, je dérushe et je me dis "mince, comment je vais poser les logos proprement ?! ça bouge tout le temps !" Mais je me débrouille toujours.

  • As-tu des projets de tournage dans les mois qui viennent?

A vrai dire, jusqu'en 2015 (DogMasteR), je me préparais un calendrier de tournages en même temps que mon calendrier de courses de DH et d'Enduro. Or, cette année-là, chaque fois que je devais filmer, il pleuvait. J'ai dû décaler toutes mes vidéos. Et puis DogMaster a tellement fait péter le score des vues, qu'aujourd'hui, je filme un peu ce que je veux, ceux que j'ai envie, même si je sais que ce ne sera pas trop regardé.

Je continuerai de filmer les pilotes des Teams VVR ou X1 Racing. Je continuerai aussi de filmer des gens qui ont une bonne image à mes yeux (le descendeur Thomas Guibal par exemple) ou encore des co-fac Pivot Cycles dont je fais partie (le Green Master Team, mon équipe de vieux, et d'autres). Car, et oui, j'ai oublié de le dire, mais je préfère être sincère: filmer pour X1 Racing ou pour Pivot Cycles/Mohawk's Cycles me permet de rouler sur du matos à "prix cousin". Pour le reste, mais pour eux aussi quand même, je fais cela par passion !

  • Quels conseils donnerais-tu à quelqu'un qui souhaite commencer à filmer ?

C'est une question qu'on me pose souvent sur le net. Voila ce que je réponds, et encore une fois, c'est ma vision, celle d'un "touriste de la vidéo"...

Une vidéo de VTT, si tu veux qu'elle intéresse du monde, qu'elle soit vue, qu'elle soit chouette, il faut:

- Des paysages, des gamelles, des fous rires, de la lumière, des gonzesses (pas simple)... et un peu de VTT.

- Si possible un scénario, une idée de départ à développer dans la vidéo, à moins que tu ne filmes un des meilleurs pilotes mondiaux qui va envoyer le tricks le plus ouf que personne n'aie jamais vu... Chose que toi, lecteur de 26in.fr, tu as peu de chance de faire (comme moi aussi, hein !). Je me suis d'ailleurs fait un peu connaitre avec cette vidéo de mon pote François Boulin en 2001, "Enduro Facteur"

- Au montage, adapter le choix de la musique au rythme de la vidéo: une musique lente pour des plans longs ou même ralentis, et une musique rapide pour des plans courts.

- Ne pas hésiter à découper les plans que tu as passé des heures à filmer... ça fait mal, mais franchement, une vidéo de 4 minutes, c'est déjà long ! (J'ai mis du temps à le comprendre)

- Cherche à faire quelques plans originaux: utilise un arbre, un mur pour te positionner contre et en faire un premier plan flou pour donner du relief au second plan. Pose ta caméra au sol. Monte faire un plan depuis un toit. Essaie de varier les prises de vues au maximum.

- Si un "gugus" vient te voir pour te demander de le filmer, explique-lui que filmer ça prend une bonne journée, ça nécessite du matériel coûteux, du savoir-faire, beaucoup de temps de montage (je dirais 20h minimum pour une vraie vidéo) et qu'il faut allonger la monnaie... Et si tu y arrives, viens m'en parler, j'en ai besoin !

  • Le mot de la fin:

Et bien merci à 26in.fr pour cette interview... ça motive !

J'en profite pour remercier Raphaëlle sans qui je ne filmerais pas et qui corrige toujours mes fautes d'anglais dans les sous-titres.

Merci aux équipes/pilotes qui me font confiance et à Lionel Morillon qui me renseigne souvent pour le matériel.

Et merci à Najat de me laisser un peu de temps libre pour pouvoir pratiquer mes passions.

Suivez moi sur mon site, ma page Zapiks, ou sur facebook (mais ça, c'est ma page perso):

1 commentaire

scott 86
Statut : Confirmé
inscrit le 18/01/16
Matos : 1 avis
Super cool cette interview !
C'est bien aussi d'interviewer des acteurs du vtt qui ne sont pas professionnels
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

.