Entrevue : Victor Dubois

Photo de couverture

Cliquez ici pour ajouter une photo de couverture, ou déposez la photo dans ce cadre. Si les dimensions sont supérieures à 2000x1045 pixels, la photo sera automatiquement redimensionnée.

L'image d'en tête sera affichée derrière le titre de votre article.
Cliquez ici pour remplacer la photo de couverture (2000x1045 pixels), ou déposez la photo dans le cadre pointillé.

Entrevue : Victor Dubois

Encore un MCF sur 26in ! Et celui la n'est pas venu pour acheter du terrain ! Entrevue :
Entrevue
olivcucu
Texte :
Photos :
Divers
Vidéo :
CP Films
Entrevue, c'est une série pour laisser la parole à tous nos riders qui sont en manque de temps de parole. Des gars passionnés, investis, le genre de mec que tu remarques si tu le croises sur un spot. Aujourd'hui, on vous présente Victor. Encore un passionné qui a décidé d'en vivre ! Doué comme pas deux, il veut désormais transmettre son amour pour la montagne et ses compétences en vélo au plus grand nombre.

  • 26in : Salut Victor ! On va te laisser te présenter comme tu le sens, avant de commencer à te cuisiner. Alors vas-y, dis-nous ce que tu as envie de nous dire !

Victor : Salut 26in, Victor, 28 ans, je vis à Autrans dans le Vercors. Pour me présenter rapidement… Je suis un amoureux de la montagne ! Normal en tant que Grenoblois.

Pour ce qui est du vélo, j’ai attaqué dès l’âge de 8 ans en trial et vers l’âge de 19 ans je me suis mis au VTT. J’ai tout de suite aimé le côté fun de la descente avec une faculté à débrancher le cerveau. Je me suis mis à faire pas mal de courses d’enduro et ça m’a permis de bien progresser.

Aujourd’hui je suis dans le team Devinci/Sabma pour la deuxième année et je me régale sur ce matos.

A part ça, je travaillais en tant qu’ingénieur en électricité et j’ai récemment tout plaqué pour vivre de ma passion. Je viens de passer un monitorat de VTT pour me permettre d’encadrer sur un super spot, le VERCORS !

  • Qu’est-ce qui te motive quand tu poses tes pieds sur les pédales?

Me marrer, rouler à bloc, en chier un peu (ouais, faut monter avant de descendre), tirer des grands drops, voir du paysage et faire des manual dans les singles (c’est mon côté kéké). Le principal pour moi c’est de me faire plaisir.

J’aime de plus en plus partager ma passion à tous niveaux et faire découvrir le massif dans lequel je vis. Avec mon nouveau job, je me m’éclate.

  • Comment vois-tu la semaine parfaite ?

Partir dans un massif que je ne connais pas. Commencer avec les potes pour rider en station comme des allumés, enchainer sur des beaux singles de montagne avec de longs portages pour les entendre râler (oui, ça me fait marrer). Trouver une idée bien bête pour se lancer un défi inutile, genre : « Je suis sûr que ça passe en tirant tout et en réceptionnant en bas dans l’appui !? »

Rider au moins une journée sous une pluie de malade sinon c’est pas marrant.

Ensuite rouler un peu avec ma chérie, c’est un super cobaye pour tester mes singles et c’est cool de partager ça!

Je crois que j’oublie un truc important, boire des bières avec les potes après une journée de ride, pour la récup évidemment.

  • On te propose une invit’ sur la compet’ de tes rêves et un trip pour shooter la même semaine ! Tu vas où?

Il y a quelques années j’aurais répondu, la compétition, mais depuis que je suis avec le Chicken Pass Crew j’ai bien accroché au shooting. J’ai découvert ça avec la première vidéo de CP Films « South West Vibes ». Je trouve que ça laisse de bons souvenirs et quand je vais shooter je me dépense autant que lors d’une compet’. Je l’ai bien remarqué cet été avec Cho et Pierre de CP Films… ils m’ont fait marner les enfoirés !

Je trouve ça dur de devoir se mettre dans le rythme en ne faisant que des passages en pointillés, il faut être à fond sans se rater et avec style si possible… Cet été j’ai encore beaucoup appris sur la vidéo en tournant « Choose Your Bike » et ça me motive de continuer dans ce sens-là.

On essaie aussi de faire des photos avec Manon (ma photographe préférée) et c’est bien cool aussi.

"Ca me motive de continuer dans ce sens-là"


Enregistrer l'embed

  • Donc préfères tu shooter une bonne video ou poser le run que tu voulais en compet’?

Donc oui aujourd’hui je préfère shooter. C’est aussi parce que je me préserve un peu car en course j’ai tendance à mettre un peu trop le cerveau sur off ! Ce qui est cool dans le shoot c’est que ça te laisse de belles images que tu peux mater ensuite… D’ailleurs avec CP Films on a un nouveau projet de vidéo dans le Vercors cette fois… affaire à suivre !

  • Comment gères-tu les lendemains de cuite quand tu es censé rouler ?

Je ne vois pas de quoi on parle… Je ne sais pas si je suis vieux ou si j’ai muri (je préfère ça d’ailleurs) mais si j’ai abusé la veille j’assume le lendemain, je roule tranquille avec les potes jusqu’à ce que ça aille mieux. C’est quand même le genre de situations que j’évite, ça peut vite faire mal le lendemain !

  • Quelle place a le shape dans ta pratique du vélo ?

Pas assez à mon goût. J’ai souvent plein d’idées d’aménagements que je veux faire dans mes petits singles Vertaco, mais il y en a tellement qui sont déjà au top. Je ne veux pas paraître trop chauvin mais pour l’enduro le Vercors c’est magique ! Il y en a pour tous niveaux et les singles sont très variés.

"Ca te laisse de belles images que tu peux mater ensuite"

Ajoutez des photos (2020px)

  • Qui est-ce qui t’inspire, que tu jalouses secrètement, mais que t’aimes bien quand même ?

Danny MacAskill, en tant qu’ancien trialiste, je suis en admiration devant ses vidéos. Il a su mêlé des gros tricks de porcs avec la finesse du trial. Tout ça avec beaucoup d’originalité et d’idées, il est vraiment bon.

  • Si tu devais changer quelque chose chez toi, ça serait quoi?

Mon dos ! J’en veux un neuf pour pouvoir lâcher sans crainte. Ça m’a fait changer ma façon de rouler mais finalement je me régale autant. J’aimerai bien savoir faire un peu plus de tricks et faire des nose manual à la Danny sans me rapper le menton à chaque fois!

  • Quel est ton meilleur souvenir en vélo ?

C’est dur, il y en a tellement... Je dirais ma dernière course au Festibike du Taillefer (une course au top que je conseille). Sur la mass start je suis sorti dans les 40 au premier virage après un départ un peu compliqué et j’ai tout lâché pour essayer de remonter. Dans ma tête c’était perdu d’avance donc je me suis dit double le plus de monde possible et sors toi les doigts. Ça a bien fonctionné, j’ai fini 1er.

  • Tu nous as sorti de belles photos pour l’article ! Quelle est ta préférée ?

Celle du podium, elle reflète bien la bonne ambiance sur certaines courses après s’être tiré la bourre avec les potes. C’est ce qui me plaît, tu peux être au coude à coude et tenter des blocs pass à moitié propres pendant que t’es sur ton bike mais après ça n’empêche pas de se marrer ensemble.

  • Allez, la question qui fâche. Ca fait combien de temps que tu ne t’es pas fait mal?

Un peu plus de 2 ans. C’était ma période DH. Je me suis mis un cours à Morgins sur un road gap et je suis reparti en hélico. En plus on ne voyait rien de dedans, je n’ai même pas pu profiter de la balade !

Résultat un disque lombaire et sacrum déchirés, en gros 2 hernies discales. J’ai rien pu faire pendant 6 mois et j’ai repris le sport doucement. J’ai vendu le DH et acheté un enduro.


  • Comment gères-tu tout ça ? Tu es plutôt du genre prudent, ou plutôt “l'hôpital ou la gagne”?

Depuis ça je suis du genre prudent, j’arrive à renoncer au lieu d’essayer. J’ai plus trop droit à l’erreur et je ne peux plus me mettre de gros tirs avec des réceptions qui tassent. J’ai quand même trouvé la parade, je me mets des vols en longueurs, ça j’ai le droit ! Je pensais qu’avec un enduro ça me briderait mais en fait je roule plus vite avec mon Spartan qu’avec mon ancien Demo…

"Tenter des blocs pass à moitié propres "


Enregistrer l'embed

  • Comment vois-tu l’avenir de Victoir Dubois ?

Je suis en train de monter un projet afin d’encadrer des gens sur le plateau et faire découvrir le Vercors sous toutes ses facettes. Le projet n’est pas encore fini mais prochainement on pourra trouver des stages de perfectionnement enduro mais aussi un format « guiding »pour découvrir les plus beaux singles du plateau du Vercors et autour de Grenoble.

Bientôt sur www.vtt-trail.fr

Contact sur vdubois@vtt-trail.fr

  • On sent que ton projet d'encadrement se destine à tous publics. Penses tu néanmoins pouvoir séduire des pilotes assez expérimentés avec ce projet ?
Oui je pense, tout le monde à au moins un défaut, même les pilotes expérimentés ! Le but des stages enduro est de confronter chaque pilote à une difficulté adaptée à son niveau et qu’à la fin du stage ce ne soit plus un blocage. Ayant touché à beaucoup de disciplines dans le monde du vélo (trial, BMX, DH, enduro) j’ai un regard plutôt critique sur chaque mouvement technique. J’ai aussi pas mal d’expérience sur les courses d’enduro, je sais comment gérer une course et le transmettre…


  • Pour le grand public, en mode découverte, penses tu utiliser des E-Bikes?

Le vélo électrique c’est l’avenir ! Je pense que mon activité va de plus en plus se tourner dans ce sens. Les VAE évoluent vraiment très vite et deviennent très performants, ils touchent aussi un grand nombre de gens qui découvrent ou redécouvrent le VTT. Dès cette année, en partenariat avec Vélectrip, nous lançons des stages Enduro Electrique sur le plateau du Vercors. Les dernières générations de VTTAE permettent de continuer à progresser techniquement en descente tout en pouvant enchainer les bornes et le dénivelé sans trop d’effort. Ces produits avec différents formats seront disponibles bientôt sur Vtt-Trail et sur Vélectrip.

  • Tu as peut-être des parents ou des amis que tu souhaites remercier ?

Des gens à remercier ? Bien sûr qu’il y en a! Il y a ma chérie, ma famille, mes potes et tous les gens qui me soutiennent dans mon nouveau projet de vie. Je tiens aussi à remercier Altiplano et Sabma qui me permettent d'avoir du matos au top toute au long de la saison! Tous ceux-là je les remercie.

Pas encore de commentaire
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

.