Down Puerto Vallarta
2000*1045px

Down Puerto Vallarta

Descente urbaine et jumps avec vue sur mer, de la bonne bouffe, un public chaud...
Texte Olivier Cuvet + 26in
Photos Marcos Ferro
Texte Olivier Cuvet + 26in
Photos Marcos Ferro
Descente urbaine et jumps avec vue sur mer, de la bonne bouffe, un public chaud...

La DH à la sauce Mexicaine.

Après une première édition quelque peu entachée par la grosse blessure de Franz Grossmann, Altius Events nous ont concocté une deuxième Urban DH que l’on pourrait qualifier de parfaite.

Grosso modo, le parcours était similaire à celui de l’an passé. Prenez un passage DH mixant du béton et de la terre ultra glissante sur le haut, des escaliers raides et étroits au milieu, et un tout-schuss au milieu de la foule suivi de trois belles bosses sur la fin, et vous vous retrouvez avec une belle piste d’Urban DH d’une minute vingt seconde pour le meilleur.

Mais un évènement au Mexique, c’est un peu plus que ça. C’est de la nourriture de folie, du surf de qualité, des attentions particulière de la part du staff à l’égard des riders.. Bref, c’est la bonne ambiance avec une petit air de vacances.



Ajoutez des photos (2020px)
"Je suis vraiment content de cette course au Mexique. L’organisation était top, les shapeurs à l’écoute, l’ambiance conviviale .. J’ai plus pris ça comme une démo géante qu’une véritable course. Mon seul regret est d’être passé complètement à la trappe lors du Best Trick. Mais on a bien roulé et rigolé avec tout le monde, c’est ce qui prime pour moi !"

Olivier Cuvet

"C’était au top de gagner le best tricks pour la deuxième fois d’affilée, cette année le niveau était vraiment chaud, tout le monde a envoyé de grosses lignes et ça a été une jam de folie! Comme chaque année le public mexicain était complètement fou et on a eu un accueil au top, et les excursions surf et bateau c’était juste le pompon. Vivement l’année prochaine!"


Antoine Bizet

Le samedi après midi était consacré aux entraînements. A deux sur un quad, avec chacun le vélo sur les genoux, les riders sont acheminés vers le haut du parcours. Ils ont tous eu le temps de faire entre 4 et 7 runs, en finissant tout ça par une petite session tricks, pour le public déjà ultra nombreux, sur les trois bosses de fin de parcours.

La course du dimanche était en deux parties : d’abord deux runs, pour se départager au chrono; puis un best trick (plutôt best run puisque qu’il fallait trickser les trois sauts) pour finir la journée la tête en bas.

Rouler l’urban de Puerto Vallarta n’est pas trop compliqué, la rouler vite, c’est autre chose... De la terre sans accroche, des escaliers biscornus et étroits et les galets glissant pavant les routes en font une des Urban les plus compliqué à gérer. A ce petit jeu, c’est Remy Metailler qui s’en sort le mieux, mais à peu de chose près devant Pedro Ferreira et Ray Fournier. Le grand favori et spécialiste des Urbans, Tomas Slavik, à quant à lui eu un problème mécanique sur son premier run, l’obligeant à déclarer forfait.

S’en suit le best tricks : place aux freeriders ! Les trois bosses de fin, arrivant presque sur la plage, ont été mises à rude épreuve, et ce malgré les kicks plutôt plats.

Afin que les racers puissent scruber durant leurs runs, mais que les autres puissent trickser, l’équipe des shapeurs emmenée par Olly Wilkins ont opté pour des rampes plutôt plates, mais dont la courbe permettait de trickser correctement (un savant mélange croyez-moi). En parlant de shapeurs, il faut leur adresser un gros big up ! Ils ont vraiment écouté les riders, d’une édition à l’autre, mais aussi tout au long du weekend. Ils ont effectué quelques petits changements qui ont rendu cette piste très agréable et aussi safe que possible à racer.

Niveau tricks donc, on a vu du lourd. Le public venu en masse n’en pouvait plus d’encourager les riders, leur donnant une motivation supplémentaire malgré la chaleur arasante. On a vu des rotations dans tous les sens, des cliff hangers et autres superman seat grab, des whips et de bons gros crash mais sans gravité !

Finalement, Antoine Bizet l’emporte à nouveau avec un run acrobatique : Flat, oppo flat, frontflip. Derrière lui arrivent Adolf Silva et DJ Brandt.

Ce cru 2018 est donc de première qualité, sans grosse blessure pour aucun des athlètes, avec un public venu en nombre et un show hollywoodien !


Ajoutez des photos (2020px)

Caméra embarquée avec Cuvet sur les trois derniers jumps. #freeride


1 commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire