Essai longue durée SCOTT Gambler 710
2000*1045px

Essai longue durée SCOTT Gambler 710

On a torturé un Gambler pendant 4 mois. 

Texte NicoB
Photos JB Liautard
Texte NicoB
Photos JB Liautard

On a torturé un Gambler pendant 4 mois. 

On a torturé un Gambler pendant 4 mois. 

Cet essai est un 2 en 1, tout d'abord nous allons vous dire ce que l'on pense de ce Gambler 710 de 2015, en 650b puis nous vous détaillerons nos observations du test longue durée, à savoir la fiabilité, l'entretien et tous ces trucs dont on ne parle pas assez. 

SCOTT Gambler 710 - La Machiiiiine 


Essai longue durée SCOTT Gambler 710
 
Vous vous rappelez certainement du lancement de la nouvelle plateforme de DH par SCOTT, le renouveau du Gambler, c'était en 2012. 

A l'époque, beaucoup criaient au scandale, le système de biellettes faisait débat dans les forums, le choix de faire un vélo robuste et imposant était surprenant de la part de SCOTT. Cette même année 2012, ce fut également le renouveau de la gamme Genius, sans 26 pouces ! 

Nous voici donc 3 ans plus tard, le Gambler ne fait plus débat, c'est devenu une référence dans la DH, non pas en gagnant des Coupes du Monde, mais en sachant être sur tous les tableaux, pure DH, Freeride et même parc de location, le tout en 27,5... 


Le passage du 26 au 27,5 n'a pas seulement été un changement de roues, il s'est accompagné d'une refonte du  cadre et de pas mal de composants. 
Essai longue durée SCOTT Gambler 710

Le principal axe de travail portait sur un assouplissement global du vélo, en effet la version 2012 était une vraie barre à mine, sympa à rouler mais cela manquait de confort et tolérance. 
Ainsi on peut voir que le triangle arrière a été repensé totalement dans cet axe. 

La géométrie

Le Gambler ou Gamby pour les intimes n'a jamais été un vélo de demi-mesure, SCOTT ayant toujours gardé un bike de Freeride, le Voltage, il n'était donc pas primordial de penser à un vélo de DH "light". Les choix radicaux, on les retrouve dans sa géométrie et ses réglages possibles. 



Essai longue durée SCOTT Gambler 710



En effet, au plus extrême, avec l'angleset -2° livré avec le bike, le boitier de pédalier en position basse et les bases longues, il est possible de rouler un vélo de DH avec 61° de chasse, un pédalier à 343mm, un empattement de 1221mm et un reach de 415mm, sur un taille M c'est radical pour la pente et le gros gaz. 


Le montage

Dans sa version 710, le Gambler propose depuis sa renaissance un montage constant, à savoir du Full FOX kashima, une transmission Shimano SAINT, des freins Shimano Zee, des roues DT Swiss et le reste des composants provenant de chez Syncros, marque appartenant à SCOTT. 

Si on peut regretter de petits détails comme le cintre trop large ou les poignées simple lock, on ne peut pas vraiment se plaindre du fonctionnement général des composants. 







La réelle conséquence se retrouve par contre sur la balance, pesé à 17,8kg avec de vrais pneus et des pédales, il est certain que l'on est loin des arbalètes de DH actuelles. 
Par contre, à 5499 € pour un tel montage, même si cela peut paraitre excessif, c'est très bien placé. 


En action

Essai longue durée SCOTT Gambler 710


Bon, on va l'avouer directement, nous sommes fan de ce vélo. Son côté grosse machine nous plait énormément et l'image qu'il renvoie fait entièrement partie du truc. 

Nous trouvions le 26pouces de 2012 vraiment cool à rider pour peu que l'on soit en forme, car il ne pardonnait par franchement et il était surtout très physique à rouler. 
Donc lorsque l'on est monté sur ce nouveau Gambler en 27,5 nous étions content de retrouver ce poste de pilotage et ce gros Top Tube, c'était un peu comme des retrouvailles entre vieux potes. 


C'est d'ailleurs ce qui nous a un peu trompé, si notre vieux pote n'avait pas l'air d'avoir trop changé, dans le fond il est différent, pas seulement à cause de ses nouvelles chaussures plus grandes, c'est un truc plus subtil que l'on ressent très vite... Dès les premiers virages. 




Essai longue durée SCOTT Gambler 710


Ce nouveau Gambler s'est assagit, mais pas en dans le mauvais sens, il garde son comportement général très porté vers l'attaque mais maintenant on peut le rouler presque "à la cool", mais attention il va très vite. C'est d'ailleurs un des gros points positifs de ce bike, il accélère ! Là où un rocher a tendance à ralentir, le Gambler accélère sur l'obstacle, il enroule mieux les imperfections et surtout encaisse les gros impacts comme jamais. 


Dès qu'on lache les freins, ce bike est une machine ! Il file droit tout en sécurité et sans mauvaises surprises, c'est un réel bonheur d'ouvrir en grand sur des pistes rapides et défoncées. Dans cette utilisation, il est irréprochable ! De même dans les grands dévers des sous bois de Chartreuse, le gain en souplesse générale est évident et surtout bénéfique pour ce vélo souvent considéré comme "une poutre". Si ce n'est pas encore un bout de flan et que l'ensemble inspire encore la robustesse, le triangle arrière couplé aux roues plus grandes permet de trouver du grip facilement là où l'ancien demandait un positionnement parfait et des bras de bucheron.


Voici donc pour les bons points, mais, car il y a toujours un mais, dès que les runs se font plus lents, plus serrés, plus trialisant, le Gambler rappelle vite qu'il n'est pas fait pour cela, sa longueur et sa chasse de chopper n'aident clairement à sa maniabilité et rendent la bête fatigante...

Si on rajoute à cela l'absence totale de progressivité des freins Shimano, puissants mais On/Off,  les parties lentes demandant de la précision se transforment en punition. 
Le Gambler est un "Gros Vélo" fait pour fendre les cailloux et il le fait très très bien ! 




Sur la durée



Garder un vélo pendant 4 mois pour un essai n'est pas seulement un caprice de journaliste, cela permet de voir comment un vélo supporte les aléas d'une saison. Sans être un pilote de Coupe du Monde, il est possible de casser ou abimer des produits par une utilisation intensive. Ainsi, nous voulions savoir si le Gambler allait se montrer aussi robuste que son physique laisse penser. 


Essai longue durée SCOTT Gambler 710


Il faut savoir que lorsque nous l'avons récupéré, le Bike n'était pas neuf, il avait le lancement produit à Châtel dans la boue et 2 tests magazine dans les dents. La première étape a été de changer les 2 pneus et les plaquettes. 

La bonne chose, c'est la présence de pas mal de protections sur le cadre, bases, haubans, tube diagonal et butées de fourches, par contre la qualité du scotch double face n'est pas à la hauteur, ainsi nous avons perdu la protection du down tube dès la première session dans la boue et la flotte hivernale. 


Essai longue durée SCOTT Gambler 710


La protection chaine / bases présente le même problème, rien qui ne saurait être réparé avec un bon 3M... Mais c'est clairement dommage d'avoir à le faire. 


Autre point négatif, la peinture... Ce n'est pas nouveau, toutes les peintures MAT n'apprécient qu'assez moyennement le contact des projections, alors certes, c'est beau mais franchement pas une bonne idée pour un vélo de DH / FR. SCOTT n'est pas la seule marque du marché a avoir succombé à cette mode du MAT / Brillant, mais ce que l'on gagne en design, on le perd en résistance... C'est bien dommage. 


Un conseil donc pour facilité la revente en occasion d'un Gambler ou de n'importe quel vélo en peinture MAT, la pose immédiate de protections... Clear Protect ou équivalent. 


Essai longue durée SCOTT Gambler 710


Et puis ? Et puis c'est tout ! 4mois de boue, de neige, de conditions de merde, de crashs et de plaisir peuvent se résumer à ces 2 points de faiblesse, certains propriétaires ont peut être rencontré des problèmes avec les roues, en ce qui nous concerne, RAS, dès que l'on fait un contrôle de tension de rayons de temps en temps. Seule petite faiblesse, les roulements de roues qui demandent un entretien particulier, démontage, nettoyage et graissage régulier. 



Essai longue durée SCOTT Gambler 710


C'est un peu cela aussi de faire un essai longue durée, c'est tordre le cou à certaines idées reçues, comme la transmission Shimano qui a été irréprochable malgré l'éternelle usure rapide du traitement des manivelles, comme la qualité des composants Syncros également, qui n'ont franchement pas montré de faiblesses... On se demande comment le cintre est encore droit et les poignées utilisables. 

Une des nombreuses tatanes avec le Gambler.

Reprise du vélo en douceur au faster than you by 26in - Yoann Lambert - Loïc Trs

Posted by Jb Liautard on samedi 18 avril 2015



Conclusion

Ce SCOTT Gambler 710 est bel et bien une machine de DH, nous le savions déjà, mais ce qui est le plus marquant lorsque l'on roule avec c'est ce sentiment de pouvoir traverser un champ de mines sans craindre le retour de bâton. 

Oui, il ne fait pas dans la finesse mais ce n'est pas pour autant que la performance n'est pas là, comme si la voie de l'ultra light et ultra performance n'était pas la seule envisageable pour la DH. 

C'est surement grâce à cette conception sans compromis que le Gambler est un monstre de fiabilité. Nous aimions l'ancien, nous adorons le nouveau. 

portfolio

Essai longue durée SCOTT Gambler 710

Photo JB Liautard

Essai longue durée SCOTT Gambler 710

Photo JB Liautard

Essai longue durée SCOTT Gambler 710

Photo JB Liautard

Essai longue durée SCOTT Gambler 710

Photo JB Liautard

Essai longue durée SCOTT Gambler 710

Photo JB Liautard

Essai longue durée SCOTT Gambler 710

Photo JB Liautard

Essai longue durée SCOTT Gambler 710

Photo JB Liautard

Essai longue durée SCOTT Gambler 710

Photo JB Liautard

Essai longue durée SCOTT Gambler 710

Photo JB Liautard

Essai longue durée SCOTT Gambler 710

Photo JB Liautard

Essai longue durée SCOTT Gambler 710

Photo JB Liautard

Essai longue durée SCOTT Gambler 710

Photo JB Liautard

2 commentaires

Simon Brum

inscrit le 27/04/15
0 message
Les poignées simple lock c'est la base ! ça sert à rien un lock-on extérieur si ce n'est pour se faire des ampoules...

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire