Test RockShox Super Deluxe RC3 2018

2 tests RockShox Super Deluxe RC3.

Donnez-nous votre avis !
Note moyenne : 9/10
RedFox

La performance en souplesse

Avis sélectionné
Profil du testeur : 20 ans | 1,70m | 57kg | Expert
Acheté : 400€ en ligne
Conditions du test : 450 km, mai 2018 – juillet 2018 : conditions variables (chaud, froid, pluie, vent, sec, sable, poussière, boue, …)

Points forts

Facile à régler
Pas de surchauffe
Réactivité
Souplesse
Fiabilité/durabilité

Points faibles

Nécessite une préparation pour les poids légers

Préambule :

J'ai acheté ce composant en tant que montage d'origine sur mon Propain Tyee CF custom (montage free) dont vous pouvez trouver le test complet sur mon profil 26in. Par conséquent je ne pourrai pas vous parler du déballage dans cet avis. J’ai roulé pendant 5 ans avec un amortisseur à ressort Kind Shock pas du tout adapté à mon poids (mais taille non standard donc impossibilité de le changer) et 125 mm de débattement sur mon Nakamura. Je n’ai donc pas de « vrai » point de comparaison, c’est-à-dire avec un modèle haut de gamme, toutefois je peux vous affirmer que cet amortisseur est une pure merveille.

Comme expliqué dans mon test du vélo (Propain TYEE CF custom), cet amortisseur m'a été fourni avec un token custom afin d'adapter son fonctionnement à la cinématique du vélo.


En utilisation :

Côté réglages donc, il s’agit d’un modèle RC3, c’est-à-dire Rebound Compression 3. En clair vous avez accès au réglage du rebond, pour avoir une détente soft (pas type catapulte) mais réactive et aussi de la compression avec le classique levier à trois positions (ouvert/pédalage/fermé), où l’idée est de pouvoir adapter votre amortisseur au terrain en moins d’une seconde et sans outils : vous roulez sur route ? : position fermée pour plus de rendement, sur chemin ? : position pédalage pour garder du rendement en tout en apportant un peu de souplesse, vous descendez ? : ouvrez tout (même les freins !!).

Ce qu’il faut retenir de tout cela c’est que les réglages se font assez intuitivement si vous les prenez dans le bon ordre. Commencez par ouvrir la détente et la compression basse vitesse à fond, gonflez l’amortisseur selon les pressions recommandées (voir le sticker sur le plongeur gauche), enfoncez-le plusieurs fois avant de monter sur le vélo doucement. Lisez votre SAG et modifiez la pression en répétant les opérations précédentes jusqu’à obtenir environ 30 %. Ensuite pour la détente testez les deux extrêmes pour vous faire une idée du changement et vous trouverez facilement un juste milieu pour commencer, il sera facile de le modifier par la suite.

Lorsque vous utiliserez le vélo, si vous avez tendance à talonner l’amortisseur car il lui manque de la pression n’en rajoutez surtout pas car cela changerait aussi le SAG alors qu’il doit rester constant afin de garantir une bonne géométrie du vélo et une bonne efficacité de l’amortisseur. Il faudra donc tout d’abord commencer par ajouter des tokens (il faudra ensuite peut-être modifier la pression afin de revenir à environ 30 % de SAG). A l’inverse si l’amortisseur est trop dur essayez d’enlever des tokens.

Au niveau des settings donc pour 60 kg équipé et une utilisation enduro j’ai réglé mon amortisseur comme cela :

Pression d’air : 150 PSI

Détente : 2 clics en partant du plus ouvert

Nombre de tokens : token custom fourni par Propain

L’amorto reste souple et réactif malgré mon faible poids, cependant j’ai du mal à dépasser les 70 % de débattement utilisés même lors d’une réception à plat. Une préparation par un spécialiste sera donc à prévoir.

Le piggyback, c’est-à-dire le réservoir d’huile déporté, apporte un vrai plus par rapport au simple modèle « Deluxe ». Ce volume d’huile supplémentaire permettra d’éviter une augmentation de la température de l’huile lors de descentes engagées et/ou longues, et ainsi éviter une usure prématurée des joints à l’instar des modèles qui n’en sont pas occupés, généralement montés par défaut pour afficher un prix et un poids du vélo plus attractif. En somme c’est un investissement à faire pour s’éviter des ennuis fréquents.

Concernant l’utilisation du réglage à 3 positions de la compression, je ne m’en sers tout simplement pas. De nos jours les fourches et amortisseurs sont suffisamment performants ce qui fait que si vous les réglez correctement vous n’aurez même pas besoin de vous soucier à utiliser ce réglage, excepté peut-être si vous faites vraiment des longues distances en côte ou une session cardio sur route. En clair le maintien au niveau du pédalage est excellent, il n’y a pratiquement pas d’effet de pompage (cela dépend aussi de la cinématique du vélo).


Vieillissement :

Les modèles de chez Rock Shox sont habituellement simplistes mais très fiables, même avec très peu d’entretien, à voir sur la durée s’il tiendra le coup.


Conclusion :

La fiabilité de ce modèle serait son atout majeur, toutefois il est extrêmement fluide et sensible comme les modèles concurrents en se différenciant par la simplicité des réglages. En revanche cela se traduira par une incapacité à obtenir certains ajustements, notamment pour les poids légers, et un recours à une préparation quasi nécessaire.

Pour qui ?

Pour les enduristes roulant principalement des pistes engagées et/ou de bike park.
8/10
Facilité des réglages
Fiabilité
Confort
Facilité d’entretien
Rapport qualité/prix

commentaires

7 Commentaires

Raff83 Salut, question technique. quand tu parles du réglage de la détente, tu parles de la grosse mollette à 10 positions sur le corps de l'amortisseur ?
J'ai un RCT et la grosse mollette correspond au "rebond"
J'ai une plus petite molette à 12 positions sur le réservoir d'huile qui semble correspondre à la détente. Quelles différences entre les 2 ?
0
RedFox Salut Raff83, pour la détente il s'agît bien de la grosse molette, dans mon cas (RC3) il n'y a que 5 clics, peut-être y en a-t-il 10 sur le RCT, je n'ai pas l'info. Quoiqu'il en soit la détente et le rebond c'est la même chose, tu ouvres plus ou moins de volume pour que l'huile s'écoule dans ta suspension, plus il peut s'en écouler à la fois et plus elle reviendra vite en position détendue. En clair si c'est trop ouvert ça remontera "d'un coup" et tu vas te faire catapulter.
La petite molette dont tu parles doit avoir écrit LSC dessus, c'est-à-dire Low Speed Compression (compression basse vitesse), en gros tu joues aussi sur le circuit hydraulique, mais avec les clapets dans l'autre sens cette fois puisque tu joues sur la compression. Basse vitesse ça veut dire que c'est plutôt sur les petits impacts, en clair plus tu ouvres la LSC (que tu vas vers le +) et plus tu vas augmenter la sensibilité de l'amortisseur sur les petits chocs, mais attention, il ne faut pas non plus que tu aies l'impression de rouler sur un chewing-gum parce que plus tu ouvriras la LSC et plus ton amortisseur "pompera" quand tu pédaleras. Tout est une histoire de compromis entre poids, style de ride, préférence, etc ..
Désolé pour le roman, je pense qu'il est toujours bon de connaître un peu le côté technique caché derrière les suspensions.
N'hésites pas si besoin de plus d'infos.
0
zaskar31 Salut RedFox, merci pour ce bon test. J'ai également ce bel amorto en RC3 depuis 4 saisons monté de série sur un Meta 4.2. Rien à en dire j'en suis très satisfait mais en le comparant aux dernières générations j'aimerais l'upgrader si toutefois cela est possible. A commencer par la molette de compression LSC. Est-ce que cela va m'apporter un plus de jouer sur la sensibilité des basses vitesses alors que je peux aisément basculer entre les modes ouvert et intermédiaire tout en roulant ? Après tout caque mode a une influence sur la compression. Quel est ton point de vue ?
Enfin les nouveaux modèles sont équipés d'une chambre négative Debonair ayant une influence sur la sensibilité de la compression. Ce qui ne peut qu'apporter un plus par rapport à la première génération. A défaut penses-tu que le kit upgrade MegNeg puisse compenser cette lacune ?
Merci pour ton retour éclairé.
0
RedFox Salut Zaskar31, et merci :).
Si tu utilises déjà le mode intermédiaire dans les montées (ce qui n'est pas le cas de la plupart des gens), tu peux rouler avec un peu moins de pression ce qui te permet déjà d'avoir une suspension plus sensible, et pour éviter de talonner tu ajoutes des tokens, ce qui la rend plus progressive.
Je vais peut-être dire une bêtise mais à ma connaissance il n'existe pas la possibilité d'ajouter la molette via un kit d'upgrade.
Un autre moyen de jouer sur la sensibilité est d'utiliser un MegNeg. Tu vas augmenter le volume d'air de la chambre négative, ce qui va aider la suspension à aller contre les frottements des joints etc, et donc à s'enfoncer plus facilement. Par contre RockShox préconise d'augmenter la pression, sinon arrivé à-mi course tu auras moins de support qu'avant et tu talonneras facilement. Pour ma part je n'ai pas essayé, mes réglages me conviennent très bien, je sais que ça ne plaît pas à tout le monde d'après ce que j'ai entendu, ça dépend aussi de la cinématique de ton vélo, mais là on rentre peut-être dans une dimension un peu trop technique.
Si tu cherches à augmenter la sensibilité sur les petits chocs tu peux éventuellement commencer par ajouter des tokens et diminuer la pression en conséquence, c'est ce qui me paraît le plus simple, sinon tu peux éventuellement tenter un MegNeg.
0
zaskar31 Merci RedFox pour ton retour. Oui j'ai bricolé une molette au guidon pour passer sur ces deux modes avec moins de sensibilité sur les parties roulantes par contre je n'ai pas vraiment testé les tokens dédiés et donc pas de retour d'expérience de ce côté là au niveau de la progressivité mais là ça influence surtout le mode ouvert mode en descente. Ce kit MegNeg semble bien d'après ce que j'ai lu en retour de test mais moi qui aime bien ne pas trop pinailler sur les réglages j'ai l'impression que c'est une usine à gaz. Le Meta a une cinématique linéaire donc cet upgrade doit lui convenir. Après, est-ce que ça va révolutionner ma pratique ?? Peut-être commencer comme tu me le préconises à jouer avec pression et tokens. Donc si j'ai bien tout compris la pression d'un amortisseur est proportionnelle au volume ? Moins il y a de place et moins tu mets de pression pour gagner en sensibilité ?
0
RedFox Zaskar31, révolutionner ta pratique je ne sais pas, ça va dépendre de ton feeling, à moins d'essayer tu ne sauras pas, mais effectivement ça va rajouter encore de la complexité dans les réglages parce que tu pourras ajuster ce volume d'air négatif en jouant là aussi avec des tokens. Dans tous les cas dès que tu touches aux tokens les réglages demandent un peu plus de temps que de simplement tourner une molette...

C'est bien ça. Pour résumer, supposons que tu gonfles ton amorto à 150 PSI, en fin de course tu auras 225 PSI (une valeur au pif, à titre d'exemple), si tu ajoutes un token tu vas réduire ton volume d'air, en commençant avec 150 PSI tu vas par exemple te retrouver avec 250 PSI en fin de course. Sauf que si tu utilisais correctement tout le débattement avant désormais ce ne sera plus le cas car il y aura trop de pression par rapport à ton poids et au terrain. Donc tu vas réduire ta pression initiale pour compenser, ce qui fait que l'amorto sera plus soft au début.
0
zaskar31 Salut RedFox,
Juste pour te préciser que j'ai investi sur un MegNeg après avoir longtemps tergiversé notamment sur la compatibilité avec la cinématique de mon cadre Meta de type linéaire-progressif. J'avais envie de faire un petit upgrade de mon amortisseur de première génération solo Air histoire de compenser aussi l'absence du Debonair présent sur les deuxièmes générations. Car un MegNeg n'est finalement qu'une chambre négative surdimensionnée si on va par là. J'ai également investi sur des tokens spécifique pour compenser le risque de talonnage avancé sur divers tests bien que le MegNeg apporte de la progressivité en fin de course mais à ma grande surprise mon amortisseur en était déjà pourvu de deux en série ! Si j'avais su... Du coup j'en ai retiré un et suis parti sur deux bandes réductrices soit 88% de volume disponible histoire de rester sur une moyenne sans trop me prendre la tête. J'ai testé cette nouvelle configuration hier sur longue distance en augmentant de 20 PSI ma pression d'air, de 160 à 180 précisément. Je ne saurais faire une comparaison par rapport à avant je ne maîtrise pas ces subtilités et puis ça fait 5 mois que mon vélo n'a pas roulé mais je suis assez satisfait de la tenue de mon vélo dans l'ensemble qui me semble avoir du grip et de la souplesse à la fois. C'est tout ce que je demande finalement, alors investissement intéressant ou pas, à chacun de voir mais ça ne saurait être pire je pense.
J'aurais effectivement pu baisser un peu plus en pression et rajouter qq tokens comme tu me le suggérais et ce qui d'ailleurs semblait être le cas de série...
Merci pour tes recommandations.
0
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire