Test Urge Drift 2016

16 tests Urge Drift.

Donnez-nous votre avis !
Postez un avis de qualité et augmentez vos chances de recevoir gratuitement du matériel dans le cadre de notre programme de Tests privés.
Tom25

Un casque intégral confortable et stylé pour un tarif contenu !

Avis sélectionné
Profil du testeur : 30 ans | 1,75m | 78kg | Débutant
Acheté : 80€ en ligne
Conditions du test : 18 mois d'utilisation modérée, sous la neige, la pluie et le soleil (De -2°C jusqu'à +35°C) avec des pratiques DH, FREERIDE et ENDURO.
  • Introduction : « Et pourquoi cet achat ? »

Les tours en Bike Park devenant de plus en plus réguliers et l'envie de participer à quelques événements enduro se faisant sentir, l'achat d'un casque intégral était inévitable ! De plus l'idée d'enfiler un de ces protèges boîte crânienne de location porté le matin même par Tobias, rider Suisse-Allemand aux dreadlocks à l'hygiène incertaines et ayant soigneusement parfumé la mentonnière d'une délicate odeur de bière et de saucisses par ses multiples éructations ne m'enchantais guère je l'avoue volontiers. C'est sûr ! Je dois dénicher la perle rare !

C'est alors que je commença mes recherches en quête du casque qui me conviendrait le mieux ! Tant au niveau pratique qu'au niveau budget. Avec des prix de casques intégraux haut de gamme effrayant (500€ la bête) et l'idée d'investir autant pour des pratiques que je ne perdurais peut-être pas longtemps me fit m'orienter vers les tarifs les plus raisonnables du segment. Passé les immondicités esthétiques de certains produits très (trop?) entrée de gamme, je tombas sous le charme du DRIFT, coloris noir matte, en taille M, parfait pour mes 57,5cm de tour de tête !

Après quasiment un an et demi d'utilisation parsemés de quelques crashs, c'est l'heure du bilan sur cet investissement de 79,90€ (disponible à 74,99€ à l'heure où j'écris cet avis) pour un poids de 918 grammes vérifié par mes soins sur la balance de cuisine.

  • Esthétique : « Et c'est beau ? »

Actuellement, l'URGE DRIFT est disponible en quatre coloris mattes : noir, blanc, vert, et rouge !

Le blanc étant trop salissant, le vert trop flashy pour moi, l'affrontement allait s'effectuer entre le rouge et le noir de Stendhal... (#BlagueLittéraire) ! Le dilemme s'installa... rouge et noir étant les couleurs de mes tenues et équipements, lequel retenir ? Finalement, j'arborerai le noir (tirant davantage vers le gris foncé) avec un petit liseré rouge soulignant la mentonnière, certainement le plus passe-partout avec mes différents maillots.

Côté design, la coque monobloc est soigneusement éventrée de plusieurs aérations stylisées et fermées par des grilles aux mailles serrées qui arrêteront projections de boue, graviers ou insectes en tous genre.

Le volumineux trou au centre de la visière trahi au premier regard l'origine du produit « Made in Urge » et participe à l'identification de la marque sur les vidéo avec caméra embarquée au sommet du crâne laissant entrevoir l'appendice ainsi perforé. Par une grosse vis bien dessinée, l'inclinaison de cette visière se fera à votre guise.

L'ensemble du casque inspire confiance par la qualité perçue, peut-être mise à part la rondelle dans qui contour l'orifice de la visière et semble se décoller un peu sur les bord, une pointe de colle pour plaquer le tout n'aurait pas été de refus.

  • En utilisation : « Et sur le terrain alors ? »

La sangle de maintient est facile à clipser et à retirer en gardant vos gants de DH (essai avec FOX Bomber). Elle est entourée de mousses agréables au port : pas de démangeaison ni de sensation de strangulation.

Une fois enfilé, le casque est confortable, aucune gêne, les mousses sont bien épaisses. Cependant le revers de la médaille pour cette garniture intérieure généreuse est la chaleur, lorsque les températures sont très estivales et lorsque vous retirez le casque, vous aurez l'impression de sortir directement de la douche tellement vous serez trempés de sueur !

Autre point négatif, pour une utilisation Enduro, sur des sections de pédalages ascendantes par exemple, vous aurez l'impression d'étouffer ! Les orifices d'aérations de la mentonnière sont insuffisants pour retrouver votre souffle et vous oxygéner correctement.

Le port de lunettes (essai avec B'TWIN Cycling 700) se fait aisément ainsi que celui du masque (essai avec FOX AirSpace). Ce dernier s'imbrique parfaitement dans le casque et son élastique de maintient ne glisse pas dans la région occipitale grâce à une dépression prévue pour l'accueillir.

Au niveau de la nuque l'arrière du casque remonte assez haut pour ne pas vous gêner avec votre protection dorsale (essai avec gilet FOX Titan Sport) ou avec votre sac à dos (essai avec CamelBak Mule NV et B'TWIN 500), un détail appréciable.

  • En crash : « Et quand tu te casses la gueule ? »

Et oui, malheureusement j'ai eu l'occasion d'effectuer plusieurs crash-tests « à l'insu de mon plein gré ». Je vais vous narrez trois de ces rencontres majeures avec un sol rocheux.

Tout d'abord la plus terrible ! Une réception trop courte sur une double bosse à Métabief et bouuuum ! Traumatisme crânien temporale gauche avec perte de connaissance initiale suivi d'une désorientation temporo-spaciale. Le casque a eu quelques éraflures sur le côté mais pas d'autres détérioration visuelle. Détail de cette journée revisionnée grâce à ma GoPro, la mémoire me faisant défaut, le premier témoins qui est venu me porter assistance portait exactement le même casque que moi : un DRIFT Noir !

Une année plus tard, les second et troisième crashs ont eu lieu tous deux durant l'épreuve de qualification de la Mountain of Hell 2017 à quelques minutes d'intervalle. D'abord choc occipital avec réception du VTT en plein face, puis ensuite chute face contre terre frottant dans les cailloux d'un pierrier. Sur cette cascade involontaire, la mentonnière a bien joué son rôle même si j'avais quelques petits morceaux de dents dans la bouche, et la visière n'a pas sourcillé d'un poile.

Bref la coquille URGE a rempli au mieux sa mission de protection rapprochée lors de ces mésaventures… Notez bien que par prudence, le remplacement d'un casque est préconisé après de tels chocs. La vie du mien s'arrêtera donc là...

  • Avec le temps : « Et ça vieillit bien ? »

Après presque 18 mois d'utilisations modérées, le casque a plutôt bien vieilli mise à part les éraflures dues aux chocs.

Le plastique n'a pas déteint sous l'action du soleil, ni des nettoyages à l'eau. La garniture du casque ne s'est pas déchirée ni déformée de façon ostentatoire, les parties blanches sont légèrement ternies.

  • Conclusion : « Au final alors ? »

Un casque à un tarif très attractif et au design pas dégueulasse. Adapté pour une pratique DH et Freeride, acceptable pour un Enduro mais un ton en dessous des casques dédiés à ce segment bien mieux ventilés et plus légers. Le URGE DRIFT rempli parfaitement son rôle de protection, je le conseille !

Pour qui ?

Pratiquants DH et Freeride cherchant un casque à petit prix.
9/10
Confort
Aération
Taillant
Qualité de la peinture
Rigidité mentonnière (intégral uniquement)
Solidité visière
Facilité à l'enfiler
Emplacement caméra embarquée
Rapport qualité/prix

Points forts

Prix;
Confort;
Qualité perçue;
Esthétique.

Points faibles

Aération de la mentonnière;
Chaleur en été.

commentaires

Pas encore de commentaire

Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire