Test Shimano SLX M7120 2019

2 tests Shimano SLX M7120.

Donnez-nous votre avis !
Note moyenne : 8,5/10
Emrog

Grande puissance, prix réduit

Avis sélectionné
Profil du testeur : 25 ans | 1,87m | 78kg | Avancé | Grenoble
Acheté : 200€ en ligne
Conditions du test : Testés depuis l'automne 2019. Dans la boue, la terre, les cailloux et même la neige. Usage enduro + quelques bike-parks.

Points forts

Freinage puissant et endurant
Ergonomiques
Tarif réduit

Points faibles

Encombrant sur le cintre
De petites variations de la garde peuvent arriver en pleine descente

Le groupe Shimano SLX est apparu en 1989 (deore LX) et a depuis connu de nombreuses évolutions, basées sur celles de ces grands frères XTR et XT. La dernière date de 2019 avec l'apparition de la série SLX M7100. Ce nouveau groupe SLX est présenté en même temps que le XT et en est très proche techniquement.

Outre la transmission 12v, on voit pour la première fois apparaître dans le groupe SLX des freins à quatre pistons, freins sur lesquels porte ce test.

Présentation

BR-M7120, voilà le nom de code des ces SLX. Br pour brake, M71 est l'indicateur de la génération (précédemment M7000), et le 20 indique qu'il s'agit de freins 4 pistons (les freins SLX M7100 2 pistons existent également).

Comme dit en intro, ces SLX sont très proches des XT M8120 : même réservoir monobloc, même forme, même construction du maître cylindre avec 2 points d'appui sur le cintre. L'étrier semble également être identique.

Seules différences : un levier quelques millimètres plus long (et lisse, sans les petits trous) et l'absence de réglage du point de contact. Ce n'est pas une grosse perte cependant, ce réglage n'a jamais eu aucun effet sur les xt de précédente génération...

À noter que les disques xt et slx sont différents également, les slx demeurant inchangés (M7000). Pour ma part j'ai acheté les freins et les disques séparément mais j'utilise bien les disques slx (en 203/180).

On trouve ces freins slx pour un prix entre 190 et 220€ en ligne (sans disques), contre 240-260€ pour les xt.

Côté look, là non plus les SLX sont loin d'être des freins au rabais. On a une belle finition gris/bleu métallisée, avec des touches de gris mat pour l'étrier. C'est sobre, ça évite les fautes de goût façon freins Hope rouges sur vélo vert.

Ergonomie

Je suis un grand fan des leviers un doigt shimano, je les trouve bien plus ergonomiques que les leviers sram ou autres. L'index se cale pile là où il faut ou bout du levier, c'est très naturel.

Au freinage, le levier est un poil plus raide dans la course morte que sur des freins sram par exemple (l'effet de rappel est un peu plus fort et le bras de levier moins important) mais personnellement je préfère ça : ça m'évite de faire lécher les plaquettes inutilement.

L'ajout d'un point de contact sur le cintre plus proche du levier permet d'éviter le phénomène de basculement du frein vers l'extérieur lorsqu'on appuie fort sur le levier, comme ça arrivait sur la génération précédente. Là le frein reste bien rigide et on peut appuyer sans arrière pensée.

Il y a un réglage de la garde sans outil, une molette.

Le point qui pêche côté ergonomie sur ces freins SLX est l'encombrement sur le guidon. Du fait de l'ajout du second point de contact, les SLX prennent beaucoup de place sur le guidon et ça devient compliqué de bien placer son shifter et la commande de tds. Dans mon cas mon placement de shifter n'est pas optimal à cause de ça.

(Ce problème est moindre si vous utilisez une transmission shimano dont les shifters peuvent être montés sur le support du frein.)

Est ce que ça freine ?

Tout ça est bien beau mais comme disait Mon Oncle Tati : "en principe, je dis bien en principe, les freins sont faits pour s'arrêter !" [NDR : c'est une référence].

Et bien oui, ça freine ! On a un bon mordant en premier lieu, puis une bonne puissance qui fournie de solides décélérations. Alors certes, après une bonne dégringolade de 800m de D- le mordant s'atténue mais la puissance demeure et vous continuez à pouvoir planter les freins et faire voler la poussière.

La progressivité, qui n'a jamais été le point fort des freins shimano, est en progrès par rapport à des Zee notamment, c'est un peu plus dosable et en s'appliquant un minimum on évite les blocages de roue involontaires

Là où on sent bien la puissance c'est lorsqu'il faut freiner fort, quand on arrive vite et/ou que c'est raide : pas besoin de se crisper les index à appuyer comme un forcené sur les levier, une pression franche suffit pour procurer la décélération souhaitée.

La maladie des freins shimano a longtemps été la variation de la garde pendant la descente. Bonne nouvelle, c'est mieux qu'avant, ça arrive moins souvent et l'amplitude de la variation est bien plus faible. C'est rare, et on ne se retrouve pas avec le levier dans le cintre ou avec une course toute petite, c'est l'histoire de de 2-3mm. Et il suffit de relâcher le frein pour que ça redevienne parfait au freinage suivant. Mais ça arrive encore, et je comprend que ça puisse gêner les plus tatillons.

Montage, entretien et durée de vie

Je roule avec ces SLX depuis l'automne dernier, pour environ 500km parcourus (saleté de covid).

La simplicité du montage dépend avant tout du passage des gaines dans/sur votre cadre. Les freins sont livrés déconnectés (gaine raccordée à l'étrier), pratique si les gaines passent en interne. Il faut généralement raccourcir les gaines, au moins celle de l'arrière qui est très longue. Donc prévoir un clou et une olive en plus, et peut être une purge.

La purge est identique à celle des autres freins shimano et assez rapide à faire. J'ai fait une purge depuis l'automne.

Les plaquettes d'origine (métalliques, ventilées) sont usées à environ 50/60%.

Les plaquettes ventilées et métalliques coûtent cher (environ 25€), à voir si le joli radiateur sert vraiment (sans radiateur : 15€). Les plaquettes sans radiateur sont les mêmes que pour tous les autres freins 4 pistons shimano. Les ventilés sont communes slx/xt.

Un seul souci à déclarer côté durée de vie : j'ai cassé un levier lors une chute contre un arbre. Le levier ne semble pas être exceptionnellement fragile, je pense que c'est du au fait que le frein n'a pas pu tourner autour du cintre (un Race Face TurbineR). Et vérification faite, même très peu serré il ne pivote pas. Bien pour éviter les déréglages involontaires, moins bien lors des chutes.

J'ai remplacé tout le maître cylindre pour 30€, une petite purge et c'était reparti.

Rien à dire sur les disques, aucun voile ni usure prématurée (après 500 bornes ce serait dommage).

La concurrence

Petite comparaison à la concurrence (que j'ai roulé suffisamment) :

- vs. Zee : même puissance, moins On/Off, peut être plus durable (levier slx sur roulement). Prix similaire ;

- vs. XT M8000 et SLX M7000 : plus adapté aux grands dénivelés, on pert moins de puissance avec la chauffe, plus dosables ;

- vs. Guide RSC (montés d'origine sur le même vélo) : Bien plus puissants, plus endurants, plus ergonomiques ;

-vs. Cura 2 pistons : plus dosables, moins on/off et plus ergonomiques. Puissance similaire voir un peu inférieure (les cura sont vraiment costauds, mais plus chers).

En conclusion

J'ai pas mal fait le parallèle avec les XT actuels, pour la simple raison que les SLX sont très proches, et moins chers. Ils n'ont (presque) rien à se reprocher côté freinage et remplissent parfaitement leur rôle dans un usage enduro et montagnard assez exigeant.

Si vous n'êtes pas tatillon sur le placement au dixième de votre shifter et complètement intolérant à toute micro variation de garde, ces freins vous satisferont grandement, et pour un tarif plus que raisonnable.

Pour qui ?

Enduristes, VAE et même descendeurs. Tous ceux qui veulent freiner fort et longtemps.
8/10
Look
Consistance de la garde
Touché
Réglages
Résistance à la chauffe
Facilité de purge
Rapport qualité/prix

Recevoir gratuitement du matériel à tester (et garder), ça vous intéresse ? Les Tests Privés sont là pour vous ! Nous vous expliquons tout ici.

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire