Test Scott Gambler 720 2017

2 tests de VTT Scott Gambler 720.

Donnez-nous votre avis !
Postez un avis de qualité et augmentez vos chances de recevoir gratuitement du matériel dans le cadre de notre programme de Tests Privés.
2D2F
Par 2D2F

Met très vite en confiance et incite à la débauche! Mais suspension arrière bruyante et vélo pataud dans le sinueux.

Avis sélectionné
Profil du testeur : 4 ans | 1,83m | 72kg | Avancé
Spécificités du montage :
Conditions du test : Bike park, pistes collantes juste ce qu'il faut le matin et sèches l'après-midi.

Présentation

Tout en aluminium, avec un linkage aux airs un peu alambiqués, le Gambler est un gros bébé de plus de 17 kg. Il pourrait très bien être issu d'un croisement entre vélo de DH et une moto MX, tellement son look en impose. En tout cas, ça change des configurations classiques, et ça, j'adore.

Le Gambler possède des réglages qui permettent d'ajuster la géométrie à son style de ride. Ainsi, il est à la fois compatible avec des roues de 27,5 pouces et de 26 pouces pour ceux qui préfèrent mettre l'accent sur la maniabilité du vélo, lors de sessions en bike park, par exemple. Il suffit simplement d'inverser un flip chip au niveau de l'axe de la roue arrière et de le mettre en position "short" -pour raccourcir les bases arrières à 421 mm- et le tour est joué. On peut également faire varier la hauteur du boitier de pédalier, et du même coup jouer avec l'angle de chasse et le reach.

Bref, le Gambler offre une plage de réglages qui peuvent le rendre très polyvalent. Du moins sur le papier.

Les conditions du test

Pendant une semaine, le vélo a donc sillonné les pistes du bike park de Val d'Isère et de Tignes en configuration "short" pour favoriser la maniabilité et faciliter les whips et autres table tops lors des sauts.

Je suis impatient de goûter à la première descente. J'attends ce moment depuis des mois, scrutant les prévisions météo et visionnant la webcam de la station depuis ma chaise du bureau quotidiennement. Ce jour tant attendu est enfin arrivé. La douce mélodie des roues de la télécabine qui caressent les câbles en acier me plongent dans des rêves fous, alimentés par les passages de Nico Vink et de Brendan Fairclough dans Deathgrip, revus en boucle, au ralenti, inlassablement.

Ca y est! Je suis en haut. Non, ce n'est finalement pas un rêve. Je veux pleinement réaliser que je suis au sommet, prêt à m'élancer. J'attends encore un peu, pour faire durer le plaisir. Les souvenirs de l'année passée reviennent devant le plan des pistes.

Prise en main

La première chose qui frappe, c'est qu'on se sent à l'aise tout de suite. La géométrie semble convenir parfaitement et je n'ai aucun mal à trouver mes appuis. J'ai l'impression d'avoir chaussé une bonne vieille paire de pantoufles. Le vélo bouge facilement et sa trajectoire suit très celle qu'impose le pilote. C'est surprenant car au premier abord, j'aurai imaginé devoir forcer beaucoup plus pour le faire dévier. Il met très vite en totale confiance et les images de Nico Vink reviennent à l'esprit - mais juste les images...

Quelle confiance!

Du coup, on se laisse porter par la pente avec beaucoup plus d'assurance qu'auparavant, on retarde le freinage que les freins Saint exécutent avec maestria et une constance exemplaire.

La confiance est là et les premiers saut arrivent. On va voir comment le vélo se comporte en l'air, en saut droit. La vitesse du rebond de l'amortisseur modérée, compression dans l'appel, puis extension. Le vélo décolle très facilement, il reste bien sous le pilote. En fait, c'est lui qui emmène le pilote, comme un gros Airbus, il ne bouge pas et survole le saut avec une stabilité infaillible. Réception en vue, le vélo se pose tout en douceur et poursuit sa course, impatient de reprendre les airs sur le prochain appel.

Les sauts

Il est temps de donner un peu plus de saveur aux sauts. Un hip que je connais bien est l'endroit idéal pour envoyer un whip. Là, c'est mois facile. Le poids du vélo se fait sentir, il faut tirer fort et donner beaucoup d'amplitude pour que ça bouge. Au début, c'est pas facile et un peu frustrant (surtout que quelques flashs de Deathgrip m'étaient revenus à ce moment). Mais je ne me laisse pas abattre. Au fil des descentes, je commence à apprivoiser l'assiette que doit prendre le vélo et les whips et les tables tops prennent de plus en plus d'amplitude.

Sur les pistes

La suspension travaille bien et l'accroche est très rassurante dans les virages et les gros relevés dans lesquels le vélo colle parfaitement au terrain. Il est fait pour descendre à pleine vitesse, sans retenue.

En revanche, dans le sinueux, on se souvient très vite qu'on est sur un gros bousin. C'est pataud à la relance et vaut mieux bien anticiper pour ne pas perdre son flow.

Tout n'est pas parfait...

Une chose me gêne bien plus, cependant. Ce n'est pas le comportement du vélo en lui-même. Ce vélo fait du bruit. On entend les biellettes de la suspension travailler. Faut dire que c'est complexe, là-dedans; on dirait un plat de spaghettis avec toutes ces biellettes qui partent dans tous les sens. Mais faut reconnaître que c'est aussi ce qui lui donne ce style si particulier et séduisant.

Pourtant, à l'arrêt et en faisant pomper la suspension, c n'est pas gênant, mais dès que ça tabasse un peu et qu'on a de la vitesse, ce bruit devient agaçant. Après vérification, tout est bien serré. Aucun risque que le vélo se décompose. Mais c'est vraiment dommage.

En bref.

Bref, pour conclure, malgré ses défauts, le Gambler est un vélo qui incite à aller plus vite, plus haut et plus loin. Il fait progresser et rend possible ce qui nous paraissait précédemment impossible. Les trajectoires s'inscrivent avec beaucoup d'aisance, mais paradoxalement, lors des sauts, son inertie impose de forcer les coups de rein pour donner plus de style et d'esthétique aux sauts.

Mais l'avantage, c'est que quand on revient sur un "petit" vélo, tout semble bien plus facile!



Pour qui ?

Descente et bike park en mode full speed et pour ceux qui veulent aller plus loin et plus haut.
8/10
Prise en main
Stabilité
Maniabilité
Capacité à descendre
Capacité à monter
Comportement en l'air
Qualité d'équipement
Finition du cadre
Facilité d'entretien

Points forts

Stabilité, confiance qu'il procure, vitesse.

Points faibles

Bruits du linkage agaçant. Vélo physique. Pataud dans le sinueux.

1 commentaire

Rainy91
Statut : Confirmé
inscrit le 23/11/18
Super test ! J'ai la chance de le voir de prêt très souvent et je dois dire que s'il est bien équipé il peut être relativement léger (normal me direz vous) mais pour moi, le vrai plus de ce bike c'est qu'il semble vraiment indestructible.
0
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire