Test KENNY Downhill 2014

1 test KENNY Downhill.

Donnez-nous votre avis !
Postez un avis de qualité et augmentez vos chances de recevoir gratuitement du matériel dans le cadre de notre programme de Tests privés.
RedFox

Ridez, vous êtes bien protégé

Avis sélectionné
Profil du testeur : 20 ans | 1,70m | 57kg | Avancé | Dourgne
Acheté : 69€ en ligne
Conditions du test : 2 500 km, juin 2014 – décembre 2017 : toutes conditions (chaud, froid, pluie, neige, vent, sec, sable, poussière, boue, …)

Préambule :

Débutant en all-mountain / enduro en 2014 j’avais souhaité acheter un casque intégral afin de me rassurer (me protéger aussi). Toutefois je n’avais pas 200 € à investir dans un modèle que je n’aurais pas su apprécier à sa juste valeur étant donné que les pistes roulées n’étaient pas très techniques, le vélo pas très performant et mes exigences assez faibles. Je me suis donc orienté vers le modèle Downhill de Kenny qui me semblait correct pour le prix (69,90 €).

Vous allez me dire qu’est-ce qu’il vient nous emmer*** celui-là avec son modèle de 2014, la technologie a évolué depuis, en fait pas tant que ça, même si le modèle du casque date un peu, le design ainsi que les caractéristiques sont similaires sur les modèles les plus récents parce qu’il faut ce le dire, bien que le casque soit plus que correct on est quand même sur de bas de gamme.


Déballage :

Au déballage rien d’extraordinaire, le casque est dans une boîte en carton tout de même assez stylée, housse non fournie (ce n’est vraiment pas primordial). Bref correct pour le prix.

Arrivé sur la balance première (bonne) surprise, elle affiche 903 g (en XS) là où certains modèles s'envolent à 1,2 kg en S. Pour du bas de gamme c’est assez surprenant et cela me met le doute concernant la solidité de l’ensemble. Après essayage le casque s’adapte bien, il taille juste et les mousses, épaisses, apportent un excellent confort. La fermeture se fait par une boucle de serrage à clip, rien d’exceptionnel là non plus, ce n’est pas homologué pour les compétitions mais je vous rassure c’est quand même du costaud.


En utilisation :

Bon on enfile la tenue et c’est parti pour une session de test. Le casque ne possède pas un nombre incroyable de canaux de ventilation (14 aérations, 8 canaux) donc j’ai pris pour habitude de monter avec un jet (intégral attaché sur le sac à dos car assez léger) ou en posant le casque sur ma tête lorsque la liaison n’intégrait que des chemins et donc pas de route. Si vous souhaitez le garder pour monter c’est possible mais lors des montées en température estivales il est probable que vous ne soyez pas très à l’aise. Sachant qu’un coup de chaud réduit considérablement les réflexes et l’équilibre, pas top pour la descente.

Et en descente alors ? Pour ma part je portais un masque Oakley O Frame MX (bon je suis sympa voici le lien du test), le masque est assez étroit et il restait de la place, donc les masques un peu plus grand seront acceptés. Attention à certains modèles vraiment grands mais sur un casque à 70 € on va éviter de mettre un masque à autant non ? Sinon c’est très confortable et rassurant. Le petit défaut sera probablement le fait que passé 40 km/h vous n’entendrez plus grand-chose d’autre que l’air vrombir à l’intérieur du casque et que votre tête sera un peu tirée en arrière car l’air entré a un peu de mal à s’échapper, notamment parce que comme pour la grande majorité des casques certains canaux sont situés sur la bande de fixation du masque, donc obstrués lorsqu'il est en place, sauf que la il ne reste pas beaucoup de canaux libres du coup.

Vous vous souvenez quand j’avais émis quelques doutes concernant la solidité à cause du poids plume ? En fait il n’en est rien du tout, le casque est très solide car malgré un choc violent sur la mentonnière celle-ci n'a pas bronché et a parfaitement fait son job, épargnant ainsi ma mâchoire et quelques dents au passage. Normalement il faut changer un casque après un impact mais faute de budget j'ai continué à utiliser le casque après cela car il semblait relativement intact. Bien qu’il ait repris quelques impacts, toutefois moins violents, il n'a toujours pas bougé.


Vieillissement :

Petit défaut qui devient assez dérangeant à la longue, les mousses ne sont pas amovibles ce qui n'offre pas la possibilité de les laver. Cependant, comme je l’ai dit un peu plus haut, dû au nombre assez faible de canaux de ventilation du casque, je ne suis jamais monté avec lui attaché sur la tête ce qui est sûrement la raison pour laquelle il n’a jamais senti aussi fort que mes chaussettes après une bonne session de 40 km de ride.

Aller je vous le donne quand même, petit avantage de ne pas laver les mousses c'est qu'elles ne se tassent pas, donc lorsque l’épaisseur de celles-ci s’est adaptée à la forme de votre visage le job est fait et c’est à vie (du moins pour 5 saisons).


Conclusion :

C’est déjà le moment de conclure alors petit récap’ du Kenny Downhill. C’est un modèle plutôt confortable et très compétent pour le prix. Si on voulait le formuler autrement on pourrait dire qu’investir 70 € dans un casque comme celui-ci pourrait éventuellement vous éviter d’en investir 10 fois plus chez votre dentiste préféré mais bon, ce que vous faites de votre argent en cas d’éventualités potentielles ne nous regarde pas !

Pour qui ?

Idéal pour les enduristes ou descendeurs débutants recherchant avant tout une protection fiable et à faible coût.
8/10
Confort
Aération
Taillant
Qualité de la peinture
Rigidité mentonnière (intégral uniquement)
Solidité visière
Facilité à l'enfiler
Emplacement caméra embarquée
Rapport qualité/prix

Points forts

Confort
Solidité
Prix
Légèreté

Points faibles

Respirabilité moyenne
Non homologué pour les compétitions

Recevoir gratuitement du matériel à tester (et garder), ça vous intéresse ? Les Tests Privés sont là pour vous ! Nous vous expliquons tout ici.

commentaires

Pas encore de commentaire

Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire