Test Spank Spike Vibrocore 2018

1 test Spank Spike Vibrocore.

Donnez-nous votre avis !
Postez un avis de qualité et augmentez vos chances de recevoir gratuitement du matériel dans le cadre de notre programme de Tests privés.
olivcucu
Ce lecteur est affilié à une ou plusieurs marques par un partenariat ou contrat : POC, SR SUNTOUR, Banshee bikes, Gamut, Cane Creek.

La qualité Allemande, le confort en plus

Avis sélectionné
Profil du testeur : 23 ans | 1,80m | 70kg | Expert | Billiat
Conditions du test : Toutes conditions pendant 6 semaines

Points forts

Look
Solidité
Rigidité
Technologie interessante

Points faibles

Poids
Shape (avis personnel)

Sur les bases du fameux Spank Spike, le Vibrocore intègre une mousse remplissant presque intégralement le « tube » du guidon (elle commence a peu près à la moitié de la poignée quand le guidon n’est pas recoupé). Extérieurement donc, le guidon est le même qu’un Spike. Il s’avère néanmoins etre plus lourd puisque rempli de cette fameuse mousse.

Avec une largeur de 800mm, un rise de 15mm, 4°up et 8° back, ce guidon s’oriente vers une pratique agressive. Je l’ai néanmoins monté sur un vélo d’enduro. Cela m’a permis de tester le confort du guidon à la montée, tout en profitant du vibrocore à la descente.

Ce guidon en 31,8 mm de diamètre a été monté sur la potence Spank Spike assortie. L’ensemble s’est avéré près de 100g plus lourd que mon ancien poste de pilotage. Gênant sur un enduro, cela n’est pas trop grave pour un vélo de freeride ou l’on recherche d’avantage de fiabilité et de durabilité, programme pour lequel cet ensemble a été créé.

Les repères du guidon sont corrects pour l’inclinaison mais n’indiquent pas exactement le centre. On peut également regretter qu’il n’y ait pas un repère sur la potence permettant d’ajuster de façon certaine le guidon.


Je n’ai pas recoupé le guidon pour le test. Et je dois bien avouer que 800mm, c’était trop pour moi. Toutefois, je n’ai pas été gêné plus que ca par cette largeur excessive. Mon enduro, avec lequel je descends régulièrement et principalement, a été encore plus radicalisé par ce guidon.

En montée, le surpoids s’est fait sentir. Mais la position était bonne et la largeur a dégagé davantage ma cage thoracique, me permettant de mieux respirer.

En descente, programme principal du guidon et dans lequel on ressent le mieux les effets du vibrocore, le guidon s’est révélé très bon.

D’abord, concernant le vibrocore, la mousse n’a pas révolutionné mon confort, mais l’a toutefois amélioré. Sur des passages style traces de freinage, ou sur des talonnages violents, les vibrations habituellement ressenties étaient bien atténuées. Dans les conditions de ride habituelles, le shape du guidon m’a un petit peu gêné et a donc compliqué ma tache de ressentir les effets du Vibrocore. Mais je dirai que globalement la mousse apporte un confort supplémentaire à haute vitesse, et se fait principalement ressentir dans les cas cités plus hauts. Elle rigidifie néanmoins le guidon, ce qui ne sera pas forcément aux gouts de tout le monde.

Concernant le shape donc, les 15mm associés au 8° back n’étaient pas adaptés à ma position, mais cela reste un ressenti personnel ! Le pilotage reste précis, le guidon étant suffisamment rigide pour bien ressentir le terrain sans toutefois trop tirer sur les bras et les mains.

800mm, il faut vraiment etre grand pour en tirer profit. Je roule habituellement en 780mm pour mon mètre 80. Les 800mm m’ont apporté une stabilité supplémentaire, mais la maniabilité s’est avérée déroutante avec un tel bras de levier. Même après quelques sessions, je n’étais pas habitués à cette vivacité de la roue avant.


Je n’ai évidemment pas eu le temps de torde, je vais donc m’attarder sur les aspects extérieurs. La peinture, (plutôt l’anodisation noire) est de bonne facture. Je ne déplore pas de rayures malgré quelques petites chutes, et des sessions dans la boue. L’anodisation a le mérite d’etre plus solide que la peinture pour un poids moindre, tout bénéfice donc, et les fabricants de guidons ont l’air de l’avoir bien intégré !

Toutefois le guidon s’est avéré assez marqué par la potence. A-t-il bougé lors de l’utilisation, provoquant ces marques; ou le noir résiste mal au contact avec la potence ? Je ne saurai le dire.

Pour qui ?

Pour les descendeur ou freeriders qui cherchent a réduire leur mal de main avec un guidon aux courbes généreuses.
8/10

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire