Test Ibis ripmo 2019

1 test de VTT Ibis ripmo.

Donnez-nous votre avis !
Déposez votre test.

La polyvalence enduro-trail

Avis sélectionné
Profil du testeur : 46 ans | 1,78m | 72kg | Avancé
Spécificités du montage : fox 36 kash, six C 770, transfert, descendant carbon, roues ibis 938 excellentes
Acheté : 4500€ d'occasion
Conditions du test : beau comme toujours en provence

Qui pouvait prendre le flambeau de mon précédent destrier ? J'ai nommé le grisant et terriblement efficace 5.5 : cette impression géniale de piloter les tibias sur les haubans, de balancer tel un proskieur dans la Streif son corps de part et d'autres de ce bout de carbone.  Cet AHDN (abominable homme des neiges) entre les pâtes était capable de bien des choses dans le pentu, mais il manquait quelque chose.....de la Stabilité, 421 de reach, des bases courtes, un angle de 66.5, mince, je dois et veux essayer plus long ! 

Mise en vente de la bestiole, recherche outrageusement stratégique d'un bike plus L.O.N.G : l'evolink ? Arf, tu peux pas test....

L'ibis Ripmo me fait de l'oeil, je matche. Taille L

Justement au premier coup de ce précédent orbite, l'oiseau, dans sa plume bleuée, n'avait pas l'air d'un Passerin indigo, mais plutôt d'un Albatros. J'enfourche la monture : Ouah, c'est long. En effet, 471 de reach (tout bonnement 5 cm de plus que le 5.5), un angle légèrement plus ouvert 65.9 en fourche 160, offset de 44. Miam, il faut tester rapidement.

Le lendemain, prise de repaires initiale sur les hauteurs d'Aix (mon spot permanent).

La position sur le bike : "saine", je ne me sens pas en culbuto sur le bike, cintre de 770 sixc,  Potence de 50, tout tombe parfaitement sur les mains.  ( peut être essayerai-je la 35 un peu plus tard).

Les premiers tours de roues confirment les sensations statiques, je suis bien. L'ensemble corps - machine est "posée".

La première montée sur route (avant d'atteindre le Valhalla 's singles) donne rapidement la tendance, le bike répond à la moindre sollicitation, son empattement assez long plaque l'avant à la route (pas de cabre de l'avant). Autre sensation, malgré les composants "endurisés" (pédalier descendant carbone, roues ibis 938 alu, tds transfert..) une sensation de légèreté s'impose. Wait and see. 

Sur le plat, dans les sentiers tournicotant, un sentiment paradoxal : c'est long mais ça tourne très bien, sans effort. Pas besoin de pencher le bike à la Marc Marquez pour ressortir avec vitesse mais surtout équilibre et stabilité.  Bref, du tout bon !

Venons au fondamental, à l'absolu, à l'adn de notre pratique : que vaut-il ce Ripmo dans le pentu ?

Tout simplement : un rail, stable, je ne dirais pas génère de la vitesse mais plutôt garde sa vitesse si les courbes sont prises avec du flow (on ressent les belles qualités dynamiques du cadre avec une rigidité latérale du triangle arrière probant) 

Dans le plus pentu, et disons plus "destructeur" (caillasses, rochers...), on aurait envie d'y enlever 1° voir 1.5° d'angle devant et d'y mettre une 180, mais ce ne serait plus l'oiseau de bonne augure supposé Polyvalent. 

Pour conclure, 

Le Rip-mo est donc bien né même si son nom présage du contraire. C'est un bike capable de s'adapter à bons nombres de pratiques. L'enduriste sera convaincu, le traileur avide de vélo de montagne sera enchanté. Je ne sais où s'arrêteront les progrès en matière de MTB, mais cet IBIS vous donnera des ailes. 

raph



Pour qui ?

moi et ceux qui aiment enfourchés leur bike pour aller rouler, monter, descendre, sauter, de l'enduro, du trail, du xc marathon, de la montagne...
9/10
Prise en main
Stabilité
Maniabilité
Capacité à descendre
Capacité à monter
Comportement en l'air
Qualité d'équipement
Finition du cadre
Facilité d'entretien

Points forts

polyvalence
stabilité-équilibré
joueur
bike à tout faire

Points faibles

franchement, je vois pas...

Pas encore de commentaire

Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire