Test Fox Float DPX2 Factory 2018

1 test Fox Float DPX2 Factory.

Donnez-nous votre avis !
Postez un avis de qualité et augmentez vos chances de recevoir gratuitement du matériel dans le cadre de notre programme de Tests privés.
Mahe Benne

Tellement de douceur !!!

Avis sélectionné
Profil du testeur : 18 ans | 1,80m | 70kg | Avancé
Acheté : 380€ en ligne
Conditions du test : Du XC au bike parc Du très sec à la pluie 1 mois et demi

Points forts

Très réactif, même sur les petits chocs
Le kashima
Ergonomique

Points faibles

Quelquefois, peut-être un peu souple (ex : sur les phases de pédalages)

Pour changer d’amortisseur, qui n’était plus adapté à ma pratique (ancien amortisseur : Rockshox Monarch Rt3), je cherchais un plus gros amortisseur pour une pratique plus enduro. J’ai donc choisi le Fox Float DPX2, que j’ai trouvé sur Chain Reaction Cycle, avec un déstockage, à 380 euros au lieu de 700 euros à sa sortie.


Installation et réglages :

Il a fallu démonter les entretoises de mon ancien amortisseur, pour le mettre sur le FOX. Le système de buselures n’est pas le même chez Fox et Rockshox. En effet, sur Fox, la buselure dépasse légèrement de l’œillet de l’amortisseur. Du coup, il faut faire attention aux entretoises, elles ne seront pas les mêmes, du moins l’épaisseur. (Voir photos)

Ensuite, pour le montage, il faut dégonfler l’amortisseur pour vérifier s’il touche le cadre ou gêne la cinématique. Puis, il faut le regonfler à la bonne pression, et le compresser plusieurs fois pour chaque ajout de 50 psi. La pression du SAG est assez facile à trouver pour ma part. Différence notable entre RockShox et Fox, le plongeur est marqué avec des pourcentages chez RockShox contrairement à Fox. Il faut donc mesurer la course de l’amortisseur, pour connaître le SAG de l’amortisseur.

On a 3 modes de fonctionnement sur cet amortisseur. Un mode ouvert, ou l’amortisseur fonctionne entièrement. Un mode pedal ou medium, pour les phases de pédalages, montées … Et un mode fermé, pour faire de la route, du plat. Le mode medium et fermé permettent que l’amortisseur pompe moins qu’en mode ouvert (il pompe vraiment beaucoup en mode ouvert, du fait de sa souplesse).

Et ensuite on a une molette de rebond, qui détermine à quelle vitesse l’amortisseur va revenir à son débattement d’origine, avec 14 cliques, si je ne me trompe pas.

Fonctionnement sur le vélo :

Dès la première descente, on se rend compte du confort que procure cet amortisseur, qui est très souple.

Sur les sauts, il envoie très bien en l’air sur le step up avec moins d’efforts que mon ancien Monarch. Et sur les trails, il très agréable, sur tous types de chocs, petits et gros. C’est le jour et la nuit pour moi, entre le Monarch et le Float DPX2. J’ai presque l’impression de passer d’un semi rigide à un tout suspendu. Je roule beaucoup mieux avec, il est plus souple, plus agréable et fait moins d’à-coups.

J’ai pu le tester à la Clusaz, sur les pistes de DH, sur du bleu et du rouge. Très confort, je n’avais jamais fait des sauts aussi longs avec mon vélo.

Style :

Je le trouve vraiment magnifique pour ma part avec sa couleur bronze, si on peut dire. Avec son kashima (qui permet aussi une lubrification ou du moins un meilleur glissement) sur le plongeur et sa forme.

Les molettes de rebonds et de modes sont vraiment sympas aussi. L’ensemble à de la gueule !

Entretient :

Je ne l’ai encore jamais démonté, pour effectuer une révision. Mais à ce que j’ai pu voir sur Youtube, le démontage est un peu plus compliqué que chez Rockshox, mais le fonctionnement est comparable.

Pour qui ?

Riders (trail ou enduro) de bon niveau qui cherchent un peu plus d’efficacité et de confort sur son vélo.
9/10
Facilité des réglages
Fiabilité
Confort
Facilité d’entretien
Rapport qualité/prix

Recevoir gratuitement du matériel à tester (et garder), ça vous intéresse ? Les Tests Privés sont là pour vous ! Nous vous expliquons tout ici.

commentaires

Pas encore de commentaire

Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire