Test YT Industries capra 2017

3 tests YT Industries capra.

Donnez-nous votre avis !
Postez un avis de qualité et augmentez vos chances de recevoir gratuitement du matériel dans le cadre de notre programme de Tests privés.
Chaum84

Aisance et banane assurées

Avis sélectionné
Profil du testeur : 22 ans | 1,83m | 70kg | Expert | Signes
Spécificités du montage : à la carte
Acheté : 4000€ en ligne
Conditions du test : TOUTES !

Voilà un test qui me tient particulièrement à cœur.

Ça fait maintenant plus de 3 ans que je roule en Capra, un retour plutôt poussé s’impose.

J’ai eu la version Alu (2016) pendant 2 ans, puis le même en carbone (2015) que j’ai toujours (donc modèle 2014 - 2017).

Point positif, le vélo a été essayé dans un tas de configurations différentes :

  • Fourche 170/180
  • Poste de pilotage 35/31.8
  • Alu, carbone
  • 4 paires de roues différentes (DT E1900, Hope tech EN, WTB, montage artisanal Hope/DT)
  • 4 amortisseurs différents (2 airs et 2 ressorts)
  • 3 transmissions différentes (Shimano, Box, Sram)
  • 3 paires de freins
  • Moult pneus


Premières impressions

Je reçois mon premier Capra Al acheté neuf. Tout est d’origine : Lyrik en 170 à l’avant, monarch+ rct3 derrière, roues spline E1900, transmission sram GX, pneus Maxxis basiques en carcasse EXO, poste de pilotage en 770 de large. Tout a l’air (presque) cohérent, mais pour le prix, c’est le top !

Je pars l’essayer le weekend suivant. Premiers kilomètres à la pédale, tout tombe sous la main, on se sent bien dessus, c’est facile, ça pompe un peu mais ça reste honorable pour ses 170 de débattement. La pente s’inverse, première descente et un seul mot me vient : à l’aise. C’est facile, joueur, peu couteux en énergie, pas besoin de rouler fort. Première sortie positive.

Quelques semaines plus tard, je commande mon Cane Creek Double Barel CS pour m’essayer au ressort. C’est sensible, contrôlé, mais difficile à régler (j’ai mis 6 mois avant de me rendre compte que le tarage de mon ressort était bien trop souple), mais une fois que c’est chose faite, on atteint le saint graal.

Première coupe de France à Levens pour tester ses (mes) limites. 2 jours de pédalage intensif, plutôt rude pour moi. Le vélo n’a en revanche pas de problème. Le blocage à l’amortisseur est toutefois appréciable sur des sorties de plus de 3h pour ne pas se cramer. Première limite : les pneus en carcasse EXO ne tiennent pas et je les découpe sur le premier caillou venu, et suis en galère toute la journée.

J’apprends de mes erreurs et commande une vraie paire de pneus d’enduro. C’est plus difficile à traîner, mais je roule la conscience tranquille.


On approfondit

Les sorties s’enchaînent, et la confiance est croissante. Ce qui est incroyable, c’est le fun que je peux avoir avec ce vélo à chaque sortie. Un petit hip sur le bord de la spéciale, un petit amas de cailloux, un appui, on tire, on s’envole, on le met en travers, on détruit des appuis, on claque un manual, il est tellement facile que ces petits gestes sont instinctifs, ça file la banane ! L’alu est très tolérant, il incite à s’envoyer, et si on ratterri dans un buisson ou un pierrier à l’arrache, il ne fait pas défaut, le vélo est sain.


En spéciale

Pour chasser le chrono, le vélo met en confiance donc on n’hésite pas à le pousser dans ses retranchements. L’alu pardonne là où le carbone renvoie, mais est moins vif dans les changements d’angle ou en relance. Il reste toutefois tolérant pour un carbone, et la différence entre les 2 réside dans les préférences personnelles de chacun.

Quand ça va vite, dans du défoncé, il faut quand même faire attention. Bien qu’il y ait du débattement, le vélo est relativement court (selon les standards actuels) ce qui demande pas mal de précision dans les mouvements effectués, il faut se cramponner un peu (du moins, passé les 45km/h dans un single où le guidon touche les buissons de chaque côté 😉 )

2 Mountain of Hell passées avec l’alu la première fois, le carbone l’autre autre fois, le vélo est à l’aise, c’est tout ce qu’il aime ! Les enchaînements rapide/technique/engagé sont ses domaines de prédilection. Dans l’engagé particulièrement, sa demande de précision dans les mouvements effectués devient un atout, et une petite pierre en bas de cette dalle rocheuse peut s’esquiver plus facilement. Attention quand ça fatigue par contre, un faux mouvement et on risque le faux pas. Quand ça tabasse, sa suspension extrêmement sensible en début de course est agréable, elle lisse le terrain (surtout avec le ressort), mais sa forte progressivité peut en rebuter certains : il demande à être piloté en appuyant sur les jambes.

En courbe, il faut charger un poil l’avant, il faut savoir être précis et ce n’est pas forcément évident de le trouver du premier coup, il faut un petit temps d’acclimatation. Une fois ce temps passé en revanche, on le retrouve assez facilement.


En station

Ça saute, c’est indéniable ! Je m’amuse à passer sur les trails bien flowy, assez lisses avec pas mal de jumps, aucun frein, jamais en défaut sur aucun saut, la suspension est très progressive, et même avec le ressort, on ne sent rien taper au fond, il a quelque chose de freeride en lui ! On prend de la vitesse, on enchaîne les saut, il est maniable en l’air, il a du pop sur l’appel, on s’éclate encore une fois.

Dans le sinueux des trails noirs fluo, il se faufile aisément, on ne force même pas (à part si on chasse le chrono !)

J’ai aussi fait une DH avec, avec beaucoup de gros sauts, il n’a rechigné devant aucun obstacle, et le dérailleur a fait des siennes bien avant que lui ne trouve ses limites. La piste demandait beaucoup d’efforts de concentration, surtout pour garder l’assiette sur les sauts, mais il en est venu à bout. Ce n’est pas tout à fait un DH, on est un peu moins à l’aise, mais ça y ressemble en plus petit, et c’est appréciable.


Remarques

  • Le vélo est assez court selon les standards actuels, ce qui peut être fatigant à piloter quand c’est rapide et cassant. Pour ma part, je le prends comme un avantage, n’aimant pas les vélos trop longs.
  • Sa forte progressivité peut « casser les pattes » si on n’appuie pas trop avec les jambes (mais rouler avec 35% de sag peut être une solution), mais pour ceux qui sautent et écrasent, c’est idéal (pas de soucis, on arrive tout de même vite au fond si on se tape un poney sur une table de 12m !)
  • Boitier de pédalier pressfit, ça craque rapidement…
  • Jeu de direction d’origine remplacé rapidement à cause d’un craquement sur celui d’origine.
  • Protections caoutchouc de base/hauban qui se décollent, et ne tiennent pas trop quand on les recolle.
  • Roues d’origine DT E1900 un peu light pour de la station.
  • Freins SRAM Guide R limite quand on est lancé pleine balle

Avec les différents composants

Le cintre

Au vu de la longueur du vélo, le cintre en 770 est un peu limite quand ça va vite, un 800 donne plus de contrôle sur l’engin (remarqué dans une grosse compression avec un trou à 50km/h en enduro, donc pour moins que ça, c’est largement suffisant 😉 ).

Le poste en 35 donne une sensation de direction plus vive, plus rigide, dans une moindre mesure. Le 31.8 est plus tolérant, surtout sur le carbone, mais j’ai une préférence pour le 35 (pas testé avec le carbone).


La potence

Moins de 50mm et on se retrouve avec un bmx entre les jambes, surtout qu’avec l’angle de direction ouvert, la 50 permet de trouver du grip plus facilement sur l’avant.


L’amortisseur

Le monarch plus (air) est très bon, il a du pop, il est sensible sur ce vélo, mais basique niveau réglages. C’est le plus accessible de tous, très rassurant et sain en comportement. Les plus pointus se verront frustré de ne pas avoir plus de possibilités.

Le cane creek (ressort) est sensible, tout en contrôle, mais très difficile à régler, assez pointu, c’est une machine. Il est réservé aux connaisseurs et bidouilleurs.

Le fox float x2 (air) est plus simple à régler, plus « fun » et rassurant, moins typé race que le cane creek mais très efficace. Il est assez accessible pour tout le monde.

La ohlins ttx22 (ressort) est assez simple à régler, mais très raide en hydraulique, plus plat en comportement, et très race. Il n’est pas fait pour tout le monde, plutôt élitiste.

J’ai beaucoup apprécié le ressort sur ce vélo, et c'est ce que j'ai retenu pour mon actuelle monture.


En conclusion

C’est un vélo qui me correspond parfaitement, mais en essayant d’être objectif, je le qualifierai de facile et joueur, sans prise de tête. Malgré ses 170mm de débattement, il incite à jibber à la ratboy et de poser quelques 180, crankflips… Ceux qui cherchent une machine de guerre pour chasser du chrono peuvent être servis, mais ce n’est pas forcément le meilleur choix (bien que ça soit largement faisable si l'on est suffisamment précis dans ses mouvements). Par contre ceux qui veulent un gros vélo et ne pas se prendre la tête seront aux anges.

Ceux qui aiment s’envoyer sans réfléchir partiront sur l’alu, et ceux qui préfèrent de la vivacité et rentrer dedans partiront sur le carbone. Dans tous les cas, ce sera un choix sans déception. 

Pour qui ?

Quelqu'un qui ne veut pas se prendre la tête et avoir un vélo à tout faire, et s'éclater en toute circonstances !
8/10
Prise en main
Stabilité
Maniabilité
Capacité à descendre
Capacité à monter
Comportement en l'air
Qualité d'équipement
Finition du cadre
Facilité d'entretien

Points forts

maniabilité, facilité, progressivité, cinématique

Points faibles

demande à être précis à haute vitesse, court pour certains

Recevoir gratuitement du matériel à tester (et garder), ça vous intéresse ? Les Tests Privés sont là pour vous ! Nous vous expliquons tout ici.

commentaires

4 commentaires

Aex_ride

inscrit le 15/05/18
Vraiment un test complet et un ressenti de plusieurs amortos, c'est bon ça !
0
Tom_13005

inscrit le 21/10/17
C’est marrant la démarche de racheter le même vélo en changeant le matériau. J’aurai certainement chercher ailleurs pour essayer mais ça a l’avantage pour nous lecteurs d’avoir un test particulièrement fourni et riche.
Merci ????
1
Tom_13005

inscrit le 21/10/17
J’avais laissé un smiley pas des ? Donc ce sera : merci !
0
Chaum84
Statut : Confirmé
inscrit le 11/04/19
Merci ! Je me suis appliqué !
Pour ce qui est de changer de vélo, je l'ai fait après mon capra AL, j'ai été tellement déçu que je l'ai gardé 6 mois avant de le vendre, et je ne voulais pas être à nouveau déçu à ce point, donc je suis reparti sur ce que je connaissais déjà !
0
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire