Test Cane Creek DB Coil inline 2018

Postez un avis de qualité et augmentez vos chances de recevoir gratuitement du matériel dans le cadre de notre programme de Tests Privés.
bugz.ju

Le gain de l'amorto ressort avec un poids contenu

Avis sélectionné
Profil du testeur : 32 ans | 1,85m | 82kg | Avancé
Acheté : 450€ en ligne
Conditions du test : 6 mois d'utilisation, hiver et automne

Air vs ressort, cela fait quelques années que la bataille est au cœur des discussions sur le segment all mountain / enduro.

A la réception de mon nouveau vélo, pour moi la question ne se posait pas. Après avoir expérimenté l'un et l'autre sur mon précédent bike, je savais que je voulais un amortisseur ressort, essentiellement pour le grip et la sensibilité que cela offre à l'arrière.

Sur la base d'un Stumpjumper Evo, j'avoue que le choix était plutôt limité avec un "petit" entraxe de 210x50, que l'on retrouve plutôt sur des vélos de trails, et non sur des vélos d'enduro... J'ai donc commandé ce DBCOIL IL qui correspondait à ma recherche, avec en bonus un poids et un encombrement réduit.
Mes précédentes expériences avec CaneCreek n'étant pas au beau fixe, j'étais quand même un peu dubitatif sur mon choix. En effet j'avais déjà eu auparavant un DBAir Inline, qui avait la fâcheuse tendance à claquer et à retourner en SAV toutes les 20 sorties, puis un DBAir CS, qui même si de meilleure qualité ne m’avait jamais donné totale satisfaction dans son fonctionnement.

Mais à 450 euros avec ressort et settings adaptés sur le net, vs 800-900 euros pour un Fast Fenix ou un Ohlins TTX, je me suis dit que cela se tentait...

Réglages

Aucun problème au montage, premiers rides satisfaisants avec les settings qui ont été faits. J'ai tout de même du rejouer un peu avec les réglages, les compressions hautes vitesses notamment, mais cela se fait aisément  grâce au réglage des 4 voies, accessibles avec une clé.

Comme toujours chez Canecreek, c'est un peu sport de trouver le bon compromis et le bon réglage, les grandes capacités de réglages sont un plus, mais on peut vite s'y perdre. Il n'y a qu'à voir le nombre de commentaires sur le net dès que l'on parle de l'un de leurs produits ("T'as mis quoi comme réglage, j'arrive pas avec le mien?") pour comprendre qu'il va falloir y passer un peu de temps et ne pas hésiter à y toucher pendant les premiers rides. Mais leurs outils s'améliorent, surtout grâce à l'application smartphone ("DIALED").

On ajoute son produit et son bike dans l'application, et celle-ci nous propose une base de réglages, puis nous questionne sur notre ressenti pour améliorer et peaufiner les réglages. Ce n'est pas encore parfait, l'ergonomie pourrait être meilleure, le choix des bikes dans la liste également, mais c'est un gros bon en avant par rapport à avant, et surtout cela s'améliore grâce aux mises à jour (pas assez fréquentes, mais il y a du mieux).

Ressenti terrain

C'est là le gros plus que l'on attend de la part d'un amortisseur ressort, surtout vs le DPX2 d'origine très vite limité face à mon gabarit plutôt lourd (à priori phénomène accentué par la cinématique FSR et la courbe d'amortisseur du vélo, dès que l'on atteint 85kg l'amortisseur est à la masse, ce que j'avais ressenti également).

Le vélo colle beaucoup mieux au sol, c'est sensible, confortable, et les réglages m'ont permis d'améliorer la progressivité de la suspension pour ne pas talonner. Vu son poids contenu (672gr avec le ressort), c'est vraiment un très bon gain en comportement sans être trop pénalisant.

Mais le gros point fort de cet amortisseur est pour moi le ClimbSwitch (CS). Petite manette facilement accessible qui ralentit fortement les basses vitesses, mais sans les bloquer. On garde du confort, du grip en montée, mais le phénomène de pompage diminue énormément, un vrai atout pour les grimpettes. On a clairement l'impression d'être sur un bateau si l'on oublie de l'enclencher en montée...

Alors quid du dilemme habituel, vaut-il mieux une manette de blocage et jouer avec les positions ouvert/fermé quitte à se rajouter des manipulations? Ou un amortisseur où l'on ne touche rien, mais avec un bon compromis entre les deux? Personnellement toucher au blocage ne m'embête pas, et je préfère avoir un amortisseur parfaitement réglé pour la descente, et au comportement irréprochable en montée avec le CS, que d'essayer de trouver un équilibre où rien n'est parfait finalement. Question de choix... Forcément faut pas oublier de l'ouvrir en descente par contre ;)

Fiabilité

La fiabilité était ma grande crainte, et j'ai failli ne pas l'acheter à cause des précédents de CaneCreek. Mais en 6 mois je n'ai eu aucun problème. On galère un peu à trouver ses réglages, mais une fois tout ajusté je n'ai rien à lui reprocher. Reste à tester sa capacité sur des journées plus consistantes, notamment en bikepark.


Pour qui ?

Rider trail/all moutain/enduro, voulant passer sur un amortisseur ressort sans forcément trop pénaliser leur bike au niveau du poids ou du comportement au pédalage
8/10
Facilité des réglages
Fiabilité
Confort
Facilité d’entretien
Rapport qualité/prix

Points forts

- Large plage de réglages, aidé par l'application Dialed
- Comportement une fois réglé, aussi bien en descente qu'en montée grâce au ClimbSwitch
- Poids
- Prix

Points faibles

- Large plage de réglages (on peut s'y perdre)
- Fiabilité sur le long terme?

1 commentaire

Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire