Test Commençal CLASH RIDE 2020

1 test Commençal CLASH RIDE.

Donnez-nous votre avis !
Postez un avis de qualité et augmentez vos chances de recevoir gratuitement du matériel dans le cadre de notre programme de Tests privés.
Tit_Ben

Le vélo polyvalent-fun pour les freeriders qui ont vieilli ;)

Avis sélectionné
Profil du testeur : 35 ans | 1,68m | 58kg | Expert | Marseille
Spécificités du montage : Poste de pilotage perso + roue arrière ZT Flow
Acheté : 2800€ en ligne
Conditions du test : Plusieurs sorties, plutot rando, une session ou 2 sur mon spot de freeride, et une belle sortie aux 7 Laux, pour finir un bel enduro.

Contexte

Je suis de l’ancienne école, il y a 2 mois je roulais encore en 26’ c’est pour dire ! Puis pédales plates FOR EVER ! Je pense que pour résumer ma pratique on pourrait dire freeride ; ouais je sais c’est pompeux et ca veut rien dire, mais regardez le line-up de bike :

  • 2003 : Commencal Pasta, un endu-rigide bien slope avec lequel j’ai commencé à faire du dirt et de la descente ;
  • 2005 : Scott Nitrous, un des premiers vélo back country grand public, 170 devant-derrière, le début de l’aire moderne je dirais ;
  • 2008 : Santa Cruz Bullit 2 : quoi de plus freeride ? 180mm tout dans la simplicité et la robustesse, le retour de la légende (Rampage et tout) ; https://www.26in.fr/tests/vtt/santa-cruz/bullit-r-fr/2008_338.html 
  • 2010 : Banshee Wildcard monté à la carte, plus petit que les autres mais tout autant fait pour engager et très solide ; https://www.26in.fr/tests/vtt/banshee/wildcard/2010_93.html
  • 2013 : Kona Enrourage DL racheté à ... Bizet, là niveau freeride on a rarement poussé le concept aussi loin ; https://www.26in.fr/tests/vtt/kona/entourage/2012_111.html 
  • Entre temps j’ai pu tester pour 26in les rose Jester et beefcake SL, les canyon torque, COVE, les commencal supreme FR, et avant les premier Furious de Commencal... vous voyez le topo quoi .
  • 2019 : achat d’un Commençal Clash RIDE 2020 donc.

Pourquoi ce vélo ? Parce qu’il était un des seuls à correspondre à mon état d’esprit, qui, vous l’aurez compris en regardant mes vélos est de se faire plaisir, et voler. J’ai toujours privilégié les vélo maniables, aucun de ces vélo n’est un vélo de compet, aucun de ces vélos n’a un palmarès en enduro ou en descente, juste des vélos qui ont permis de faire l’histoire audiovisuelle de notre sport, car oui c’est plutôt ce genre de vélos que l’on voit dans les vidéos de riders à la cool. Et justement le Clash est arrivé sur le marché avec une vidéo à la cool, qui résumait (version marketing) assez bien le programme du vélo et ce que je voulais en faire.

Chez Commençal, il y a l’enduro race, le Meta. Pas du tout ma cam, puis il y a la gamme gravity, et dans ce qui pourrait m’intéresser le Furious, un peu trop gros pour moi et incapable de monter. Et oui car j’ai vieilli, je me suis un peu assagi, mais surtout j’ai un enfant et je dois le prendre en compte, à son age on va surtout faire de la rando. Et puis on va pas se mentir, habitant Marseille, je suis obligé de monter moi même mes descente, et pousser un DH ca va bien 5min mais j’ai pas que ça à faire. Malgré tout je veux un vélo pour attaquer le raide et fait pour sauter !

Du coup un vélo un peu hybride qui peut monter ne fera pas de mal ! D’où ce choix de vélo gros enduro-FR qui est pile-poil ma nouvelle catégorie favorite.

Coté concurrence, il y a des choses chez Rose et Canyon ou YTI, mais trop aseptisés pour moi, et surtout les vélo gravity modernes sur base d’enduro : le Rocky Mountain Slayer qui était mon premier choix et le nouveau Yeti SB165 ou nouvel enduro de chez Spé. Mais coté prix c’est plus du tout la même, et même en occasion je n’arrivais pas à trouver mon budget et ma taille (small).

La nouvelle gamme Commençal tout juste présentée j’ai de suite craqué sur ce modèle qu’on pourra qualifier de « bas de gamme amélioré », notamment pour sa couleur qui me rappelle mon premier Pasta en 2003 et pour son prix très attractif ! En effet, le budget est un frein important pour moi, qui ne peut mettre trop d’argent dans le sport à l’état actuel de ma vie (enfin c’est déjà une belle somme).

Je mesure 1m68, je suis pile à la limite des tailles S et M, et comme d’ab, à choisir j’ai pris S, les cotes du cadre me renvoyaient à peu près à mon entourage, j’étais donc confiant. Je rappelle que je préfère le fun à l’efficacité, et plus un vélo est petit plus il est joueur.

Prise en main

Une fois sur le vélo je me suis senti direct à l’aise, je précise que dans cette version les suspensions ont peu de réglages, trop peu ? A l’arrière il n’y a pas de réglage de compression, j’ai galéré à trouver la bonne pression, qui me permette d’avoir le bon feeling, souple mais qui talonne pas sur n’importe quoi. J’ai fini par mettre des Tokens en plus, le maximum, soit 3, maintenant c’est très bon.

Pour la fourche j’étais sur le maximum de débattement trop souvent, j’ai donc fait de même, maxi de Tokens !

Stabilité

Je ne sais pas quoi dire à cette section, un vélo moderne c’est stable façon, on est pas sur un dirt, regardez les cotes, il y a ce qu’il faut où il faut, et en même temps je suis pas du genre à rouler à 50 tout droit dans la pente, donc futile pour moi. Moi je suis stable en tout cas, je sais pas si ça compte ? 

Maniabilité

Je trouve le vélo meilleur quand il accélère que dans le très lent, ça vient je pense des nouvelles références en matière de géométrie avec la taille de roues en 27,5. Et puis venant d’un entourage très bas et très court à l’arrière forcément tout parait pataud au début. Par contre dans les pif-paf pris à donf, il y a pas à dire, c’est génial ! Quel kif, je me régale !

Capacité à descendre

Excellente, aucun à priori de ce coté, le vélo est pensé avec sa géométrie moderne pour aller dans la pente, après avoir un peu tatonné pour trouver les réglages, j’ai fini par trouver un bon compromis où les petits chocs sont bien absorbés, il y a pas mal de négatif et ça talonne pas de trop. La roue reste donc bien collée aux obstacles permettant une bonne adhérence dans le raide et le défoncé. les 165mm sont donc largement suffisants pour faire de la station fun, une journée à fond sans entrainement n’attaque pas le physique du rider. Tout ce que j’attendais d’un vélo moderne.

Capacité à monter

Comment dire, si on prends en compte le programme du vélo qui s’oriente ouvertement vers le fun, on ne peut qu’être impressionné par ses capacités à monter ! La cassette 50 dents est juste dingue et permet de transformer le moindre raidillon en formalité. Si on ajoute la tige de selle téléscopique, on obtient un vélo qui fait bien plus que du dépannage, il monte.

Personnellement, avec mon programme je n’ai pas besoin de plus ! On trouvera toujours qu’un XC grimpe mieux, mais un XC ne descend pas bien lui. Et puis bon en XC on a la classe d’un Christophe Castaner qui fait du karaoké, non merci ! Donc pour moi c’est 9/10 !

Comportement en l’air

Au début j’ai eu du mal à le bouger comme je bougeais mes anciens bike, je ne sais pas d’où ca vient, je n’ai pas pu faire trop de sauts et surtout faire des sessions que de ça où on prend le vélo en main. Disons qu’en sauts sur une piste de montagne tout va bien, le vélo est facile à placer, mais qu’en sauts plus artificiels j’ai eu du mal à en faire ce que je voulais en terme de figures. Peut-être je vieilli vraiment ...

Bon la dernière sortie m’a rassurée, sur un saut pas forcément évident (transfert en aveugle) je me suis mis des table-top à l’aise. Donc ca revient, je m’y fais !

Qualité de l’équipement

Nous ne sommes pas sur du très haut de gamme, j’ai pris l’habitude de rouler des vélos bien mieux équipés que ça. 

  • La faiblesse vient essentiellement des roues (E13 LG1 DH) pour moi car j’ai eu un poc comme jamais je n’en avais eu sur des roues à la première grosse sortie. Du coup j’ai du changer le cercle arrière.
  • Pour le freins (GUIDE T) j’ai lu que ce n’était pas suffisant, perso je m’en contente largement, du haut de mes 60 kg, rien à reprocher, ça reste du SRAM en fonctionnement et en forme de levier quoi.
  • Pour les suspensions (RS) j’en ai parlé, manque des réglages, en particulier de compression sur l’amortisseur. Les Tokens sont obligatoire à l’avant comme à l’arrière vu le programme (prévoir 10’ pour tout installer).
  • Pour la transmission (NX + descendant 6K), ca fait le taf, on apprécie le Eagle et ses 50T, mais pour moi ce n’est pas assez précis, ca sautille quand je change à la volée, et ca finit par claquer quand je relance, comme si ce n’était jamais vraiment en face direct.
  • TDS téléscopique KINDSHOCK RageI, je pensais la virer, en final elle est toujours présente, faut avouer c’est utile, je ne suis pas un inconditionnel mais c’est utile... peut-être un peu court en débattement sur le S (125mm)
  • Pneumatiques : monte SCHWALBE magic mary et Hans Dampf en 2.35. Pour l’instant ca me va. J’ai trouvé le pneu arrière fragile, mais j’ai maintenant un CUSHCORE dedans (https://www.26in.fr/tests/accessoires/cush-core/pro-set-275/2019_3786.html) et ca le fait du coup.
  • Autres composants : je me suis installé mon poste de pilotage perso, Easton Havoc 35mm pour la potence et cintre de la meme gamme en carbone, poignées RaceFace assorties au vélo, pédales ultra plates en polymères pas chères et costaud comme il faut. Chacun ses gouts à ce niveau là. C’est à la fois facile à changer, pas trop cher et en même temps c’est les seules parties du vélo avec lesquelles on est en contact donc bon...

Finition du cadre

Pour commencer : cette couleur ... juste magnifique, je suis amoureux, sans doute la plus belle que j’ai pu voir ! Elle est tantôt rouge, tantôt orange pailletée limite or, les stikers sont à la fois sobres, bien placés, et stylés de mon point de vu, une vraie réussite !

On notera des protections bien placées sur le cadre : sous le tube diagonal, sous le boitier, sur les bases, le vélo est protégé où il faut je pense.

Point positif, tout l’arrière du vélo sur le pivot autour de l’axe de roue (assez original d’ailleurs comme géométrie), ca semble bien pensé et solide.

Point négatif, les soudure dans la bielette par exemple ne sont pas vraiment exemplaires mais ca se voit pas.

Facilité d’entretien

Je lave pas mes vélos, ca les abime !

J’entretiens pas mes vélos, j’ai pas le temps.

Conclusion :

Ma vie a bien changée depuis la période où je roulais beaucoup, avec mes nouvelles contraintes j’avais plus que jamais besoin d’un vélo qui puisse descendre comme les meilleurs mais aussi aller au sommet et je n’étais pas prêt à craquer pour un VTTAE, cherchant un vélo simple et polyvalent et fiable.

Le CLASH RIDE 2020 est venu pile poil là où je l’attendais, j’apprécie particulièrement son style, son état d’esprit et je prends plaisir à roule avec.

Je regrette quelques composants trop bas de gamme, mais pour pallier à cela j’aurais du prendre la version au dessus, en final je préfère ce rouge, quitte à l’upgrader dans les années à venir. 

Pour qui ?

Pour ceux qui viennent du freeride et qui cherchent aujourd’hui un vélo à tout faire, mais tendance fun. Pour ceux qui se foutent des résultats à la montée comme à la descente, qui préfèrent le tirage de bourre entre potes à la coupe régionale. Pour ceux qui font un détour pour pouvoir passer le petit saut sympa là bas ...
9/10
Prise en main
Stabilité
Maniabilité
Capacité à descendre
Capacité à monter
Comportement en l'air
Qualité d'équipement
Finition du cadre
Facilité d'entretien

Points forts

-style de ouf
-capacités à monter
-joueur à pleine balle dans les pif paf de station
-vélo simple et efficace pour un bon prix
-polyvalence

Points faibles

-des roues trop fragiles
-des passages de cables parfois un peu farfelus
-un pneu arrière trop fragile pour le programme et ma région
-des suspensions pas évidentes à régler pour le programme FR

Recevoir gratuitement du matériel à tester (et garder), ça vous intéresse ? Les Tests Privés sont là pour vous ! Nous vous expliquons tout ici.

commentaires

Pas encore de commentaire

Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire