Test Commençal META AM 29 ESSENTIAL FOX 2019

Déposez votre test.

Une véritable flèche d'argent...

Avis sélectionné
Profil du testeur : 21 ans | 1,89m | 82kg | Expert | Givry
Spécificités du montage : Montage d'origine ormis le cintre et le pédalier. Vélo en taille XL.
Acheté : 3300€ en ligne
Conditions du test : Par tous les temps (boue, sec, neige...), tous les terrains (rocailleux, pierriers, racines, terre noire...) et en compétition. 1.5 mois et 340 km

Nouveau bike, nouvelle expérience…

  L’émergence de nouveaux enduros en 29er et l’envie de rouler sur un vélo avec des « grandes roues » m’ont poussé à changer de monture. Le marché propose de nombreux modèles accessibles et d’autres plus élitistes. Parmi les « premiers prix » ou les « accessibles », on trouve plusieurs fabricants comme Canyon avec son Strive 29 CF (3000€), Commençal avec ses META 29 TR & AM (2500€ les 2 modèles) ou encore Specialized et le mythique Stumpjumper 29 ST & LT (3099€) pour ne citer qu’eux.

A travers tous ces modèles, seuls 2 retiennent mon attention :

Le Canyon Strive 29 CF et le Commençal Meta AM Essential Fox Brushed. Le Canyon propose un rapport qualité/prix quasi imbattable : du carbone, suspensions Fox Rythm, une transmission Eagle NX et un Shapeshifter fiabilisé.

Le Commencal propose lui aussi un rapport très intéressant : suspension Fox Elite, freins Shimano SLX et une transmission Eagle GX.

Même si mon compte en banque penchait pour le Strive, mon choix s’est porté sur le Commençal. Car quittant le 27.5’’ pour aller vers un 29er, je voulais que la transition et l’adoption de ce nouveau format de roue se fasse sur vélo tolérant et fun… Je peux vous dire à travers ces lignes que je ne me suis pas trompé.

Plug & Play…

  Ça y est, le vélo est là ! Il est l’heure de se mettre à table.

Le bike est stocké dans une bâche et quand je retire ce papier cadeau, je vois un ensemble de mousse de protection fixées dessus en si grand nombre que l’on a du mal à voir la couleur du bike (ça fait plaisir de voir son acquisition bien protégé pour son transport) et la roue avant bénéficie d’autant de soin et de petites attentions que le reste du vélo.

L’assemblage se réduit à monter le poste de pilotage, les pédales et la roue avant : simple et rapide.

Visuellement pareil, mais presque tout à changer !

  Avant de prendre le vélo en main et d’aller limer les sentiers de la colline voisine, je laisse glisser mon regard sur ma nouvelle acquisition.

Bien que le bike ressemble à ses frères Meta AM V4 & V4.2, il diffère en de nombreux points : le tube supérieur massif, les bases dont le profil est imposant, la position du point de pivot fixe, le tube de selle courbé, le basculeur qui se trouve derrière le tube de selle… la liste est longue.

Pour finir, la finition alu brossé verni vient sublimer l’ouvrage. Elle permet de rendre ses lettres de noblesse à ce matériau, trop souvent noyé sous de couches de peintures. Je me plais à regarder le profil de tubes, à apprécier les soudures ; tout le travail réaliser sur le vélo.

Ok, c’est beau, ça brille mais est-ce que ça roule vite ?

Toujours plus haut !

  Une fois le vélo réglé, je pars pour une prise en main sur la colline voisine. Lors des premiers coups de pédales, un mot me vient à l’esprit : équilibré. Sur le bike, je ne me sens ni trop sur l’avant, ni trop sur l’arrière. Après quelques kilomètres de plats pour roder les freins, les premiers bosses pointent leurs nez.

Malgré le poids assez important de la bête (16.6KG), je suis surpris de voir qu’il monte aussi bien voire mieux que mon ancien Strive (avec le ShapeShifter d’activé). En position « Open », le Fox DPX2 fonctionne onctueusement bien et offre un incroyable confort et permet de grimper sans crainte de finir cramer dans la cote. Le mode « Mid » ou « Trail » me semble être le mode le plus polyvalent pour rouler sur ce vélo car il permet de supprimer de sauvegarder une grosse partie de l’énergie fournie grâce à un contrôle hydraulique. Le plateau de 32T permet de monter sans trop de difficulté bien qu’un plateau de 30T aurait été le bienvenu.

Cependant, je continue de penser que la capacité à grimper du vélo est dû au format des roues. On se retrouve moins chahuter par les chaos des sentiers et on perd moins d’énergie à donner des coups de cul pour passer les obstacles. Bref, que du bonheur.

Quand la pente s’inverse…

  C’est même sa vocation première bien qu’il soit très bon pédaleur. Peu lui importe lui type de terrain : racines, pierriers, marches, sauts, Bike Park… il en demandera toujours plus et voudra aller toujours plus vite. Cependant, le Meta AM 29 possède un châssis ultra-tolérant, ce qui lui donne la capacité d’encaisser sans broncher toutes les erreurs de pilotage ou d’excès de confiance. Mais ce comportement est à double tranchant car bien il soit à l’aise dans le droit, le sinueux et le défoncer, il monte ses limites quand le terrain devient plus plat et très serré mais il devient aussi usant physiquement.

Je me retrouve donc avec un missile entre les jambes qui me pousse constamment à surpasser mes limites pour pouvoir s’épanouir.

Les suspensions

  Le Meta AM 29 ne manque pas de débattement mais demande, étrangement, un réglage des suspensions avec beaucoup de rebonds pour être piloté efficacement tout en distillant du plaisir.

Dans la pente, le mode « Open » est celui qui sublimera le comportement du Meta et préservera le pilote, là où le « Trail » aura tendance à casser le pilote lors de longues descentes cassantes. Le DPX2 offre le "pop" nécessaire pour faire décoller le vélo sur les appuis et les racines.

La fourche offre la rigidité nécessaire pour encaisser un pilotage actif mais son fonctionnement est trop linéaire en réglage d’origine et je me retrouve donc à devoir jouer avec le réglage des basses vitesses pour avoir un minimum de maintien dans le défoncer.

                                                              Réglages                  Avant                Arrière

                                                              SAG                          20%                   32%

                                                              Détente                    ¾ ouverte          ¾ ouverte

                                                              Compression            ½ ouverte          Ouverte

                                                              Token/spacer           1 (origine)          1 (0.4 in3)

                                           Détente et compression réalisées depuis la position la plus fermée des molettes.

Du coté matos…

  D’un point de vu générale, l’ensemble des composants sont en harmonie. Les roues E13 TRS couplées aux moyeux Formula (dont le bruit, si caractéristique, de la roue est un véritable régal) offrent dynamisme et précision au vélo.

Les Schwable Magic Marry & New Hans Dampf forment le combo de référence. Le Magic Marry offre contrôle démentiel au bike, on a beau pencher ça tient bon.

Le New Hans Dampf monte arrière est un bon choix car il offre un grip à toute épreuve mais consomme beaucoup d’énergie et s’use rapidement à cause de sa gomme tendre.

Les freins Shimano SLX associés à des disques 200mm (origine) offrent un mordant infatigable.

Le poste de pilotage signé Ride Alpha (marque de composants maison de Commençal) en 785mm a été changé par un FUNN KINGPIN en 815mm pour avoir un meilleur contrôle.

Les grips Ride Alpha sont confortables mais ils deviennent glissants quand ils sont humides si vous roulez sans gants.

La tige de selle KINDSHOX Lev SI en 150mm me parait trop courte pour un vélo en grande taille. Une tige de 170mm aurait été plus pratique mais la conception du cadre fait que la limite des tiges est de 150mm.

En conclusion…

 Malheureusement trop gros pour faire office de « vélo à tout faire », il reste cependant polyvalent et pourra aussi bien satisfaire ceux qui recherchent un bike résolument fun et plaisant pour rouler sans prise de tête et ceux qui veulent un chasseur de chronos.

Pour qui ?

Pour les aficionados des chronos, pour ceux qui veulent rouler sans prise de tête et pour ceux qui n'ont pas une fortune à mettre dans un vélo.
8/10
Prise en main
Stabilité
Maniabilité
Capacité à descendre
Capacité à monter
Comportement en l'air
Qualité d'équipement
Finition du cadre
Facilité d'entretien

Points forts

- Stabilité
- Fun à piloter
- Prise en main
- Rapport équipements/prix

Points faibles

- Fourche trop linéaire
- Poids

2 commentaires

razgriz65
Statut : Gourou
inscrit le 04/07/08
Stations : 4 avisMatos : 29 avisPhotos : 1 photos du jour
ah, enfin un test du meta 29!
ton ressenti illustre pile ce que je disais sur un topic du forum:
avec ses 16.6kg, adieu la polyvalence.
par contre ca doit etre une arme dans les descentes rapides et dans le défoncé.
ca me confirme dans l idée que commencal au lieu de tuer le meta am 27.5 pour le 29 aurait dû mettre les deux gammes cote a cote,le 27.5 pour le fun et la polyvalence, et le 29 typé race pure. comme chez yt
1
Quentin.N
Statut : Confirmé
inscrit le 30/05/18
« Avec ses 16.6kg, adieu la polyvalence » -> au contraire, il est vraiment polyvalent mais son poids entache un peu cette capacité (au combien appréciée sur un vélo). Après, il y a des axes d’améliorations comme les pneumatiques (le 2.6 et la gomme Addix pompent énormément d’énergie), un réglage plus fin et ferme des suspensions et plateau avec une denture moins importante sont des points à explorer (dès que le portefeuille le permettra) et seront intégrés lors d’une mise à jour au test.
De plus, je ne pense pas que Commençal soit en train de tuer le Meta AM/TR V4.2 car pour proposer un vélo en 27.5 et 29 avec le même châssis comme YT, la marque aurait dû créer un nouveau Meta en 27.5 et 29 (en clair un Meta AM/TR 29 en 27.5) qui là, serait venu tuer le V4.2 déjà présent sur le marché. Or pourquoi supprimer un produit qui a du succès au profit d’un nouveau venu qui devra à nouveau faire ses preuves et espérer apporter quelque chose de révolutionnaire pour que ça vaille le coup de l’acheter.
Au contraire, pour moi la marque andorrane étoffe son catalogue en proposant un 29er sur un marché et une discipline qui attire de plus en plus de gens : l’enduro, avec un produit, certes nouveau mais que tout le monde connaît (au moins de nom). Cependant, la sortie du Clash peut peut-être faire de l’ombre au V4.2 mais je pense que le Meta V4.2 a encore de beaux jours devant lui car il est plus léger et plus polyvalent que le Clash et peut faire presque autant de choses que ce dernier à un degré moindre.
0
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire