Test Orbea Rallon m20 2020

2 tests Orbea Rallon m20.

Donnez-nous votre avis !
Note moyenne : 8,5/10
mat24bc

La magie du 29

Avis sélectionné
Profil du testeur : 41 ans | 1,65m | 55kg | Expert
Spécificités du montage : Roues carbone à la place des DT e1900
Acheté : 4500€ en magasin
Conditions du test : Utilisation enduro et bikepark dans les alpes, toutes conditions météo

Points forts

Ultra efficace quel que soit le terrain
Stable et rassurant
Confort des suspensions

Points faibles

Manque de fun
Peinture (très) fragile

PREAMBULE


Automne 2019, je me met en quête de mon nouveau vélo pour 2020, pour remplacer mon capra qui a 4 saisons.  

J’ai souhaité rester sur un gros vélo, le programme c’est enduro en compétition et un peu de bikepark, et mon terrain de jeu c’est la montagne, les alpes (Bauges, Aravis, Beaufortain).

J’ai d’abord longuement hésité sur la taille des roues. 27.5 , 29 ? Avec mon petit gabarit, pas évident de choisir, on pourrait penser que le 29 est réservé aux grands. De plus, l’offre de cadre gros enduro en taille S et 29 pouces est assez réduite (beaucoup de marques démarrent à la taille M, le S étant monté en 27.5).

L’essai d’un Rallon en taille SM, qui taille plutôt petit, a fini de me convaincre, ça sera ma prochaine monture. Après la vente d’un rein et d’un bras, la commande est passée. Les délais d'Orbea sont censés être très long, genre 2 mois, coup de bol le mien arrive en moins de 15 jours.



BIKE CHECK


Orbea propose 4 gammes pour le Rallon : M10, M20, M-team, et le très haut de gamme M-ltd.

Outre le programme MyO qui permet de choisir la couleur du cadre, Orbea propose sur les versions M20 et M-team d’up-grader certains composants comme les suspensions ou les roues par exemple, au tarif 1ère monte.

Je suis donc parti sur le modèle M20 en remplaçant la fox 36 performance par une grip2 et l’amortisseur dpx2 par un dhx2. Suite à une bonne opportunité j’ai également monté des roues en carbones en remplacement des DT1900 d’origines.


   DETAIL DU MONTAGE :

Cadre carbone déb.160mm. Monopivot avec biellette, amortisseur Fox DHX2

Fourche Fox 36 grip2 kashima 170mm

Transmission Sram eagle X01/GX/pédalier descendent 32 dents/cassette GX 10-50

Freins Shimano XT 4 pistons / disques icetech av/ar 203mm

Roues DT Swiss E1900 -> upgrade roues carbone Lapierre (Issues d’un Spicy team, Largeur 30mm, montage artisanal)

Pneus Maxxis Minion EXO d'origine, remplacé par Michelin Wild Enduro Front et Rear, montés tubeless

Poste de pilotage RaceFace Aeffect (Potence 40mm / guidon 780mm)

Tige de selle Orbea avec commande shimano, grips Orbea


Equipé comme tel, avec pédales CB Mallet DH, chambre à air sur le cadre et porte bidon, le vélo sort à tout juste 15kg. C’est 1kg de plus que mon capra (modèle pro-race 2016). Le surpoids vient essentiellement des pneus plus lourd en 29’’, de l’amortisseur à ressort, et des périphériques moins haut de gamme. Bref, c’est pas léger ! Mais pour un gros enduro c’est pas pire.



SUR LE TERRAIN :

Le point de comparaison sera surtout mon ancien vélo, un YT Capra ProRace 2016, en roues de 27.5, très bien équipé, et avec suspensions Rockshox préparées Novypart


    COMPORTEMENT EN MONTEE :


En montée je n’ai pas spécialement senti de différence en bien ou pas bien par rapport à la taille des roues. J’ai par contre noté 2 grosses améliorations par rapport à mon Capra : la position à la montée est bien meilleure, notamment grâce au tube de selle bien redressé, et la transmission eagle 12V qui permet même avec un plateau de 32 dents de grimper partout.

Le vélo ne pompe pas exagérément, si bien que je ne me sers pratiquement pas du blocage de l’amortisseur.

Globalement, avec 1kg de plus sur la balance, je monte mieux avec mon Rallon qu’avec le capra. Attention, je ne monte pas plus vite, faut trainer le bestiaux quand même, par contre j’ai l’impression d’être moins fatigué sur mes sorties, je bouffe du D+ plus facilement.

Petit point négatif : le portage, c’est un peu la misère. Bon déjà 15kg c’est lourd. Ensuite la forme du cadre ne laisse que peu de place pour l’attraper et le mettre sur le dos. Heureusement je ne porte pas souvent…



   COMPORTEMENT EN DESCENTE :


On pourrait résumer avec la formule scientifique suivante :

                 Rallon 29’’ + 36grip2 + DHX2 = tapis volant²


Dès les 1ère descentes on comprend tout de suite le gain apporté par les roues en 29’’. Le format de roue lisse le terrain, c’est impressionnant. Couplé à un débattement généreux de 170mm, le moindre chemin un tant soit peu défoncé devient (presque) tout lisse.

Au fur et à mesure des sorties, on se rend vite compte que c’est vraiment un vélo qui pousse à rouler vite, très vite. Je me suis surpris à rouler dans des chemins truffés de pierres et de racines à des allures que je n’avais jamais atteintes auparavant, et en me faisant moins brasser ! Je me dis que ça peut passer encore plus vite, mais attention tout de même sans un petit baguage technique on peut se sortir très très vite aussi :) 

C’est bien un vélo taillé pour la compétition, pour péter du chrono, mais pas que. En sentier de montagne, dans des parties trialisantes, avec des marches, des rochers, des épingles serrées, là aussi le Rallon est ultra sécurisant. Les roues de 29 bloquent beaucoup moins sur les obstacles, la sensation de passer par-dessus le guidon est quasi absente, notamment dans les épingles où le nose turn passe aussi bien qu’en 27,5.

S’il fallait lui trouver un défaut, ça serait le manque de fun, surtout à faible allure, un peu à l’image d’un DH. A l’opposé du capra, plus léger, plus joueur, et qui permettais de sauter un peu partout en bord de piste.

Ce comportement un peu pataud a quand été bien amélioré avec les roues carbones, qui donnent du dynamisme, et en jouant sur les réglages de l’amortisseur.



   ACCESSIBILITE / CONFORT :


Qui dit vélo de compétition, dit vélo élitiste ? C’est ce que je craignais un peu à l’achat, j’ai un niveau très correct mais je ne suis pas un pro-rider non plus, et vu mon gabarit (1.65m/55kg) c’est pas moi qui vais tordre le vélo.

Eh bien pas du tout. Le Rallon est un vélo très accessible et tolérant. Ce vélo à un côté rassurant et stable quel que soit la piste. La rigidité du cadre est bien travaillée, on est très loin d’une barre à mine. Pour autant le vélo n’est pas « mou » au pédalage, les relance sont franches. Un très bon ratio rigidité/tolérance. Les roues carbones y sont d’ailleurs peut-être pour quelque chose.

D’origine, ce sont les DT e1900. Malgré qu’elle soient entrée de gamme, ce ne sont pas de mauvais roues. Plutôt solide, elles sont toutefois relativement lourdes et plombent le comportement du vélo. Remplacée par des roues Lapierre carbon AM, le gain en poids est de plus de 500grs. Le dynamisme s’en ressent, sans pour autant détériorer le confort de pilotage.



   UTILISATION BIKEPARK :


En temps normal je fais pas mal de compètes d’enduro, mais en ces temps de COVID et de pénurie de courses, je traine un peu (beaucoup) plus en bikepark.

Avec 170mm de débattement, y’a de quoi se faire plaisir. Surtout que généralement en bikepark, les pistes sont dégagées, ça roule vite, le Rallon est à son aise. Aucun problème donc pour dévaler les pistes de DH, même si comme tous les enduros, le matériel souffre plus qu’un DH. Enfin pas de soucis pour l’instant de ce côté-là, il résiste.

Le comportement sur les sauts est excellent. Stable en l’air, confortable en réception. Juste le pneu arrière qui a tendance à chatouiller les fesses sur les réceptions un peu sketchy.



   CHOIX DES SUSPENSIONS :


D’origine, le Rallon M20 est monté avec une Fox 36 performance avec la cartouche Grip à 3 position, et le « petit » amortisseur Fox DPX2. C’est déjà un beau combo, mais pour performer ça demande à passer par la case prépa, surtout avec mon poids. En effet, la plupart des fourches ou amortisseur ne sont pas optimisés pour les poids plumes.

C’est là que l’option cartouche grip2 et amortisseur ressort est intéressante.

La cartouche Grip2 possède le réglage externe du rebond haute vitesse, qui permet de « calibrer » la fourche au poids du pilote, et ce dès 50kg. En gros pas besoin de passer par un préparateur qui en général fait ce réglage en interne.

De même pour l’amortisseur, ceux à air ne sont pas du tout adapté aux poids plumes, contrairement à celui à ressort.

Au final, ces suspensions sont terriblement efficaces. Chacune possède les réglages du rebond et compressions haute et basses vitesses. C’est un peu compliqué à régler, mais une fois fait plus besoin d’y revenir ça marche du tonnerre. Devant ou derrière, c’est sensible en début de course, avec du soutien à mi-course pour pouvoir rouler fort, et une fin de course bien gérée, on consomme tout le débattement sans avoir la sensation de talonner.



   EQUIPEMENT :


Dans cette version, l’équipement est très correct, et Orbea a bien géré le panachage des composants sans rogner aux endroits stratégiques. Pour les freins notamment, ce sont les excellents Shimano XT 4 pistons sont chargés de ralentir la bête. Ils sont puissants, endurants, et très facile à doser.

Pour la transmission : cassette GX 10/50, manette GX, et dérailleur X01. C’est souple et précis. Le pédalier est un Truvativ Descendent en 32 dents, c’est assez basique mais ça fait le job. A noter un excellent anti-déraillement OneUp, minimaliste, léger, et efficace.

Le poste de pilotage est 100% RaceFace, gamme Aeffect. Potence en 40mm, cintre en Ø35 et 780mm. C’est l’entrée de gamme RF, très classique, pas forcément très léger. Le Ø35 apporte de la rigidité, sans non plus taper dans les mains.

La tige de selle est une orbea, couplé à la commande Shimano. Montée directement sur le collier des freins XT, la manette se règle facilement pour tomber sous le pouce. L’ensemble fonctionne super bien, et pour un périphérique maison, il n’a rien à envier à des modèles de grandes marques bien plus onéreux.

Autre bon composant orbea, les grips. C’est la 1ère fois que je garde des grips d’un vélo neuf. Le genre de périphérique où le constructeur fait des économies. Là ils sont vraiment excellents, un peu dans le style des Ergon.



CONCLUSION


Le Rallon est un bike taillé pour la compétition, fait pour rouler vite. Néanmoins il n’est pas élitiste et est très facile à piloter. Que ça soit à haute vitesse dans un chemin défoncé, ou dans un single de montagne, il dégage une sensation de stabilité et de sécurité qui permet de rouler sereinement. Il passe partout tel un bulldozer, ça doit être ça la magie du 29 :)

En contrepartie, ce n’est pas un vélo très fun, surtout à faible allure. Difficile de tout avoir, la solution est peut-être une roue de 27.5 à l'arrière...

 

Dans cette livrée, le Rallon est « race ready ». Il n’y a rien à jeter. De bonnes suspensions, des freins puissants, des périphériques fiables. Même les roues d’origines, pourtant pas très légères et dynamiques, font bien le boulot. Des bonnes roues améliorent quand même sensiblement le comportement du vélo mais ne sont pas indispensables non plus.


Le rapport qualité/équipement/prix est assez bien placé vis-à-vis de la concurrence. A équipement équivalent, le tarif est légèrement au-dessus des ténors de la vente à distance (YT, Canyon, commencal) et bien en dessous des autres grandes marques (Specialized, SantaCruz, Trek, …).


Comme pour beaucoup de marques, la peinture est fragile. Vraiment fragile. A protéger avec un film avant la 1ère utilisation (idéalement Invisiframe, qui protège intégralement le cadre).

Pour qui ?

Pour le compétiteur en enduro qui veut faire péter ses chronos Cadre dispo en petite taille : convient bien aux petits gabarits (fille ou garçon dès 1.60m) qui veulent rouler en 29’’
8/10
Prise en main
Stabilité
Maniabilité
Capacité à descendre
Capacité à monter
Comportement en l'air
Qualité d'équipement
Finition du cadre
Facilité d'entretien

commentaires

1 commentaire
ELRIKANOS
Statut : Confirmé
inscrit le 11/08/19
Matos : 1 avis
Superbe bike amigo et très bon report !!!!
0
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire