Test RACER Mountain Knee 2

5 tests RACER Mountain Knee 2.

Donnez-nous votre avis !
Note moyenne : 8/10
jycstd

Au trail ce qu'est le slip à Superman

Avis sélectionné
Profil du testeur : 27 ans | m
Acheté : 70€
Conditions du test : Automne/hiver, froid, humidité boue et t° de 10-15°c à -5°c sur un peu moins de 300 kms Taille XL
Cet avis matos a été rédigé à la suite du programme de Tests Privés de 26in permettant à nos lecteurs de recevoir gratuitement (et de garder) du matériel afin de les torturer sur le terrain.
RACER - Mountain Knee 2

Points forts

Légères, flexibles, agréables à porter

Points faibles

Manque une taille XXL à la gamme
Plastique de protection sur la zone de contact au choc trop light
Manque d'a peine plus de couverture en haut et sur les côtés de la rotule
Mériterais des réglages velcro pour ajuster les élastiques


Avant de parler chiffons, petits remerciements de bon aloi à Racer, 26in et Léa pour nous faire profiter des tests privés et de nous envoyer du super matos et sans contrepartie d'opinion, ce qui est assez rare pour être souligné.


PRÉAMBUBULLE


A propos de Racer,

Les seules choses à savoir sont qu'ils sont une marque Française, spécialisés depuis belle lurette dans la confection de gants tous domaines confondus (motos, équitation, vélo, montagne, parapente, belote, yams et autres sports extrêmes).

Depuis quelque temps ils présentent une gamme spécifique dans les textiles pour cyclistes et notamment toute une gamme de protections corporelles destinées aux pratiques gravity du vélo et c'est bien ça qui nous intéresse (bien que certains aient une expérience approfondie dans les poneys, mais si c'est votre cas vous pouvez continuer la lecture, cela vous sera utile aussi).

La notion importante à comprendre pour la suite c'est qu'ils proposent une gamme entière, qui couvre de la rando où on lâche un peu les freins dans des lignes plus ou moins techniques/rapides (trail/am) à des pratiques plus engagées où l’on donne tout pour passer au plus fort ou pour sauter plus haut (enduro, dh, freeride et autres joyeusetés).

Quand on parle de protections, les attentes en fonction des pratiques ne sont pas les mêmes. Et la réponse que nous donne Racer avec les différents produits de sa gamme VTT répond aux problématiques de chaque pratique et de leur niveau d'engagement respectif.

On ne peut donc raisonnablement pas attendre les mêmes choses de la gamme Am que de la gamme DH, les notations sont donc faites avec cette relativité (notamment au niveau de la protection et du confort).


1ST STEP : L'ENFILAGE


Colis reçut, emballage on ne peut plus classique, les produits sont présentés dans un sachet plastique avec le petit carton de présentation qui tient les genouillères destiné à être pendu dans les rayons d'un magasin.

La première chose qui saute aux yeux c'est les matières et la légèreté du produit.

Pesé à 320gr la paire, on est donc sur des protections relativement légères. Ça tombe bien c'était le but du jeu, donc un point pour Racer.

Niveau conception, la finition est très bonne, on a la genouillère à enfiler cerclée de part et d'autre par deux bandes élastiques doublées en interne d'un gel adhésif, une retenue au niveau du mollet certainement pour éviter que le tissu ne s'étire trop lors de l'effort et une poche au niveau du genou où est enfilé le pad en D3o.

Les tissus utilisés sont de bonne facture, du lycra pour la face avant, du mesh bien plus respirant (mais moins résistant) pour la face arrière, un renfort sur le genou en plastique, le tout en étant relativement extensible.

Et ce dernier argument va être important pour la suite.


Ni une ni deux, on enfile le machin.

J'ai commandé la plus grande taille (XL) disponible.

Et là, ben le moins qu'on puisse dire c'est que j'ai bien fait. Ayant des cuisses et des mollets de lanceur de poids russe positif au contrôle antidopage, j'avais un peu peur du fiting.

La chose qui m'a rassuré avant de m'engager sur le test privé étant que d'une, les protections étaient en matière élastique et que deux, Racer font partis des marques proposant un tableau des tailles le plus "large" possible.

Ça n'a pas loupé, on est tout juste dans les limites du produit au niveau des élastiques de retenue au niveau du mollet, pour le reste ça rentre sans problèmes.

Reste que niveau mollet, le serrage passe, mais pour paraphraser mon pote Patoch "Qu'est ce qu'on est serré, au fond de cetteuh boite !".

Heureusement l'elastique se fait un peu et au final le jambon est certes bien moulax, mais ça ne pose aucun souci sur le vélo.


La partie limitante de la taille et du confort sont donc les élastiques

J'aurais préféré un serrage par scratch, mais bon rien de dramatique.


Je ne vais pas jeter la pierre à Racer, quasi aucune marque ne propose des genouillères dans des proportions adaptées aux gros gabarits (ce qui est hallucinant au demeurant, le morphotype du cycliste étant d'avoir de bonnes cuisses et des mollets en béton. Et même les petits gabarits se retrouvent à porter du L ou du XL là où ils mettent leurs jeans en S ou M) et ils sont même parmis les plus grands en taillants.

J'irais même jusqu'à dire qu'en proposant une gamme stretch, ils permettent d'aller un peu en deçà et au-delà de la taille pour laquelle les protections sont données.

Pour donner un ordre d'idée, je mets du 48 (taille française) 38 (taille ricaine) en pantalon.


Pour finir, l'hiver, je continue de porter le short et j'ajoute un collant de running en dessous pour protéger mes mollets imberbes de la rudesse du froid.

Il est donc plus qu'appréciable de pouvoir porter les genouillères en dessous du collant et non pas au-dessus, ce qui aurait inévitablement fait glisser les protections.


2ND STEP : LE CONFORT


Ce qu'il faut savoir avant d'en parler, c'est que jusqu'alors, je ne portais pas de protections pour les genoux.

Peu désireux de sacrifier mon confort de mouvement pour une pratique trail/am où finalement l'engagement demeure bien moins "risqué" que sur des disciplines plus rapides.

Ceci étant, j'ai commencé à y penser cet été après quelques chutes à réveiller mémé, qui m'ont fait me dire que quand même, si j'avais un peu plus de protection ça m'éviterait de ramasser. 

Ce test privé est donc arrivé à pique, puisqu'il proposait un modèle de protection vendu pour répondre aux impératifs de gens comme moi, protéger sans gêner et pouvoir être porté toute la sortie (ne faisant pas nécessairement que des sorties de montagne où l'on grimpe puis on descend, je roule aussi en IDF où l'on ne s'arrête pas avant chaque portion D-).

Informations inutiles pour certains, mais qui permettrons surement à d'autres de s'identifier plus facilement au profil (ou pas).


Après plusieurs sorties, la première chose que je remarque c'est que plus on les porte plus on les oublies.

Alors la première fois certes, sans en avoir l'habitude il y'a une légère gêne, mais maintenant après quelques centaines de km, je n'y prête même plus attention.

Elles n'entravent pas le mouvement au pédalage, elles ne glissent pas (et on en parlera au chapitre protection).

La seule chose que je ne peux pas juger c'est si elles tiennent chaud. Au moment où je rédige ce test nous sommes en plein dans la saison hivernale, clairement même si je ne sens aucun problème de chaleur à l'effort, c'est incomparable avec un soleil qui tape en plein mois d'aout.


Si tu t'en souviens, juste avant j'évoquais les doutes que j'avais à l'essayage sur le fiting et sur une potentielle gêne d'être trop serré.

Sur le terrain ça s'oublie complètement, même un peu juste ça ne me pose aucun problème, aucune douleur, je n'ai pas de problèmes de circulation, pas de sensation de saucissonnage. Autant en les mettant au départ l'élastique au niveau du mollet coupent un peu la chique, autant 5mn après on ne le sent plus.

Certains ont relevés un inconfort induit par le gel sur les élastiques avec leur pilosité. J'aurais du mal à être objectif, Dame Nature m'a pourvu d'une pilosité très limitée et d'un poil doux comme une peau de testi... euh, pardon, de bébé (oh !).


3RD STEP : LA PROTECTION


Niveau protection, j'espérais initialement m'en tenir à de l'observation, mais une fois n'est pas coutume, j'ai directement lancé les hostilités dès la première vraie sortie avec (après le confinement).

Petit calcul niveau CM2 : Racines + devers + boue + pluie = crash test 

Spécial pour 26in.

Chute en plein sur le genou, on rentre direct dans le vif du sujet et là, impeccable.

Elles font leur boulot, choc atténué, Jycstd relevé et pas de bobos à déplorer. J'ai envie de dire, c'est ce qu'on en attend.


Le pad est en D3o, donc matière souple à la manipulation, mais qui se rigidifie au choc, ça fonctionne comme ça doit.

En prime, ça leur permet d'homologation CE niveau 1.


Niveau placement sur le genou, c'est un peu particulier. Le pad s'arrête vraiment juste au-dessus de la rotule, et laisse penser au début que la protection glisse vers le bas.

Cependant, on se rend vite compte qu'elle est faite pour aller là, et ça se vérifie, car une fois en place elle ne bouge plus.

Ça aurait peut-être mérité un peu plus de couverture au-dessus de la rotule et sur les côtés de celle-ci, mais j'imagine qu'en faisant ça ils auraient dégradés le confort au pédalage. Au final, c'est plutôt raccord avec le programme de la gamme Moutain Knee.

En revanche le pad descend assez bas sur le tibia, et permet donc de protéger vraiment en dessous du genou.

Je mettrais quand même un bémol sur le revêtement de protection en plastique niveau genou.

J'émet des réserves sur son intégrité à la suite de contacts avec le sol répétés ainsi que sur la couture supérieur un peu tendue. L'avenir nous le dira, mais je ne sais pas pourquoi, ça pu la déchirure à plein nez.


BONUS


Pour ceux qui ont suivi mon test sur le casque D4 AM, vous comprendrez que j'attache une importance non négligeable à la "lavabilité" des équipements corporels.

Pour la simple et bonne raison qu'on transpire beaucoup en VTT, et que sans pouvoir être lavés correctement et régulièrement, les textiles en contact avec notre corps ont tendance à sentir le blaireau en période de reproduction.

Non pas que partager mon musc animal avec le reste de la forêt ne m'enchante pas, j'aime autant avoir des fringues relativement propres.

Contrairement a d'autres modèles de la gamme Racer, les Mountain Knee 2 permettent d'enlever le pad en D3o et de les nettoyer vraiment (à titre perso j'éviterais quand même la machine, mais comme pour les gants, un peu de lessive à main ça fonctionne tout pareil).

Et ça, c'est bien joué et assez malin pour être mentionné !


CONCLUSION


Racer réussit le pari ici de faire porter des protections à des riders qui avaient la (mauvaise) habitude de ne pas en porter.

Le produit est bien fini, s'adapte relativement pas trop mal à la moprhologie si ce n'est l'élastique niveau mollet. J'aurais préféré un système de scratch pour vraiment adapter le fiting.

Niveau protection, c'est en rapport avec la pratique et efficace même si l'on aurait aimé à peine plus de couverture du pad en D3o.

Idéales pour des sorties trail/am.

Inutile de dire en revanche que pour de l'enduro ou du DH où l'engagement, le franchissement et la vitesse de passage dans le technique augmentent, elles seront clairement insuffisantes.

Et ça tombe bien, Racer proposent la gamme Motion Knee, spécialement kéfépourssa !


Malheureusement pour les photos de ce test, pas de "beaux" clichés in situ ou pris en forêt, les sorties étant ultra boueuses (le téléphone bien planqué dans le sac sous la housse de pluie) et avec la boue et les collants dessus, de toutes manières c'est foutu, cf un petit cliché au retour d'une sortie de bon aloi. On essayera d'en faire des plus sympa au retour de la belle saison.


Pour qui ?

Indéniablement à tous ceux qui veulent rouler protégés sur des pratiques trail/am où l'on pédale et que l'on ne veut pas se prendre la tête à enlever et remettre pendant la sortie. Ne conviennent pas à des pratiques gravity engagées
8/10
Maintien
Confort
Protection
Résistance aux odeurs
Rapport qualité/prix

commentaires

4 commentaires
SBS
Statut : Gourou
inscrit le 23/09/17
Matos : 16 avis
Tiens, tu as le même ressenti que moi sur la couture supérieure du pad. On verra à l'usage (pour l'instant, les miennes ont pas bougé;)
0
jycstd
Statut : Gourou
inscrit le 15/09/19
Matos : 5 avis
Ouais, on voit que la couture force sur le haut. Mais de manière générale je suis assez dubitatif sur la résistance à force du plastique extérieur, je vois pas comment l'été sans mon collant par dessus ça va résister en cas de chute sur un sol plus abrasif.

On verra ce que ça donne !
0
SBS
Statut : Gourou
inscrit le 23/09/17
Matos : 16 avis
Fais comme moi, porte toujours un short par dessus :p (D4 série chasse, increvables)
0
jycstd
Statut : Gourou
inscrit le 15/09/19
Matos : 5 avis
Bah en soit j’ai toujours un short qui descend sous le genoux (moi je suis plus team kipsta hiver gamme foot) mais quand tu te taille le short il laisse toujours la protec prendre en premier...

Enfin on verra bien hein !
0
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire