Test Olight RN3500 2021

1 test Olight RN3500.

Donnez-nous votre avis !
Postez un avis de qualité et augmentez vos chances de recevoir gratuitement du matériel dans le cadre de notre programme de Tests privés.
manitoba

Tel un phare dans la nuit

Avis sélectionné
Profil du testeur : 31 ans | 1,82m | 75kg | Avancé | Bretagne
Acheté : 240€ en ligne
Conditions du test : De nuit, temps sec
Cet avis matos a été rédigé à la suite du programme de Tests Privés de 26in permettant à nos lecteurs de recevoir gratuitement (et de garder) du matériel afin de les torturer sur le terrain.
Test Privé - Eclairage Olight RN3500

Points forts

Robustesse
Fiabilité
Fixation rapide
Facilité d'usage
Puissance hors normes
Fixation sur le cintre ou le casque

Points faibles

Prix élitiste

INTRODUCTION

Tout d'abord, je tiens à remercier 26in et la société MagicShine pour ce test privé. J'ai reçu le colis seulement cinq jours après avoir été sélectionné.

Adepte du vélotaf depuis plusieurs années, j'ai plusieurs milliers de kilomètres de nuit, sous tous les temps et surtout sur des routes départementales sans aménagements cyclables. Je n'ai jamais roulé en VTT après le couché du soleil, ce projecteur sera l'occasion parfaite de m'y essayer.

Déjà équipé d'une lampe avec batterie, ce test sera également le moyen de comparer un produit haut de gamme (la Olight) avec un premier prix (Sans marque).

LE PRODUIT

Premier point à aborder, le prix. Cette lampe n'est clairement pas un achat qu'on fait à la légère. Affichée à un peu moins de 240€, elle est parmi les plus chères du marché. Etonnement, elle est cotée 50€ moins cher dans les autres pays. Elle est fabriquée en Chine et vendue, entre autres, par le e-commerçant français dont le nom commence par la lettre C.

Lorsqu'on ouvre le colis, on est agréablement surpris de la qualité et du soin apportés à l'emballage. La boite est équipée d'un aimant pour en faciliter l'ouverture et la fermeture et tout le contenu est parfaitement protégé par de la mousse EVA, gage du bon maintien et d'un transport sans aucun accroc. Niveau packaging, on entre clairement dans la même catégorie qu'Apple. C'est beau, ça sent bon et c'est du costaud. Ma conscience écolo se manifeste néanmoins pour dire qu'un emballage est voué à être jeté. Il faudrait peut-être prévoir quelque chose de plus sobre et avec un impact moindre.

La lampe est fournie avec tous les accessoires nécessaires pour la mettre en place et l'adapter à tous les cintres ou tous les casques. La fixation semble vraiment robuste et est très facile à installer. Quelques tour de clé allen et le tour est joué. Ça ne bouge plus ! La lampe vient se clipser dessus en faisant un quart de tour. Parfait pour éviter de la laisser en évidence et la ranger après une sortie (ou avant un lavage). La batterie vient s'installer sur le cadre du vélo et tient à l'aide de deux sangles scratch. Elles sont suffisamment longues pour s'adapter à toutes les formes et tous les diamètres. J'arrive à faire un tour et demi autour du mien. Le câble qui relie la batterie à la lampe est également très long (près de 55cm). Il peut paraitre vraiment trop long pour une lampe installée sur le cintre mais pas quand on l'installe sur son casque. La batterie peut alors se glisser dans le sac à dos voire même être fixée au cadre.

La batterie se connecte à la lampe avec un câble étanche et des détrompeurs. Impossible la brancher à l'envers ou que l'eau ne s'y infiltre. J'habite en Bretagne et l'occasion de rouler sous la pluie ne s'est pas présentée, chose rare ! La batterie peut être utilisée pour recharger un Smartphone ou tout autre équipement qui prend de l'USB. Un petit bouton permet de connaitre le niveau de charge. Assez classique. Elle est d'une puissance confortable: 5200mAh pour 7,2V.

Pour simplifier son utilisation, il n'y a qu'un seul et unique bouton (sur la lampe). Il y a donc trois façons d'interagir avec:

  • Un clic simple: allume la lampe ou modifie la puissance de l'allumage.
  • Un double-clic: permet de sélectionner le nombre de LEDs à allumer (2, 3 ou 5).
  • Un appui long: éteint la lampe complètement.

Chose très appréciable, la lampe conserve le réglage précédent lorsqu'on la rallume. Ca évite des manipulations inutiles et c'est très bien pensé.

L'autonomie annoncé est excellente: plus de 75h à puissance minimale (qui permet d'être tout de même bien vu sur la route) et 1h40 à pleine puissance. Les différents modes permettent d'échelonner ce temps en fonction des besoins. A 3500 lumens, ça éclaire vraiment fort et très loin (350m annoncés). A éviter sur la route pour ne pas aveugler les vroomers automobilistes.

L'ensemble lampe + batterie + fixation + câble est pesé à 417g sur ma balance de précision.

A L'USAGE

Si j'ai pu essayer la lampe autant en mode vélotaf qu'en mode VTT, je regrette simplement que le test se déroule fin juin. Les jours sont les plus longs de l'année et pour avoir la nuit noir, il faut sortir très tard ou très tôt. C'est bien pour vous que j'ai décalé pour réveil et perdu de précieuse minutes de sommeil. Rassurez-vous, ça en valait la peine !

Sans surprise, l'ensemble se monte et se démonte très facilement sur mes deux montures. Un coup de clé et c'est fait.

Pour une utilisation vélotaf, la lampe permet un éclairage complet de la chaussée avec son grand angle de diffusion. On ne voit pas aussi bien qu'en plein jour mais ça permet de repérer tous les obstacles bien en amont. Seul bémol, mais ça n'est pas spécifique à celle-ci, c'est le cas avec toutes les lampes, elle a tendance à aplatir les bosses et autres trous dans la route.

Elle remplit très bien le rôle qu'on attend d'elle. Il faudra néanmoins veiller à prendre une lampe rouge pour l'arrière et être visible par les véhicules qui pourraient nous rattraper.

En vélotaf, le réglage moyen suffit amplement et permet une autonomie théorique de 6h30. Largement de quoi faire mes 12km de trajet pendant plusieurs semaines complètes avant de devoir être rechargé.

Pour une utilisation VTT, rouler de nuit était déjà une première pour moi. C'est génial ! Les odeurs, les bruits et les sensations sont totalement différentes de ce qu'on a en journée. J'ai pu essayer la lampe en deux configurations: sur le guidon puis sur le casque.

Les trois photos partagées permettent de se faire une idée de la puissance de ce phare avec trois puissances différentes:

  • 2 LEDs à puissance minimale (la configuration la plus faible)
  • 3 LEDs à puissance moyenne
  • 5 LEDs à pleine puissance (3500 lumens)

Une fois installée sur le guidon, on sent bien que l'éclairage est bien meilleur que sur la route. La faute aux feux des autres véhicules qui forcent la rétine à se contracter. Première impression: on se sent en sécurité dans les côtes, sur le plat et sur les descentes douces. Dans des descentes plus engagées, on retrouve le problème de la lumière qui aplatit les reliefs. Difficile alors de jauger certains passages. Là encore, ça n'est pas spécifique à ce modèle !

La lumière porte loin et permet d'appréhender certains passages en toute sérénité. Là où c'est plus compliqué c'est sur des singles vraiment étroits. L'axe de la lampe (donc du guidon) ne permet pas d'anticiper suffisamment même si le faisceau est vraiment large. Une petite zone reste dans l'obscurité à plus totale.

Il était donc temps d'installer la lampe sur le casque. Ça s'installe de la même façon que précédemment même si c'est un peu plus compliqué de bien le caler dans un des trous. Seul bémol, une fois fixée, impossible d'en changer l'inclinaison. A tester impérativement avant de partir. La batterie vient se loger parfaitement dans mon sac à dos et les scratchs m'assurent un maintien à toute épreuve (ce qui évite touts ballotements intempestifs).

Positionnée aussi haut et surtout dans l'axe du regard, c'est un tout autre monde qui s'ouvre. Il faut un petit temps d'adaptation pour ne pas être surpris par certaines ombres mais la visibilité dans les singles est optimales. Je vois où je vais et surtout je peux anticiper certains passages délicats.

Chose assez désagréable mais pas étonnante: à pleine puissance la lampe chauffe fortement. Sur le guidon ça n'est pas très gênant mais sur le casque, on peut ressentir la chaleur sans pour autant que ça ne soit dangereux. A la fin de la sortie, il faudra veiller à ne pas la prendre à pleine main, ça peut faire mal. La solution la plus simple à mettre en œuvre reste d'en baisser la puissance. Les 3500 lumens sont un bon argument commercial mais en pratique, j'ai rarement eu besoin d'une telle puissance.

ASTUCE

Si vous avez besoin de vous signaler, la lampe dispose d'une fonction clignotante pour tous les modes (2, 3 ou 5 LEDs). Ca porte très loin et c'est particulièrement utile au tomber du soleil, entre chiens et loups, pour que les usagers nous voient. A utiliser sans modération sur la chaussée, même en plein jour.

CONCLUSION

La lampe Olight RN3500 est assurément de très bonne qualité, tant pour sa construction, son autonomie que pour les services qu'elle offre. Soyons cependant honnêtes, son tarif la destine avant tout à un public élitiste à la recherche de l'excellence et ayant un besoin réel de pouvoir rouler de nuit sur les chemins les plus engagés.

Pour qui ?

Les VTTistes qui aiment rouler de nuit sur des segments engagés et qui veulent le meilleur ! Les vélotafeurs qui ne veulent aucun compromis.
9/10
Portée
Autonomie
Pertinence des modes
Facilité d'installation
Qualité des fixations
Poids
Rapport qualité/prix)

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire