Test Trek Slash 8 2019

4 tests Trek Slash 8.

Donnez-nous votre avis !
Postez un avis de qualité et augmentez vos chances de recevoir gratuitement du matériel dans le cadre de notre programme de Tests privés.

Un vélo polyvalent au gros débattement.

Avis sélectionné
Profil du testeur : 27 ans | 1,70m | 67kg | Avancé
Spécificités du montage : freins d'origine remplacés et ajout d'un splug novyparts
Acheté : 2999€ en ligne
Conditions du test : 6 mois de test sur tout type de terrain: des sentiers cassant autour mont blanc, aux chemins plus roulants du jura.

Points forts

Polyvalent et bon grimpeur vu son débattement. Vélo joueur et bien équilibré. A l'aise dans le cassant. Belles finitions.

Points faibles

Freins et pneus d'origine trop limitant au vu des capacités du vélo. Rock Shox yari qui ne rivalise pas avec les performances de l'amortisseur.

Pourquoi ce vélo?

Jusqu’à l’année passée, je roulais sur un trek remedy 9 RSL de 2017, et j’avais déjà en tête de changer de vélo pour l’année suivante. Le 29 pouces me titillait et le slash 8 faisait notamment parti des vélos qui m’intéressait. C’est pendant un trip dans l’utah, sur le fameux Mag 7 que j’ai pu voir de près les derniers modèles 2020, dans la magnifique robe rouge cobra, que le magasin poison sypder bicycles à Moab propose à la location. J’étais alors vraiment surpris du poids du vélo quand je l’ai comparé a mon remedy, et c’est, je pense, ce qui m’a poussé à l’acheter. Un déstockage sur alltricks a achevé de me convaincre par la suite.

Le slash est mon premier 29 pouces. Je roule avec depuis maintenant 6 mois, majoritairement en haute Savoie et occasionnellement dans le jura et les vosges.

Dans le test, je comparerai le vélo à mon ancienne monture en 27,5.

Je tient à préciser que ma pratique du VTT consiste majoritairement en des rando en montagne, et que je ne fait que peu de courses d’enduro, et quasiment jamais de bike park, ce qui peut paraître surprenant étant donné que le slash est Le gros enduro de chez trek. Mais le slash ne se réduit pas uniquement à cette catégorie et s’avère être un très bon all rounder (comme disent les English), heureusement pour moi.

Sur le papier :

- Géométrie:

Le modèle aluminium du slash n’est pas une simple déclinaison moins onéreuse du modèle carbone : la géométrie en marge d’être dépassé du slash de 2017 a été ici légèrement « modernisée » sur le modèle alu. On retrouve un reach allongé de quelques millimètres (440 sur le 18.5, low), un angle de tube de selle redressé à 74,5 (low), et l’apparition d’un modèle 18.5, qui tombe plutôt à pique, vu ma taille de 1m70. Le reach de 422 de mon remedy en 17.5 rendait le vélo plus joueur et facile à emmener, mais limitait la stabilité à plus haute vitesse dans le défoncé. Le reste de la géométrie est identique au modèle carbone, avec des bases relativement courtes en 435 (low) et un angle direction de 65°, qui paraissait peut être extrême 3 ans en arrière, mais qui est aujourd’hui une valeur classique sur les vélos d’enduro.

- Spécificités:

• Comme tous les modèles Trek tout suspendu, le slash possède un amortisseur « reaktiv », développé par la marque. Le slash 8 est ici monté avec un rockshox deluxe RT3 et la technologie Thru shaft, permettant une meilleure réactivité, et sensibilité (c’est du moins comme ça que la marque nous le vend….). C’est le même amortisseur présent sur toute la gamme des slash, y compris le modèle le plus onéreux. Je sais que certains modèles des années passées avaient du être renvoyé en SAV suite à des fuites d’huile, mais visiblement ce problème a été réglé depuis. En tout cas rien à signaler pour le moment.

• On retrouve également le Knock block, présent sur les différents modèles tout suspendu depuis 2017 et qui permet d’éviter les chocs entre le cintre et le cadre, en bloquant simplement la rotation du cintre au delà d’un certain degré (environ 75°). Cet élément est apparu en 2017, quand trek a décidé de rigidifier les tubes diagonaux de ses cadres en les tirants droits depuis le tube de direction. Certains voient le Knock block comme une contrainte plus qu’une « technologie », ce en quoi je ne peux pas tout à fait leur donner tort. Néanmoins, je dois bien avouer que je n’ai jamais eu le moindre problème avec ce système : que ça soit pour charger le vélo dans le coffre d’une voiture, ou tourner dans les épingles sinueuses des sentiers alpins (et dieu sait que j’en ai énormément sur mes sentiers locaux…)

• Comme beaucoup de marques désormais, trek propose également sur ses vélos tout suspendus la possibilité de jouer sur la géométrie par un réglage au niveau de la jonction des haubans avec la biellette (le mino link, variable sur deux positions haute et basse). Cela permet ici de faire varier la géométrie d’un demi degré sur l’angle de direction et angle de selle, et rallonger/raccourcir le reach de 5mm. Etant déjà habitué à ce système sur mon remedy, je dois dire que la différence entre les deux positions est peu remarquable. J’ai donc laissé ici le vélo dans la position low d’origine.

Composants:

• Rock shox yari: une fourche d’enduro simple et abordable, mais qui reste efficace et fait son travail. On regrettera peut être un manque de sensibilité sur les petits chocs, qui dénote avec l’amortisseur plus abouti. A noter que la cartouche de base de la fourche peut facilement être remplacé par une cartouche de lyrik pour moins de 300 euro, ou comme je l’ai fait récemment, un splug novyparts.

• Groupe sram GX 12v: 2019 oblige, la plupart des vélos actuels sont dorénavant proposés avec des transmissions 12 vitesses. Proposé à sa sortie comme de l’entrée de gamme, le sram GX est presque devenu un groupe réservé à des modèles milieu, voir haut de gamme. Sa présence sur ce modèle d’entrée de gamme est donc une belle surprise. Complétée avec un plateau de 32 dents, cette transmission permet de s’attaquer à de gros raidards sans avoir arrière pensée. Comparé a mon ancienne transmission 11v, je remarque malgré tout que le dérailleur nécessite d’être réajusté de temps en temps en fin de sortie, sans quoi le passage de vitesse peut devenir capricieux.

• Freins sram guide R: l’un des point faible de ce vélo. Malgré les 4 pistons, leur manque de mordant se fait rapidement sentir, surtout sur un 29 pouces de ce calibre lancé à balle sur des descentes engagées. Profitant d’une bonne remise sur alltricks, j’ai pu les remplacer par une paire de guide RS. Certains diront que la différence entre les deux modèles est très faible, mais eu ayant l’habitude de ces freins sur mon remedy, je suis satisfait de ce petit mordant supplémentaire qu’ils offrent. Au passage : même si sram a simplifié la méthode de purge de ses freins, je constate qu’ils restent toujours aussi galères à purger….

• Composants maisons Bontrager (roues, pneus, tige de selle, selle, cintre, potence, poignées) : Le poste de pilotage maison est sobre, simple…sans fioriture. Je me suis contenté de recouper le cintre à 780. Les poignées offrent un bon grip et sont confortables, idem pour la selle. Tige de selle maison en 125 sur la taille M/L. On pourra déplorer de ne pas avoir un modèle en 150, mais je ne m’en plaindrais pas, étant donné que la tige en 125 est déjà insérée presque à son maximum pour ma taille. J’ai déjà du envoyer en SAV la tige d’origine de mon remedy suite à un problème de rayure sur le plongeur. Le problème à soit disant été réglé sur les nouvelles tiges….à vérifier dans le temps. RAS pour le moment après 6 mois d’utilisation.

Les roues sont le modèle d’entrée de gamme de bontrager (line comp 30) lourdes, mais robustes, et relativement rigides. Je sais d’expérience sur mon remedy qu’elles peuvent facilement prendre des pocs, mais pour le moment, RAS sur les roues du slash.

Les pneus sont l’autre point faible de ce vélo avec les freins : les XR4 et XR5 offrent une accroche limitée et sont beaucoup trop fragiles.

Prix :

Vendu à 2999 euro. Acheté à 2500 euro sur alltricks. Bien que le prix ne fasse pas concurrence à certaines marques VPC allemandes, il reste très compétitif et bien placé au vu des composants.

Poids:

Annoncé à 14,18 kg sur le site trek, en taille 17.5 sans pédales et en chambres.

Pesé à 14,6kg avec montage d’origine, pédales, tubeless, bidon+porte bidon et chambre à air de secours sur le cadre. C’est un poids plus que correct, pour un enduro 29 pouces en aluminium à ce prix (la ou d’autres modèles équivalents d’autres marques tapent très souvent au delà des 15kg voir 16kg). Je ne suis pas forcément du genre à prêter une très grande attention au poids, mon budget ne permettant de toute façon pas de rouler sur des enduros à 12kg, mais sur un vélo de ce gabarit, cela restait un élément à prendre en compte pour ma pratique.


Sur le terrain :

Premières impressions:

Premier point : ce vélo est beau. J’avais l’habitude avec mon remedy, mais les finitions du cadre et des soudures sont vraiment bien travaillées. On croirait presque à un cadre carbone au premier coup d’œil. La robe noire mat du vélo est sobre mais élégante, et se marie a merveille avec le marquage en scintillé, qui varie du violet au bleu clair selon d’où on le regarde….très classe.

Sur les premiers tours de roue, l’inertie du 29 se sent vite. C’est un facteur déstabilisant au début lorsqu’on n’est pas habitué aux grandes roues. La position au pédalage est agréable. Le tube de selle un peu plus redressé permet d’être correctement centré sur le vélo. J’avais hésité un moment sur la taille à choisir entre 17.5, comme mon précédant trek, et le 18.5, mais je ne regrette pas ce choix.

Réglage des suspensions : le SAG de la fourche est assez simple à réaliser, et je me fixe rapidement sur 25% pour retrouver des sensations proches de celle que j’avais avec la lyrik de mon remedy. L’amortisseur en revanche, est plus complexe à régler : tous les tests s’accordent à ce sujet : le deluxe RT3 du slash est très ferme. Un SAG minimum de 30% est recommandé. Je conseille également de laisser le rebond ouvert au maximum, ou au moins de deux ou trois clics.

Comportement en montée:

Comme dit précédemment, l’inertie des roues en 29 pouces est notable en comparaison à mon remedy en 27,5, mais l’on s’y habitue vite, d’autant que le slash est un très bon grimpeur. Une fois l’amortisseur bloqué, les montées sur chemin blanc et sur route se font facilement. Ca ne grimpe pas comme un XC de 10kg, mais le rendement est plus que correct pour un enduro en 29 comme celui la. Même avec l’amortisseur ouvert, le pompage est faible. Dans les montées techniques, les grandes roues montrent tout leur potentiel grâce à leur excellente motricité. Même dans les montées raides, les caillasses et racines se passent sans difficulté pour peu que l’on ait la caisse. Cela est d’autant plus aisé avec l’amortisseur très sensible aux petits chocs, qui est un vrai plus pour les franchissements. Le vélo aura peut être tendance à cabrer dans les gros raidards si l’on est mal positionné…rien d’étonnant pour un vélo avec 160mm de débattement. J’ai pour habitude de laisser un minimum d’entretoises sous la potence pour rabaisser le poste de pilotage et être plus précis dans les montées.

Comportement en descente :

Quand la pente s’inverse, le slash dévoile toutes ses qualités.

Une fois bien réglé, l’amortisseur lit le terrain à la perfection et gomme la moindre cassure. Les grandes roues (couplée à un boudin en 2.6 à l’avant) avalent les obstacles facilement et ont a vite envie de vouloir lâcher les freins pour laisser filer le vélo. C’est la que les guide R viennent ternir le tableau. A plusieurs reprises, je me suis retrouvé à deux doigts de la correctionnelle à cause de leur faible mordant.

Le vélo se montre bien équilibré et l’amortisseur ferme couplé à une géométrie relativement conservatrice donne un coté joueur et « poppy » que je ne m’attendais pas à trouver sur un enduro en 29 pouces. On se surprend vite à bunny hopper les obstacles et tirer des manuals.

Dans le sinueux, le vélo demande un petit temps d’adaptation. La géométrie reste malgré tout compacte, et une fois passée la prise en main, on a aucun mal à le faire prendre des épingles ou des passages un peu trialisants. Les changements de direction sont également précis et loin de l’image lente et pataude que je me faisais des 29 pouces.

Dans le cassant, le vélo se montre particulièrement stable et rigide sans pour autant donner la sensation d’un bout de bois. Une fois encore, l’amortisseur aide à trouver le juste équilibre et reste toujours réactif. A ce jeu, la yari montrera en revanche ses limites bien avant l’amortisseur.

Sur les sentiers relativement roulants du jura et des Vosges, on aura malgré tout du mal à tirer parti à 100% du slash : c’est un gros vélo qui pédale bien, mais qui sera surtout à l’aise dans le défoncé.

Pour conclure:

Très bonne surprise au final que ce slash. Avec un poids identique à mon remedy et un amortisseur aussi travaillé, j’avoue que je ne m’attendais pas à trouver un vélo si polyvalent. La géométrie du slash 8 a été retravaillée juste ce qu’il faut pour ne pas tomber dans l’excès du longer, lower, slacker, tout en gardant les atouts du slash d’origine. En résulte un vélo bien équilibré et bon grimpeur. Pour peu que l’on se garde un petit budget supplémentaire pour changer les pneus et les freins, il sera, je pense, le vélo idéal pour les grosses sorties en montagne, ou les courses d’enduro, que l’on soit débutant ou expérimenté.

Pour qui ?

Enduristes débutants ou confirmés qui ne veulent pas exploser leur budget pour un bon enduro. VTTistes adeptes des grosses rando en montagne, mais qui ont besoin d'un gros débattement.
8/10
Prise en main
Stabilité
Maniabilité
Capacité à descendre
Capacité à monter
Comportement en l'air
Qualité d'équipement
Finition du cadre
Facilité d'entretien

Recevoir gratuitement du matériel à tester (et garder), ça vous intéresse ? Les Tests Privés sont là pour vous ! Nous vous expliquons tout ici.

commentaires

8 commentaires

Léa W2L
Statut : Gourou
inscrit le 31/01/07
Stations : 14 avisMatos : 19 avis
Je suis scotchée. Bravo pour ce superbe test !
0
pic

inscrit le 09/04/09
Matos : 1 avis
Ça serait pas le lac jovet ça par hasard? Super ballade en tout cas !!!
0
stan_31

inscrit le 13/04/20
Salut !

Merci pour ton avis très complet sur le slash 8.
J'ai la chance d'en avoir aussi un mais j'ai l'impression que ma potence craque à la moindre pression sur le cintre, c'est très désagréable (à une réception de saut par ex). Tu n'as pas ce problème ?

A bientôt, et bon ride ! sauf en ce moment...;
1
jurassicrider

inscrit le 05/02/20
Stan_31 j'avais le même soucis sur mon trek remedy, mais un peu moins sur le slash. C'est un problème assez récurent sur ces trek qui semble venir du knock block. Essaie de démonter la potence et de tout regraisser.
0
Whipperman
Statut : Expert
inscrit le 07/02/17
Stations : 10 avisMatos : 26 avis
Tu pourrais mettre un test sur le Novyparts Splug ? Ca m'interesse pas mal de pouvoir upgrader une Yari
0
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire